🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Bodhidharma
Le grand voyageur, Le moine aux yeux clairs, Le Brahmane contemplant un mur

Données générales

PériodeLieu
GénéralVIChine
Naissance? 506Kanchipuram, Inde
Décès? 574 (68 ans)
Cause
Inhumation
? Mont Xiong’er

DomaineCourantOrdre
BouddhismeChan
Mahayana
Monastère de Shaolin

RelationsNom
Influence
MaîtrePrajñātāra
ParBouddha
ÉlèveDaoyu
Huike
SurChan

Repères biographiques

► Personnage semi-légendaire, premier patriarche de l’école chan et considéré rétrospectivement (ex. in 證道歌 {Chant du satori}) comme le vingt-huitième patriarche après Mahākāśyapa, élève de Bouddha. Plusieurs chroniques (comme celle des 高僧傳 {Moines éminents} de Hui Jiao) indiquent qu’il serait issu d’une famille princière du sud-ouest de l’Inde. Le Denkoroku rapporte que son maître Prajñātāra lui transmis le dharma du Bouddha ainsi : Parmi toutes les choses, laquelle est une non-forme ?, La non-naissance est une non-forme., Parmi toutes ces choses, laquelle est la plus grande ?, L’essence du dharma est la plus grande.. La légende raconte que Prajñātāra lui demanda d’attendre soixante ans avant de propager la doctrine. Il part du sud de l’Inde pour le sud de la Chine où il débarque à Canton en 520.

► Ses tentatives de propagation de ses idées se révèlent d’abord infructueuses : il est invité à rencontrer l’empereur Wu, fondateur de la dynastie Liang et propagateur du bouddhisme. Leur rencontre est décrite dans 碧巖錄 (Pi-yen-lu) {Le Recueil de la falaise bleue} et lui fait prendre conscience que la Chine n’est pas prêtre à recevoir le dharma. Il se dirigea vers Luoyang, capitale des Wei du nord, traversant le Yangzi sur une feuille de roseau (sujet important de l’iconographie chan 🗎⮵), jusque au Mont Song, où il s’installa au temple de Shaolin.

↪ Il y pratiqua zazen durant neuf ans selon la technique de 壁觀 (bìguān) {contemplation du mur}. Une autre version sans doute romancée expose qu’il aurait médité devant le monastère Shaolin afin de pouvoir y pénétrer et y propager son système. On raconte en outre qu’il y développa la technique des 18 mains de l’arhat qui aboutirent au fameux kong-fou Shaolin. Quoiqu’il en soit, il y rencontre Huike qui doté d’une puissance kokorozashi, (des versions sans doute romancées indiquent qu’il s’est tranché le bras pour la démontrer) devint son disciple puis son successeur, cette transmission est décrite dans 景德傳燈錄 (Ching-te Ch’uan teng lu) {La transmission de la lampe} où Huike obtient la "moelle" de Bodhidharma.

► On raconte que Bodhidharma serait mort empoisonné à 150 ans, tant il est vrai qu’il semble s’être attiré l’inimité d’autres écoles monastiques. On ajoute que cette mort fut factice, et que le studieux pèlerin Sung Yong croisa le maître peu après sa mort qui s’en allait vers son pays natal, chaussé d’une seule sandale. Ainsi, comme nombre de saints, sa tombe fut trouvée vide lorsqu’on l’ouvrit ensuite, et dans son cas, on y retrouva une de ses sandales. C’est pour cette raison qu’on le représente dans sa forme spirituelle, pourvu de cette caractéristique vestimentaire.

◆ Vis à vis du chan, les enseignements de Bodhidharma étaient encore fatalement, fortement imprégnés du bouddhisme indien, focalisé au sud, sur l’exercice du dhyāna. Dans ses Deux entrées, il expose en quatre étapes graduelles l’accession au principe qui est une cultivation de l’équanimité : "Répondre convenablement à la haine", "S’accorder aux conditions", "Ne rien tenir pour désirable" et "S’harmoniser avec le dharma". Il insistait sur l’étude des soutras traditionnels, en particulier le Soutra de l’entrée à Lanka où l’on trouve le passage de la fleur d’udumbara à partir duquel il a manifestement développé son enseignement. Il faut attendre Huineng, sixième patriarche du chan au VII, pour qu’une forme spécifiquement chinoise émerge, par l’adjonction d’éléments taoïstes.

■ En chinois on translittère "Putitamo" et en japonais "Bodaidaruma". On rencontre aussi respectivement les formes courtes "Tamo" et "Daruma". En tibétain, on trouve "Dharmottara".

Œuvres choisies

  • attr. Deux entrées et quatre pratiques {Er’ru sixing lun}, Information inconnue.
  • attr. La Stance de la transmission du dharma sans paroles, Information inconnue.
  • attr. Sermon de la lignée du sang {Xuemai lun}, Information inconnue.
  • attr. Sermon de la destruction des apparences {Poxiang lun}, Information inconnue.
  • attr. Sermon de l’éveil {Wuxing lun}, Information inconnue.

Citations

Le zen va droit au cœur. Vois ta véritable nature et deviens Bouddha.
Citation attribuée