🔍
Bouton_Accueil

Le Ciel des Philosophes
Cœlum philosophorum


AuteursDatesTypeLieuThèmesStatut
ecr. et Ill. Philipp Ulstadpubl. 1525Littératurepubl. Fribourg-en-Brisgau (Allemagne)Alchimie
Médecine

► Cet ouvrage à jouit d’une grande popularité, en témoigne la petite vingtaine d’éditions en deux siècles. Influencé principalement par Arnaud de Villeneuve et Roquetaillade, cet ouvrage alchimique prend un tour résolument pratique concernant les distillations et l’utilisation des essences en médecine. On trouve aussi des passages d’Albert et de Lulle.

■ Il convient de npc. cet ouvrage avec son homonyme attribué à Paracelse que l’on trouve aussi titré ou sous-titré Le Livre des vexations ni avec un autre homonyme du XVIII attribué à Johann Cramer (le minéralogiste).

■ L’ouvrage avait de nombreuses sources numérisées qui plus est pour la plupart de bonne qualité, avec ou sans illustrations. Nous avons choisi celle qui nous a semblé la meilleure, soit celle de la Bibliothèque d’État de Bavière. Nous n’avons pas rapporté toutes les illustrations : celles en double ou celles trop petites et simples pour avoir de l’intérêt sans le texte ont été ôtées.

separateur

🕮 Bosc, ref.1519,1520 : Cet ouvrage a eu de nombreuses éditions, l’auteur vivant en 1525 à Fribourg en Brisgau.

🕮 Caillet, ref.10914-10916 : Livre rare de ce célèbre alchimiste de Fribourg en Brisgau, contenant les véritables principes de la philosophie hermétique. — Très recommandé aux adeptes par Lenglet-Dufresnoy dans son Histoire de la philosophie hermétique. — Il contient un grand nombre de figures représentant des fourneaux philosophiques, des cornues, des athanors, employés par les alchimistes. — La figure Forma Furni (🗎⮵) est particulièrement curieuse.

🕮 Dorbon-Aîné, ref.4991-4994 :

1. Cet ouvrage, encore plus rare dans la traduction française que dans l’édition originale latine de 1525, orné de nombreuses figures gravées sur bois représentant des fourneaux philosophiques, des cornues, des athanors et d’autres ustensiles employés par les alchimistes, constitue un traité complet de l’art distillatoire. Parmi les différentes espèces de distillations citées par l’auteur, l’on note la « distillation circulatoire » fort en usage au XVe siècle, mais abandonnée aujourd’hui. Ulstade loue les propriétés de l’Or potable et celles de l’eau-de-vie. Il nous donne, entre autres, la recette d’une liqueur, « Eau-de-vie de l’Empereur Frédéric troisiesme », fort goûtée des gourmets du Moyen Age.

2. […] Le premier est orné, au titre, d’une figure symbolique et, dans le texte, de nombreuses gravures sur bois, dont 3 à pleine page, représentant des fourneaux philosophiques, des cornues, (des athanors et autres ustensiles employés par les alchimistes. La figure du « Forma Furni » est particulièrement curieuse. […]

3. […] Dans son « Histoire de la Philosophie hermétique », Lenglet-Dufresnoy recommande ce traité, extrait des œuvres de Raymond Lulle, d’Arnauld de Villeneuve et de Jean de Roquetaille ou de La Roche Tranchée (en latin : Joannes Rupescissa), religieux de l’Ordre de St. François au couvent d’Auirillac, vers le milieu du XIVe siècle. — Orné de nombreuses figures sur bois représentant les fourneaux, alambics, cornues et autres ustensiles dont se servaient les alchimistes. — L’édition de Lyon de 1553 qualifie Ulstadius de Philosophe hermétique de Fribourg-en-Brisgau, tandis que l’édition originale (Argentorati, 1525) porte : Philosophe de Nierenberg » […]

🕮 Jouin, ref.60 :

Nous lisons dans Langlet du Fresnoy, III, 326 : "Phil. Ulstadii, Germani, Cœlum philosophorum, see Secreta naturæ, id est quomodo ex rebus omnibus Quinta Essentia paretur, in-12, Lugduni, 1553 (bonne édition), 1557, 1571". Et, III, 327 : "Le ciel des philosophes, ou Secrets de Nature», par Philip. Ulstade et autres, in-8°, Paris, 1547. Les différentes éditions de ce livre font voir qu’il est est estimé et recherché des amateurs. L’auteur vivait en 1525, à Fribourg en Brisgau. » Brunet, V, col. 1008, dit que la première édition fut imprimée, à Strasbourg, en 1526, et qu’elle fut suivie d’un grand nombre d’autres, parmi lesquelles il cite celle de 1557, chez Rovillius, à Lyon, avec l’addition du Directorium de Jean Antoine Campanius, et non pas Campesius.

Le livre d’UIstade contient « les Secretz de nature, et comme l’homme se peult tenir en santé, et longuement vivre,… extraict des livres de Arnauld de Viileneufve, du grand Albert, Raymond Lulle, Jehan de la Roche, Tranchée, et plusieurs autres bons auteurs » ; Cf. Feller, Biogr. univ., XII, 232, Paris, Gauthier, 1834.

🕮 Lenglet Du Fresnoy, ref.857:1-6. Les différentes éditions de ce livre font voir qu’il est estimé et recherché des amateurs. L’auteur vivoit en 1525 à Fribourg en Brisgaw.

🕮 Ouvaroff, ref.882 : Voyez sur Ulstade ou Ulstede, Hoefer : Histoire de la chimie, I, 472-74.

🕮 Sepher, ref.3382.


Illustrations : én. du Ciel des Philosophes, 1526. | bs. Bibliothèque d’État de Bavière (Munich, Allemagne). Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque d’État de Bavière

séparateur