🔍
Bouton_Accueil

L’Archéomètre


AuteursDatesTypeLieuThèmesStatut
ecr. et Ill. Alexandre Saint-Yves d’Alveydrepubl. 1911Littératurepubl. Paris (France)Ésotérisme

► C’est l’ouvrage le plus célèbre de Saint-Yves d’Alveydre bien qu’il fut publié à titre posthume par les Amis de Saint-Yves d’Alveydre (dirigés par Papus) à partir de notes laissé par l’auteur. Saint-Yves pris par ailleurs le soin de le breveter.

◆ Cette œuvre prétend synthétiser de façon universelle tout le savoir de l’humanité. Elle se donne ainsi pour but d’être un outil permettant de jauger la valeur d’un système religieux, philosophique ou scientifique au regard de la tradition. C’est donc une des clef absolue produites par le néo-occultisme. Michelet dira : Qu’est-ce que l’Archéomètre, soit la mesure de l’Archée (force cosmique universelle) dont parlent à mots couverts les hermétistes ? C’est un procédé, une "clef" permettant d’appliquer aux sciences et aux arts une pénétration quasi automatique des arcanes du Verbe. C’est un instrument de mesure des principes premiers ! J’ai vu pivoter, sous les mains de Saint-Yves, les cercles de carton couverts des secrets du Zodiaque, et leur secteur répondre à mes questions.

𝕍 L’Archéomètre in La Gnose (1,9,10,11 ; 2,1,2,3,5,7,11,12 ; 3,1,2), René Guénon, 19101912 (étude intéressante mais inachevée).

■ Étant donné le nombre très important d’illustrations nous en avons seulement sélectionné certaines. De plus nous avons du en numériser une partie nous-mêmes, attendu que la qualité de la numérisation de la Bnf est juste passable. Reportez vous à la source suivante pour consulter l’intégralité de l’ouvrage.

separateur

🕮 Caillet, ref.9801 : On pourrait appeler cet ouvrage le Canon Cabbalistique. Ce document d’ailleurs peu connu, constitue tout ce que l’auteur a bien voulu livrer à la publicité de cette œuvre précieuse entre toutes. — L’Archéomètre proprement dit consiste en une figure synthétique de forme circulaire divisée en zones concentriques. — Ces divisions contiennent des correspondances qui existent entre les nombres, les lettres, les couleurs, les notes musicales, les signes du zodiaque et les planètes. — On y trouve aussi la reconstitution précieuse de l’alphabet Watan qui, dit l’auteur, était employé par la race rouge ; ces lettres sont du plus haut intérêt et on peut y retrouver les éléments des signes symboliques figuratifs légués par l’Antiquité et restés depuis immuables, à travers les siècles. — L’Archéomètre comprend encore un étalon métrique, destiné à réformer la sonométrie, et qui peut servir de règle pour les proportions esthétiques de toutes les constructions graphiques. — Ce document est donc de la plus haute importance. [Dujols]

🕮 Dorbon-Aîné, ref.4332-4334.

🕮 Dujols, 20 ref."0" : Le fameux Archéomètre de Saint-Yves d’Alveydre, annoncé depuis si longtemps et si impatiemment attendu, vient enfin de paraître sous une forme splendide, digne de l’œuvre et de son auteur. C’est la Somme de l’Esotérisme, le majestueux couronnement des travaux transcendants du Grand Maître de l’Ecole Occultiste, enfin, l’étalon indispensable sur lequel doit se mesurer l’entendement humain. Il est impossible de parler congrûment de ce chef-d’œuvre après une première lecture. Une longue et sérieuse étude est indispensable pour l’analyser comme il convient. C’est une œuvre d’une tessiture élevée. Chaque mot a son étincelle, chaque phrase son rayon. Le livre entier est une explosion de lumière. L’Archéomètre constitue la plus belle manifestation chrétienne qui ait vu le jour depuis bien des siècles. A cette heure de conflits graves entre les Révélations d’Orient et les Révélations d’Occident, l’œuvre géniale de Saint-Yves d’Alveydre est comme un phare allumé dans les ténèbres de la nuit pour guider vers le port les nefs en perdition. […]


Illustrations : én. de L’Archéomètre, 1911, Bibliothèque Nationale de France (Paris, France). Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Illustrations couleur et hautes résolutions : L’Archéomètre, 1934, ORAEDES.

séparateur