🔍
Bouton_Accueil

Église Saint-Étienne de Bar-le-Duc

Historique

XIII : Chapelle dédiée à saint Pierre.

1315 1630 : On fait remplacer la chapelle par une collégiale. Les travaux furent difficiles : la Guerre de cent ans endommage gravement l’édifice et ce n’est qu’en 1630 que le clocher est terminé.

1782 : On fusionne la collégiale avec son homologue en ville, la Collégiale Saint-Maxe du Château des ducs de Bar alors détruite. On transfert donc les trésors, reliques et vestiges des tombeaux des ducs de Bar jusqu’à la collégiale restante.

1790 : La collégiale ferme suite aux évènements de la Révolution. Elle rouvre sous le nom d’Église Saint-Étienne.

XIX : On entreprend divers travaux de restauration qui modifient en partie l’architecture de l’édifice.

Spatialité

■ Église catholique gothique flamboyant | Bar-le-Duc, Place Saint-Pierre (Meuse)



Largeur intérieureLargeur extérieureLongueur intérieureLongueur extérieureHauteur intérieureHauteur extérieure
20 43 12

EnlumGRInformations complémentairesEnlumDR

► L’édifice contient deux œuvres importantes du sculpteur sammiellois Ligier Richier : Tout d’abord le Transi de René de Chalon 🗎⮵ datant de 1545 1547 et qui est une œuvre importante de la renaissance. Elle a la spécificité de représenter le mort debout, offrant d’une attitude martiale son cœur à Dieu. Secondement, le Christ en croix entre les deux larrons 🗎⮵, ensemble de trois statues de bois datant de 1531 représentant la célèbre scène de la Bible.

► Notons encore la présence d’une troisième œuvre : Notre-Dame du Guet, une Vierge à l’enfant du XIV que l’on considère comme la protectrice de Bar-le-Duc. Elle fut couronnée le 4 juillet 1920 en remerciement d’avoir protégé la ville qui sortit indemne de la première guerre mondiale.

EnlumGVPhotographies additionnellesEnlumDV

Intérieur

Extérieur