🔍
Bouton_Accueil

La Clef infernale
Clavis Inferni


AuteursDatesTypeLieuThèmes
Cyprianusecr. f.XVIIILittératureMagie
Talismanie
Démonologie

► Le nom complet de l’ouvrage est Clavis Inferni sive magia alba et nigra approbata Metratona {La Clef infernale ou la magie noire et blanche approuvée par Metatron}. Il permet d’invoquer les rois démoniaques cardinaux que sont "Vricus" (Roi d’Orient), "Paymon" (Roi d’occident), "Maymon" (Roi Méridional) et "Egyn" (Roi Septentrional).

► On peut reconnaître que des illustrations sont inspirées du Livre d’Habraham le Juif pour l’ouroboros fixe et volatil 🗎⮵ combiné au serpent crucifié 🗎⮵ et du Traité de Chymie très ancien pour le Verbe ensiforme 🗎⮵.

► Le livre indique MCCCCCCLLXVII en date et tout comme les bibliothécaires de Wellcome, on peut supposer qu’il s’agit de 1717 ? Néanmoins le texte indique qu’il serait plutôt de la fin du XVIII. C’est le seul exemplaire que nous connaissons.

◆ De la même manière que Pietro d’Abano et l’Heptameron, la réputation de magicien de Saint Cyprien lui a valu de se voir attribuer un certain nombre de grimoires. Néanmoins le personnage nommé Cyprianus à acquis en lui-même une individualité propre de sorcier faustien et les grimoires signés Cyprianus sont au Danemark et dans les pays scandinaves en général, l’équivalent des Albert eu Europe de l’ouest.

◆ Ce ou ces ouvrages ont le nom de Livre de Saint Cyprien ou le Livre noir. Par ailleurs les légendes tournant autour du personnage de Cyprien existent jusqu’en Normandie où Frédéric Pluquet, mythographe de Bayeux à rapporté la légende du Grimoire du Curé qui lui a été contée par un autochtone et qui partage de nombreux points communs avec l’histoire originale. Nous la reproduisons ci-après. De cette légende vient la superstition qui veut qu’il ne faut jamais lire les ouvrages de Cyprianus sous peine d’invoquer le Diable.

L’histoire du Grimoire du Curé

Un jour, un curé des environs de Bayeux qui entretenait un commerce assez suivi avec le diable oublia son grimoire sur sa table. Son domestique, garçon fort curieux, épiait depuis longtemps l’occasion d’ouvrir le livre mystérieux ; sa curiosité était d’autant plus piquée que son maître lui avait défendu d’y toucher. Le voilà donc qui se met à feuilleter le grimoire et à en lire par-ci par-là quelques passages.

À peine avait-il prononcé je ne sais quel mot, que le diable se présente à lui sous la forme d’un grand homme noir, avec deux cornes, des yeux rouges et une bouche épouvantable, en lui disant d’une voix rauque : « que me veux-tu, impudent vaurien ? » Le domestique épouvanté, au lieu de répondre, chercha à s’enfuir ; mais du bout d’une de ses griffes le diable le prit par les cheveux, l’éleva comme une plume, et le tenant suspendu en l’air se disposait à l’emporter.

En ce moment le curé rentra chez lui, dit quelques mots au diable qui posa doucement le jeune homme par terre et disparut. Il faillit mourir des suites de la frayeur qu’il éprouva et promit bien de ne plus lire le grimoire. Quant au curé, il renferma soigneusement ses livres magiques sous la clef et continua de vivre en bonne intelligence avec Satan.

séparateur

■ L’ouvrage étant fort court, nous le reproduisons intégralement, texte compris. Pour le moment uniquement sous format numérique, nous le retranscrirons et le traduirons DOPoFD.

Illustrations : én. de La Clef infernale, f.XVIII. | bs. Bibliothèque Wellcome (Londres, Royaume-Uni). Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Wellcome

séparateur