🔍
Bouton_Accueil

Mohammad Ibn Zakariya al-Razi
Rhazès

Données générales

PériodeLieu
GénéralIX XIran
Naissance865Ray, Iran
Décès925 ( 60 ans)Kedarnath, Inde
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Alchimie
Médecine
Philosophie
Islam

RelationsNom
Influence
ParAli ibn Rabban al-Tabari
Platon
Zosime de Panopolis
SurMédecine occidentale
Médecine moyen-orientale
ÉlèveAl-Battani

Repères biographiques

► D’abord joueur de luth, il finit par diriger l’hôpital de Ray puis de Bagdad suite à ses études de médecine, hôpitaux dans lesquels il fut le premier à structurer un véritable service compartimenté et raisonné. Pédagogue il initia de nouvelles méthodes dans le domaine médical et pharmaceutique ainsi qu’au niveau déontologique et vulgarisera la connaissance médicale. Généreux, il proposait des consultations gracieuses pour les pauvres et rédigeât son Livre pour qui n’a pas accès à un médecin, permettant un auto-diagnostique et une auto-médication aux non initiés. Ses Aphorismes sont à destination du médecin itinérant. Initié tant à l’astrologie qu’aux sciences occultes envers lesquelles il est favorable, il tente de tirer les conséquences thérapeutiques de ces disciplines. Il les sépare néanmoins avec soin des sciences naturelles et se garde de les lier à des considérations spéculatives. Il a écrit un vaste corpus de textes couvrant tant la philosophie que la théologie, que les sciences médicales et naturelles.

■ Il devient aveugle à la fin de sa vie. Il souffrait en effet de problèmes oculaires du à l’exposition de matériaux chimiques mais lui même disait que c’était du à des lectures nombreuses et prolongées.

■ Les principaux principes d’une bonne hygiène de vie pour Rhazès sont : éviter les excès et chercher l’équilibre tant dans ses mouvements, que dans l’apport de nourriture et le psychisme. Si ils existent déjà, éliminer et évacuer les excès avant la manifestation néfaste. Il en résulte que de façon naturelle, le corps a besoin d’un habitat sain et d’exercice physique.

◆ Rhazès tenta d’appliquer les principes alchimiques aux sciences naturelles et à la médecine, ce qui en fait un précurseur de la spagyrie. Son ouvrage Kitab al-Hawi fi al-Tibb traduit en latin en 1279 sous le nom de Liber Continens fit autorité jusqu’au XVII. Avec Geber, il s’agit d’un des médecins arabes les plus influents de l’époque médiévale et il sera très tôt traduit et diffusé. Il diffère en revanche grandement des intentions jabiriennes. Dans son très pratique Secret des secrets {Kitab Sirr Al-asrar} Rhazès s’oppose en effet à la mystique théosophique ismaélienne : il ne tient pas compte ni des balances ou de l’alchimie comme taʾwīl {exégèse ésotérique} et écarte l’éventualité de prendre connaissance la cause première, seul l’intéresse l’opérativité que l’on peut tirer du monde naturel manifesté.

Œuvres choisies

  • L’exhaustif livre de la médecine {Kitab al-Hawi fi al-Tibb}, IX X.
  • Livre pour qui n’a pas accès à un médecin {Kitab ila man la yahduruhu al-tabib}, IX X.
  • Aphorismes {Al-Murshid aw al-Fusul}, IX X.

► On lui attribue des très nombreux traités alchimiques comme le Liber Rasis de almunibus et salibus, quae in hoc arte sunt necessaria et le Liber Raxis qui dixitur lumen luminum magnum et surtout le célèbre Secret des secrets {Kitab Sirr Al-asrar}.

Citations

Vous prétendez que la preuve du Miracle est présente et disponible, à savoir le Coran lui-même. Vous dites : "Celui qui le nie, qu’il produise un semblable." En effet, nous allons produire un millier de semblables, des travaux de rhéteurs, des discoureurs éloquents et des vaillants poètes, qui ont un phrasé plus appropriée et qui définissent les questions de manière plus succincte. Ils véhiculent mieux le sens et leur prose est dotée de meilleure rimes. Par Dieu… ce que vous dites nous étonne! Vous parlez d’un travail qui raconte les mythes anciens, et qui en même temps est plein de contradictions et ne contient pas d’informations utiles ou des explications. Ensuite, vous dites : «produire quelque chose de semblable" ?
Si les gens de cette religion sont interrogés sur la preuve de sa solidité, ils s’enflamment, se mettent en colère et répandent le sang de celui qui les confronte à cette question. Ils interdisent la spéculation rationnelle et s’efforcent de tuer leurs adversaires. C’est pourquoi la vérité est devenue complètement silencieuse et cachée.
En médecine, l’expérience est supérieure à la science.