🔍
Bouton_Accueil

Isaac de Ninive
Isaac le Syrien, Le second didyme

Données générales

PériodeLieu
GénéralVIIIrak
Naissance613Golfe persique ; ajd. Qatar
Décès700 ( 87 ans)Monastère de Raban Sabor, Irak
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Théologie
Mysticisme
ChristianismeNestorianisme 🎓

RelationsNom
Influence
ParPères du Désert
Évagre le Pontique
SurChristianisme oriental
Christianisme orthodoxe

Repères biographiques

► On sait peu de choses sur lui sinon trois vitae qui apportent peu d’éléments. Il est né à Bet Katraya. Accompagné de son frère, il devint moine très jeune, au couvent de Mar Mattai près de Mossoul. Renommé pour ses connaissances des Écritures du fait qu’il donnait des cours sur cette matière, on le réclama à Ninive afin qu’il en devienne l’évêque, ce qu’il fit à 47 ans. Il abdiqua néanmoins cinq mois plus tard, peut-être rebuté par les taches administratives ou par la jalousie de ses pairs. Il se retira au mont Matout dans le désert de Bet Husaya, région alors majoritairement nestorienne, et devint anachorète. Il vécu une vie d’ascète, mangeant très frugalement et finit presque aveugle, probablement du fait de ses lectures prolongées et de ses privations. La vieillesse le rattrapant, il se rendit ensuite au monastère de Rabban Shabur sur le Mont Chouchtar où il mourut, non sans avoir dicté ses œuvres à ses disciples composé de discours, aphorismes, prières et hymnes.

◆ Aimable, doux et humble, il ne s’impliqua que peu dans les querelles religieuses de son temps, développant une mystique mélancolique (il nomme le moine Syr. abila, Grc. penthikos {celui qui pleure}) basée sur l’amour infini de Dieu, l’obéissance à ce dernier par la purification et la prière. Il priait même pour la rédemption de Satan.

◆ Il estimait que la vie contemplative ne devait pas se couper du contact immédiat avec la vie quotidienne et usait de métaphores naturelles pour décrire ses opérations et états spirituels. Fidèle à ses prédécesseurs au désert, il distingue trois phases dans la prière : la lutte de l’âme et du corps, la croissance de l’âme et son ravissement par le Saint-Esprit, il développe cependant les relations entre ces trois phases. La prière de nuit revêt pour lui une efficacité plus grande que celle de jour et lorsqu’elle atteint son paroxysme, elle se fonds extatique en Dieu comme chez Évagre.

► Le fait qu’il fut nestorien n’empêcha en rien d’être reconnu comme saint par l’Église orthodoxe, il est d’abord traduit à IX, parfois de façon très libre. Très considéré en orient, il est estimé comme un Père par les maronites mais à été découvert tardivement par l’occident.

Œuvres choisies

  • Les discours ascétiques, VII
  • Sentences, VII Lien vers l’œuvre

Citations

Considère la prière comme la clef de l’Ecriture Sainte.
Aime les pêcheurs, mais déteste leurs œuvres ; et ne les méprise pas pour leurs fautes, de peur que tu ne sois toi-même tenté par les mêmes fautes.
Sois l’ami de tout les hommes, mais reste seul dans ton esprit.
La croix est la porte des mystères. Au travers de cette porte, l’intellect entre dans la connaissance des mystères célestes. La connaissance de la croix est cachée dans souffrance de la croix. Plus nous participons à ces souffrances, plus grande est la perception que nous gagnons par la croix.
C’est un don spirituel de Dieu qu’un homme puisse percevoir ses pêchés.
La récompense n’est pas donnée pour le travail mais pour l’humilité. Celui qui maltraite la seconde perd la première.
La foi est la porte des mystères. Que sont les yeux du corps pour les objets sensoriels, la foi est les yeux de l’intellect regardant les trésors cachés.
L’Homme qui endure les accusations contre lui avec humilité est arrivé à la perfection. Il est émerveillé par les saints anges, de là il n’y a aucune autre vertu aussi grande et aussi dure à accomplir.