🔍
Bouton_Accueil

Padmasambhava
Guru Rinpoché, Shakya Sengé

Données générales

PériodeLieu
GénéralVIIIChine (Tibet)
NaissanceVIIIOddiyana, Inde (ajd. Vallée de Swat, Pakistan)
Décès
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Théologie
Yoga
Magie
Vajrayana 🎓Nyingmapa 🎓

RelationsNom
Entourage
ParèdreMandarava
Shakyadevi
Yeshe Tsogyal
Influence
Maître? Ananda
? Prabhahasti
Sri Singha
SurThéologie vajrayana

Repères biographiques

■ Étant un être semi-légendaire, on connaît plusieurs versions hagiographiques de son histoire, avec quelques différences de contenu ou d’ordres chronologiques. Il s’agit néanmoins d’un des rares fondateurs du vajrayana dont l’existence est historiquement avérée quoique reposant sur peu de preuves matérielles.

► D’après les nyingmapa, il serait né miraculeusement du hri d’Amitabhâ, dans le corps d’un enfant de huit ans au sein d’une fleur de lotus posée sur le lac Dhanakosha, d’où son nom signifiant littéralement "né du lotus". Il est trouvé par le Roi local, Indrabodhi, qui priait sur les rives du lac afin d’avoir un enfant. Il le reconnaît comme héritier et Padamsambhava se marie. Mais Padmasambhava, peu intéressé par la vie mondaine, quitte (ou se fait exiler) de la demeure royale pour voyager en ascète errant au travers de l’Inde, rencontrant de nombreux maîtres, accomplissant plusieurs miracles et séjournant dans les cimetières où il enseigne aux ḍākinī. Il se décide à aller convertir le Royaume du Zahor (Bengale actuel). Là, il prend Mandarava, nonne et fille du Roi, comme disciple et ils réalisent tout deux le corps arc-en-ciel dans la caverne de Maratika. Néanmoins pour cette faute, le roi décida de l’immoler vif. Padmasambhava s’en sorti néanmoins indemne et en conséquence de ce tour de force, le roi lui offre son royaume ainsi que sa fille. Dans d’autres versions il est banni de la cour.

► Au Népal, il obtient le grand sceau (mahāmudrā) avec Shakyadevi et apprend le dzogchen de Sri Singha. Le maître tantrique voyage dans toute l’Asie afin de répandre cette doctrine. Sa réputation de thaumaturge le précédant, Shantarakshita l’invite à la cour du Roi du Tibet afin d’y chasser des démons. Il y parvient armé de son phurbu et aide Shantarakshita à installer le vajrayana au Tibet jusque là adepte du bön. Quand certains démons sont détruits, d’autres deviennent des protecteurs du dharma. Il donne des enseignements à quelque 25 principaux disciples, participe à des traductions de textes sacrés et bénis le Tibet avec sa plus proche disciple Yeshe Tsogyal qui rédigea sa biographie. Il fonde un monastère à Samye en 775 avec Shântarakshita, qui est le premier monastère bouddhique tibétain. À la fin de sa vie il se retira dans un royaume lointain pour vaincre un roi rakshasa et prendre son royaume.

◆ Il s’agit bien sûr, de l’un des personnages les plus importants du vajrayana. Pour ses pratiquants, là où le Bouddha historique représente l’aspect exotérique, Padmasambhava représente l’ésotérique. Considéré comme un mahâsiddha, il est particulièrement révéré dans le nyingmapa où il est tel un second Bouddha. Padmasambhava y typifie l’ensemble des maîtres spirituels et fait l’objet d’une intense vénération. Il forme une triade avec Avalokitesvara et Amithaba, qui en est le centre. Comme pour les divinités, l’école à élaboré autour de lui toute une iconographie relative à ses formes.

■ Son invocation la plus célèbre est : Dans le nord-ouest du pays d’Orgyen / Tu as atteint dans une fleur de lotus / La plus sublime et la plus merveilleuse perfection. / On t’appelle l’homme né du lotus / Et de nombreuses Dâkinî t’environnent. / C’est toi que je veux suivre, / Viens me bénir !. L’aspect principal des enseignements de Padmasambhava réside dans les kagyé, huit transmissions du mahayoga. On dit qu’il cacha des termas un peu partout dans l’Himalaya afin que de futurs tertön les découvrent, le Bardo Thodol est l’un de ces trésors redécouverts.

Œuvres choisies

  • attr. (retranscrit par Yeshe Tsogyal) La libération par l’écoute dans les états intermédiaires {Bardo Thödol}, Information inconnue.
  • attr. La Guirlande des Vues : une instruction {Man ngag lta ba’i phreng ba}, Information inconnue.

Citations

Une personne qui se laisse aller au vagabondage mental pendant qu’il effectue la récitation-vajra, n’obtiendra jamais de résultat, même en récitant le mantra une multitude de fois. Bien sur, ceci n’est pas surprenant. Si pendant que vous parlez à quelqu’un, vous ne le regardez pas dans les yeux, que vous laissez votre regard se promener autre part, vous ne pourrez pas établir de contact personnel, visuel ou affectif, qui ferait de votre conversation un échange significatif. De la même manière, si vous récitez un mantra avec un esprit errant, vous ne saisirez pas la substance du mantra. Comment pouvez vous atteindre des résultats ainsi ? Vous jouez juste un jeu.
Comme le torrent se précipite vers la mer / Comme le soleil et la lune glissent par delà les montagnes du couchant / Comme les jours et les nuits, les heures et les instants s’enfuient / La vie s’écoule inexorablement.
La meilleure sorte de mala qui puisse être utilisé pour accroître le nombre de récitations, est un mala fait de ceratis (type de pierre précieuse). Un mala médiocre est fait de la graine d’un arbre ou d’un fruit, et un mala inférieur, est fait de bois, en terre, en pierre ou de médicaments.
La vie passe aussi vite que les nuages d’automne / Parents et amis sont comme les badauds d’un marché / Le démon de la mort rode, furtif, comme les ombres du crépuscule / L’au delà est comme un poisson transparent en eau trouble / Le monde, comme le rêve de la nuit passée / Les plaisirs des sens, comme une fête illusoire / Et les activités ordinaires aussi futiles, Que les ondes se succédant à la surface de l’eau.