🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Charles Perrault

Données générales

PériodeLieu
GénéralXVII XVIIIFrance
Naissance12 janvier 1628 Paris, France
Décès16 mai 1703 (75 ans)
Cause
Inhumation
? Catacombes de Paris

DomaineCourantOrdre
Mythographie
Littérature
Classicisme

RelationsNom
Entourage
RivalJean Racine
Nicolas Boileau
Influence
ParÉsope
SurFolklore occidental

Repères biographiques

► Issu d’une famille bourgeoise imprégnée de jansénisme, il fait des études littéraires au collège de Beauvais, puis obtient sa licence de droit. Avocat, cette fonction l’ennuie bientôt et il part travailler avec son frère, alors receveur général des finances. Adolescent, il s’intéresse à la Bible et à l’histoire de France. Il produit de la poésie, surtout une mise en vers burlesques du sixième livre de l’Énéide. Introduit à la cour de France, il obtient une positon favorable en la qualité de premier commis de la surintendance des bâtiments du roi, ce qui lui permet d’influencer la politique en faveur des artistes. Il contribuera également à la fondation de l’Académie des sciences, des inscriptions, des peintures et sculptures. Il sera une tête connue des académies, entrant à l’Académie Française à 43 ans, Académie, qu’il fera, fort de son influence, transporter au Louvre. Il prit part à la querelle des anciens et des modernes s’attirant en tant que chef de file des modernes, l’hostilité de Boileau et de Racine.

► Il est célèbre pour son ouvrage Les Hommes illustres qui ont paru en France au XVIIème siècle et surtout pour son recueil de contes, Histoires ou contes du temps passé plus connu sous le nom de Contes de ma mère l’Oye. Elle contient des mises en forme lettrées de contes populaires, agrémenté de moralités, tels Peau d’âne, Le chat botté, Le petit chaperon rouge, Cendrillon, Le Petit Poucet, La Barbe bleue ou La Belle au bois dormant. Il permet ainsi au conte de devenir un genre littéraire.

◆ Du point de vue littéraire, son impact peut être considéré aussi grand que celui de son contemporain La Fontaine ou de ses successeurs allemands, les Frères Grimm. Ces contes ont donné nombre d’adaptations cinématographiques et animées même si l’imaginaire populaire retient souvent des versions plus édulcorées que celles que Perrault avait mis en avant.

■ Inhumé à l’église Saint-Benoît qui fut démolie en 1854, on ignore où se trouve ses ossements, d’autant qu’ils auraient pu être éparpillés à la révolution. Il reste néanmoins envisageable qu’ils soient soient dans les Catacombes de Paris.

Œuvres choisies

  • Les Hommes illustres qui ont paru en France au XVIIème siècle, 1696 1700. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Contes de ma mère l’Oye, 1697. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France et 𝕍 donc aussi Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

Rien ne marque tant la vaste étendue d’un esprit, que de pouvoir s’élever en même temps aux plus grandes choses, et s’abaisser aux plus petites.
Contes de ma mère l’Oye (Préface)
Tel veut du monde entier connaître le système / Qui ne se connaît pas lui-même.
l’Astrologue
Le prince, charmé de ces paroles, et plus encore de la maniere dont elles estoient dites, ne sçavoit comment luy témoigner sa joye et sa reconnoissance ; il l’assura qu’il l’aimoit plus que luy-mesme. Ses discours furent mal rangez ; ils en plûrent davantage : peu d’éloquence, beaucoup d’amour. Il estoit plus embarassé qu’elle, et l’on ne doit pas s’en estonner : elle avoit eu le temps de songer à ce qu’elle auroit à luy dire, car il y a apparence (l’histoire n’en dit pourtant rien)que la bonne fée, pendant un si long sommeil, lui avoit procuré le plaisir des songes agreables. Enfin, il y avoit quatre heures qu’ils se parloient, et ils ne s’estoient pas encore dit la moitié des choses qu’ils avoient à se dire.
La belle au bois dormant
Est fou qui veut lutter contre les étoiles.
La chatte cendreuse (Morale)
L’honnesteté couste des soins, / Et veut un peu de complaisance ; / Mais tost ou tard elle a sa récompense, / Et souvent dans le temps qu’on y pense le moins.
Les fées (Morale)
La Princesse n’eut pas plustost prononcé ces paroles, que Riquet à la houppe parut à ses yeux, l’homme du monde le plus beau, le mieux fait, & le plus aimable qu’elle eust jamais vû. Quelques-uns asseurent que ce ne furent point les charmes de la Fée qui opererent, mais que l’amour seul fit cette Metamorphose. Ils disent que la Princesse, ayant fait reflexion sur la perseverance de son Amant, sur sa discretion, & sur toutes les bonnes qualitez de son ame & de son esprit, ne vit plus la difformité de son corps, ny la laideur de son visage […]
Riquet à la houppe
Ce que l’on voit dans cet écrit / Est moins un conte en l’air que la vérité même. / Tout est beau dans ce que ton aime, / Tout ce qu’on aime a de l’esprit.
Riquet à la houppe (Morale)
Belles, ce don vaut mieux que d’estre bien coëffées : / Pour engager un cœur, pour en venir à bout, / La bonne grace est le vrai don des Fées ; / Sans elle on ne peut rien, avec elle on peut tout.
Cendrillon (Morale)
Le conte de Peau d’âne est difficile à croire / Mais tant que dans le monde on aura des enfants / Des mères et des mères-grands / On en gardera la mémoire.
Peau d’âne