🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Corail
Herbe de mer Gorgonios

👁

Données générales

TaxinomieFamilleRégimeRépartitionOrigineEntitésVertusAstralité
Animal (Cnidaire)DiversesCarnivore+ Mer des Caraïbes
+ Océan indien
+ Océanie
Papouasie-Nouvelle-GuinéeAphrodite
Beauté
Protection
Vie
Vénus
Mars

Occurrences

Arbre des profondeurs aquatiques, le corail profite des significations de l’un et l’autre et est en conséquence un symbole de la vie manifestée et végétative portant en lui le pouvoir constructeur du monde aquatique. Son symbolisme est particulièrement dédié au corail rouge, corail supérieur ainsi teinté car baisé des nymphes, sa couleur et sa forme évoquent plus précisément les viscères.

► On en fait une amulette contre le mauvais-œil et les sortilèges et d’une façon générale, un préservatif puissant contre cauchemars, les spectres et les démons, les nuisibles, les envieux et les médisants. On lui attribue la capacité de purifier l’eau et l’air en empêchant le mauvais temps, ainsi que de prémunir du poison. Il empêche en outre les hémorragies, est bénéfique pour les gencives, le cœur et maintenir jeune. Il accroît également les richesses.

► Ovide nous conte que le corail, à l’instar de Pégase et Chrysaor, est né de Méduse. Alors qu’il libère Andromède, le héros dépose la tête de la gorgone sur un lit de feuilles qui se pétrifient ainsi au contact du sang de la créature. Les nymphes de la mer reproduisent par la suite cette singularité partout dans l’océan.

► L’emblème 32 de l’Atalante fugitive montre le corail comme emblème de la matière première.

Lapidaires

► Dioscoride indique que le meilleur corail est rouge vif. Il est astringent, rafraîchissant, cicatrisant et soigne la dysurie.

► Orphée le tient en haute estime et écrit que la gemme protège des poisons, des envoûtements et des dangers de toute sorte. Il ajoute que mêlé à la terre des champs, il protège de la foudre et des nuisibles.

► Le Nautique indique qu’attaché avec une peau de phoque à la tête du mât d’un navire, il écarte les intempéries que peut rencontrer l’embarcation.

► Damigéron/Evax vente ses vertus et en fait un puissant talisman protecteur pourvu qu’il soit consacré. Il rend fort, courageux et apte en tout, puis il préserve des drogues, intempéries et ennemis. Il est bon en magie et pour protéger le foyer car il chasse les mauvais songes, maléfices et démons. En y gravant Hécate ou Gorgone, on se prémuni de la colère de ses supérieurs. Broyé et mêlé à la terre de culture, il écarte le mauvais temps et les nuisibles et de même, emporté sur un bateau, il le préserve de l’air et de l’eau.

► Dans le livre I, Mosca rapporte que le corail est froid et sec. Il a la capacité de guérir les problèmes relatifs aux viscères, à la vessie et à la rate. Dans le livre II, une association est donnée au troisième décan de la Vierge. Elle affirme la volonté, rend les hommes amoureux et disperse les querelles dans le foyer. Il faut y graver une femme avec une alcuza {cruchon, vase à huile} en main. On trouve aussi une association au deuxième décan du Capricorne. Elle a la vertu de multiplier la production des animaux. Il faut y graver un Homme avec un singe. Il y a encore des entrées aux degrés trois du Verseau et du Poisson, tous en rapport avec des activités vénusiennes. Les entrées indiquent en outre, le degré onze du Taureau. Au douzième degré, il y a aussi le corail noir, avec les mêmes propriétés et de plus, celui de guérir le cœur. Dans le livre III, on trouve quatre entrées sous Vénus afin de chasser les nuisibles, être aimé et avoir de la chance.

► De Thaün rapporte son effet préservatif contre la peur et les cauchemars, les enchantements et les sortilèges. Préserve aussi de la foudre et des blessures. Il évoque son effet fertilisant et préservatif s’il est mêlé à la terre. On y grave Hécate ou Gorgone.

► Pour Marborde, le corail chasse le mauvais temps comme la foudre et la tempête et préserve donc les habitations. Parsemé dans une terre où l’on plante, elle préserve aussi les récoltes des intempéries. Il fait aussi fuir les monstres des bois, des déserts et des enfers. Il facilite enfin, le contact avec les puissants.

► Leonardi indique que la plante est bonne contre les hémorragies, les couleurs cardiaques et stomacales. Guérit l’épilepsie et les ulcères buccaux. Protège également des possessions et des intempéries. Pilé et mêlé à la terre, il protège les cultures.

► Albert indique qu’il apaise tempêtes et orages, rend judicieux et prudent. Il arrête en outre, les hémorragies.

► Buddhabatta dit que le corail est issu de la graisse de Balāsura. Il offre richesse et donne du charme aux femmes, chasse péchés et maladies, contrecarre aussi le poison et les périls.

► Agastimata estime le corail comme inférieur et consacré à Mars.

► Dans la mythologie hawaïenne, Opuhala est la déesse du corail.

Notes

► Bien qu’il soit un animal, le corail fut traité par les naturalistes d’abord comme un intermédiaire entre le minéral et la plante. Ce statut participe de son symbolisme.

■ Comme l’essentiel de ses propriétés sont liées à ses caractéristiques de gemme, nous le traitons comme tel dans ses sources et l’organisation de la fiche. Mais pour les besoins du classement, il dispose bien d’un tableau et des liens latéraux d’une fiche animal.