🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Chrétien de Troyes

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIIFrance
Naissance 1135? Troyes
Décès 1185 ( 50 ans)
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Littérature
Littérature médiévale

RelationsNom
Influence
ParOvide
SurMatière de Bretagne
Rabelais
Robert de Boron

Repères biographiques

► Les chercheurs n’ont pu réunir que peu d’informations sur lui, si ce n’est celles qu’il a donné dans ses manuscrits. C’est un troubadour de cour, au service de Marie de Champagne, fille de Louis VII puis de Philippe d’Alsace.

► Dans sa jeunesse il s’est inspiré d’Ovide (L’art d’aimer et Les Métamorphoses). Son premier roman mettait en scène Tristan et Iseult, il a aussi écrit des chansons d’amour. Néanmoins la plupart de ses premiers écrits sont perdus. Le médiéviste Pierre Gallais (Perceval et l’initiation, 1972) a émis l’hypothèse que son œuvre fut également influencée par le soufisme ou le chiisme via les croisades et la poésie arabo-andalouse. Il laisse aussi son dernier roman Perceval ou le Conte du Graal inachevé.

◆ Il est l’un des premiers auteurs de romans courtois et considéré comme l’inventeur du roman moderne. Il est également tenu comme le poète le plus doué de son époque, s’inspirant du celtisme, agrémentant ses récits d’éléments merveilleux, il exalte l’amour et la bravoure chevaleresque tout en l’imprégnant de spiritualité. Dieu s’y révèle source, expression et finalité de ce diptyque et la femme, chef-d’œuvre de la nature, devient l’initiatrice non seulement de toute forme de beauté mais aussi de connaissance intérieure en se faisant l’intermédiaire entre le chevalier et Dieu.

Œuvres choisies

  • Érec et Énide, 1170.
  • Cligès ou la Fausse morte, 1175.
  • Lancelot ou le Chevalier de la charrette, 1175 1181. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Yvain ou le Chevalier au lion, 1175 1181.
  • Perceval ou le Conte du Graal, 1182 1190. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

Trop de paroles, péché certain.
Perceval ou le Conte du Graal
Mauvais est l’homme qui oublie honte et vilenie qu’on lui fit.
Perceval ou le Conte du Graal
Les morts avec les morts, les vivants avec les vivants !
Perceval ou le Conte du Graal
Si jamais j’ai décrit la beauté que Dieu a mise en corps ou en visage de femme, je veux m’y essayer une autre fois et ne pas mentir d’un mot. Ses cheveux flottaient sur ses épaules, et qui les eût vus eût bien cru qu’ils fussent d’or fin, tant le blond en était lustré et chatoyant ; le front blanc, haut, uni, comme taillé dans le marbre, l’ivoire ou un bois précieux, les sourcils brunets, un large entr’œil, les yeux vairs, bien fendus, riants et clairs, le nez droit et franc ; et en son visage le vermeil assis sur le blanc lui seyait mieux que sinople sur argent. Pour ravir le sens et le cœur des gens, Dieu avait fait d’elle la merveille des merveilles. Jamais encore il n’en avait créé de semblable ; plus jamais il n’en devait créer.
Perceval ou le Conte du Graal
Car par le nom connaît-on l’homme.
Perceval ou le Conte du Graal
Le corps s’en va, le cœur séjourne.
Lancelot ou le Chevalier de la charrette
Les oreilles sont le chemin par lequel la voix s’en vient jusqu’au cœur.
Yvain ou le Chevalier au lion
Tel croit revenir vite qui ignore ce que l’avenir lui réserve.
Yvain ou le Chevalier au Lion
M’est avis qu’homme courtois mort vaut mieux que vilain en vie !
Yvain ou le Chevalier au lion
Ce n’est pas un vain propos, mais une vérité bien établie : celui qui accepte un conseil, n’est pas un sot.
Érec et Énide
À tout repas, la faim est la meilleure et la plus piquante des sauces.
Le proverbe du vilain nous enseigne que souvent chose qu’on dédaigne vaut mieux qu’on ne le pense.
Si jamais j’ai décrit la beauté que Dieu a mise dans le corps ou le visage d’une femme, j’ai de nouveau plaisir à le faire une autre fois sans mentir d’un seul mot.