🔍
Bouton_Accueil

Œuvre Médico-chymique
Opus Medico-chymicum


AuteursDatesTypeLieuThèmesStatut
ecr. Johann Daniel Mylius
ill. Matthäus Merian
publ. 1618Littératurepubl. Francfort-sur-le-Main (Allemagne)Alchimie

■ L’ouvrage qui s’étend sur presque deux mille pages et trois traités n’a jamais été traduit. Les gravures que nous avons donc seulement rapportées sont surtout présentes dans la troisième partie. À noter que certaines d’entre elles, représentant des appareils, sont absentes dans la version de 1618 : elles étaient endommagées ou pliées dans la version numérisée. Nous présentons ici deux versions afin d’obtenir la meilleure qualité ce qui explique l’hétérogénéité des numérisations ; Les gravures sont strictement identiques d’une version à l’autre.

■ On trouve dans cet ouvrage un certain nombre de gravures tirées d’autres œuvres. Nous avons d’abord trois gravures des Douze Clefs de Philosophie de Basile Valentin 🗎⮵ 🗎⮵ 🗎⮵ , le Signaculum Mundi Pythagoricum du De Opere Dei Creationis (1597) de Helisaeus Röslin qui sera popularisé par l’Épitaphe philosophique de Glauber 🗎⮵ et enfin une gravure de l’Auréole énigmatique de Maier 🗎⮵. Ces gravures ont identiques aux versions vers lequelles nous vous renvoyons. Nous avons ensuite les gravures du Jardinet récréatif hermetico-spagyrique de Daniel Stolcius de Stolzenberg, disciple de Mylius. Nous avons séparé son dans une fiche propre, même si sa première publication date bien de la parution de l’Œuvre Médico-chymique. Nous avons enfin le Portier de la Pansophie.

🕮 Bosc, ref.926,970.

🕮 Dorbon-Aîné, ref.3218 : Rarissime traité de médecine spagyrique que Myllus fait précéder d’une dédicace à « Deo optimo maximo Creutori meo incomprohensibili » qu’il signe « Tua creatura, omnium indignissima, Ego, Homo ». Les 3 traités que contient cet ouvrage et qui ont chacun un titre séparé se subdivisent eux-mêmes de la façon suivante : Basilica Medica, seu de salutifera medicina antiqua Hippocratica, demonstrat : 1. Physiologiam, 2. Pathologiam, 3. Therapeuticam. — Basilica Chymica, continens : 1. Anatomiam Auri, 2. Argenti et Mercurij, 3. Iovis, Martis ac Veneris, 4. Tractat de geminis, 5. Examinat mineralia, 6. Vegetabilia resoluit, 7. Animalia explicat. — Basilica Philosophica, continens : 1, Philosophorum ac sapientium antiquorum consilia super Lapidem Philosophorum seu Medicinam universalem, 2. Chymicorum vasa et fornaces, 3. Quædam Philosophorum obscura. — Avec un très beau titre-frontispice gravé (un peu fatigué dans la marge du fond) servant pour le recueil complet et contenant des sujets alchimiques et astrologiques, quelques figures dans le texte et 2 vignettes alchimiques gravées sur les titres particuliers. — À noter que dans l’Avis au lecteur, il est question de la Fraternité de la Rose-Croix.

🕮 Lenglet Du Fresnoy, ref.498:1,533 : Le second traité renferme sept livres : savoir, I. l’Anatomie de l’or. II. L’anatomie de l’argent et du mercure ; III. L’anatomie de Jupiter, de Mars et de Vénus. IV. Il y est traité des pierres précieuses. V. Il y est parlé des minéraux : au VI. on fait l’analyse des végétaux, et au VII. des animaux. Les autres livres regardent la médecine.


Illustrations : én. de l’Œuvre Médico-chymique, 1618. | bs. Bibliothèque d’État de Bavière (Munich, Allemagne). Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque d’État de Bavière

Illustrations : én. de l’Œuvre Médico-chymique, 1618-1630. | bs. Bibliothèque nationale de Médecine (Bethesda, États-Unis d’Amérique). Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre

séparateur

1

2

3