🔍
Bouton_Accueil

Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille de Lille

Historique

Juin 1854 : On bénit la première pierre de l’édifice.

Février 1857 : Le chœur est terminé.

1870 1893 : Les travaux sont largement entravés par des difficultés financières. On construit le campanile Saint-Nicolas, pense-on temporairement, afin d’abriter les cloches. Comme les tours de façade ne seront jamais bâties, il sera finalement gardé.

1893 1908 : On construit la chapelle axiale et les chapelles rayonnantes.

1914 : Pie X accorde à l’édifice, alors par lui-même désigné basilique en 1904, le titre de cathédrale à la formation du diocèse de Lille.

1922 1938 : Construction du transept et de ses deux portails.

1947 1975 : Le chantier est émaillé d’arrêts et on accumule les constructions provisoires, on parvient à finir la nef mais on construit une façade provisoire. On revoit les plans à la baisse, mais la trésorerie fait tant défaut que certains proposent de démolir l’édifice. Dans les années 80, la municipalité relance le projet.

1996 1997 : Réalisation de la façade en marbre translucide ornée d’une rosace représentant la Résurrection. Les travaux finissent officiellement en 1999.

Spatialité

■ Cathédrale catholique néogothique | Lille, place Gilleson (Nord)



Largeur intérieureLargeur extérieureLongueur intérieureLongueur extérieureHauteur intérieureHauteur extérieure
38

EnlumGRInformations complémentairesEnlumDR

◆ Il s’agit de la dernière cathédrale du XX et en tant que telle, elle à bénéficié au cours de la fin du siècle des innovations technologiques modernes pour sa dernière phase de construction ainsi que pour plusieurs aspects de sa décoration intérieure.

◆ Depuis 1269, une procession fut instaurée à Lille par Marguerite de Constantinople en l’honneur de Notre Dame de La Treille, soulignant par là l’attachement des lillois à ce culte virginal qui devient par ailleurs patronne de la ville en 1431 ; la cathédrale fut entre autre construite afin d’abriter une statue de Notre-Dame de la Treille dont le premier miracle remonte au 2 juin 1254. Ce culte se matérialisa en effet sous la forme de la statue miraculeuse de la Vierge de la Treille datant du dq.XII à laquelle on attribuait la vertu de délivrer des possessions et de guérir de maux incurables. Tout d’abord, la collégiale Saint-Pierre l’abrite à partir de 1238. À la destruction de l’édifice en 1792, signant en même temps la fin de la procession annuelle, elle est sauvée par un chapelain et déposée en 1801 dans l’église sainte Catherine. Le père Charles Bernard rétablit ce culte en 1842 en profitant du renouveau du culte marial, donnant ainsi l’impulsion pour la construction de la cathédrale. La statue est alors présente dans l’édifice à partir du 21 septembre 1872 jusqu’à sa disparition en Juillet 1959.

◆ La cathédrale surplombe une grande crypte de 2500m2 - la plus vaste d’Europe - qui sert aujourd’hui le Centre d’art sacré de Lille accueillant entre autre de l’art contemporain.

EnlumGVPhotographies additionnellesEnlumDV

Intérieur

👁

Chapelles

👁 👁 👁 👁 👁 👁

Extérieur

👁 👁 👁