🔍
Bouton_Accueil

Adi Shankara
Shanmatasthâpanacharya

Données générales

PériodeLieu
GénéralVIII IXInde
Naissance 788Kalady, Inde
Décès 820 ( 32 ans)Kedarnath, Inde
Cause
Inhumation
Kedarnath (Inde)
Temple Vadakkunnathan (Thrissur, Inde)

DomaineCourantOrdre
Théologie
Philosophie
Métaphysique
Advaita Vedanta 🎓Dashanami Sampradaya 🎓

RelationsNom
Influence
MaîtreGovinda Bhagavatpada
DiscipleHastamalakacharya
Padmapadacharya
Sureshwaracharya
Totakacharya
CommentateurAnandagiri
SurHindouisme bhaktique
Hindouisme pouranique

Aurobindo Ghose
Râmakrishna Paramahamsa
René Guénon
Shivananda Saraswati

Repères biographiques

► La légende raconte que Shiva est apparu en rêves à ses parents et leur à laissé le choix entre un enfant à la vie longue mais médiocre ou un autre à la vie courte mais exceptionnelle. Les parents prirent donc la seconde possibilité. En Inde, on considère volontiers Shankara {salutaire} comme une incarnation du Radieux. Son père meure alors qu’il est encore jeune, c’est donc sa mère qui l’éduque. On dit qu’il connaît les quatre Védas à l’âge de huit ans. Il voulut donc devenir sannyâsa, mais sa mère s’y opposa. Néanmoins lorsqu’il lui pria d’accepter sa requête alors qu’un crocodile lui happait la jambe, elle accepta. L’animal relâcha son emprise. Il put donc partir à la recherche d’un maître et trouva Govinda Bhagavatpada au bord de la rivière Narmada qui l’initia à l’advaita vedanta et dont il devient par la suite, le principal représentant.

► Il voyage alors dans l’Inde, propageant sa doctrine, affrontant d’autres sages hindous, bouddhistes et jaïns dans des débats philosophiques que dit-on, il remporta tous. Il réussit même à vaincre en joute verbale les tenants des autres astikas à Sharada Peeth, devenant ainsi le représentant de la sagesse Hindoue de cette région de l’Inde. Il voyage ensuite jusqu’en Himalaya où il atteint moksha, certaines sources mentionnent qu’ils serait revenu dans le sud de l’inde avant de mourir.

◆ Il a fondé la Tradition des dix noms, reposant sur quatre ordres monastiques disposé aux quatre points cardinaux de l’Inde, offrant leur direction à ses quatre principaux disciples : Hastamalakacharya à l’ouest, Padmapadacharya à l’est, Sureshwaracharya au sud et Totakacharya au nord. Réformateur religieux, il a mis l’accent sur le sacrifice intérieur plutôt qu’extérieur, moralisant les rituels tantriques. Il est l’un des commentateurs les plus connus des Védas et des Upanishads et est révéré comme un grand sage. Son influence sur la philosophie hindoue est très importante en particuliers sur les penseurs non-dualistes. Il aura écrit des textes variés : traités de théologie, commentaires et hymnes. Sa pensée à permis un renouveau de l’hindouisme, suite à son recul face au développement du bouddhisme. On doit à René Guénon le fait de l’avoir popularisé en Europe, quant aux États-Unis, c’est Vivekananda qui se chargera de diffuser sa pensée. La La victoire de Shankara (Shankaravijaya) d’Ânandagiri constitue sa biographie principale.

On trouve sur ce site un certain nombre d’extraits de son œuvre traduits en français par Gaurakrishna Carcelle élève du Yogi Ramsuratkumar.

Œuvres choisies

  • Commentaires sur les Sutras de Brahma, VIII IX {Brahmasutrabhashya} [Commentaire].
  • Connaissance de Soi, VIII IX {Atma-Bodha}.
  • Le suprême joyau de la discrimination {Viveka Chudamani} [Poème], VIII IX.
  • Les rangées de guirlandes de connaissances Brahman {Brahma Jnanavali Mala} [Hymne dévotionnel], VIII IX.
  • La vénération de Govinda {Bhaja Govindam} (Moha Mudgara {Le marteau de l’illusion}) [Hymne dévotionnel], VIII IX. Lien vers l’œuvre sur Wikisource
  • Un milliers d’enseignements, VIII IX {Upadesasahasri}.

Citations

Brahman est réel, l’univers est une apparence illusoire, l’individu n’est pas différent du Brahman. Ceci doit être compris comme la déclaration scripturale juste. C’est ce que proclame le Vedânta.
Les rangées de guirlandes de connaissances Brahman
Cette Réalité Unique, qui apparaît de façon variée du fait de l’illusion - bien qu’Elle-même soit toujours inchangée - et qui assume des noms et des formes, des attributs et des changements, comme l’or à travers toutes ses modifications - ce Brahman tu es. Médite cela en ton esprit
Le suprême joyau de la discrimination
Celui qui ressent une profonde dévotion pour les Écritures, qui est établi dans son Svadharma - car cela seulement peut contribuer à purifier le mental - et qui possède un mental pur, réalise le Soi suprême. Seule cette connaissance permet de détruire le samsâra, racine et branche.
Le suprême joyau de la discrimination
Les trois plus grands bienfaits, que puisse désirer une âme dans son évolution, sont une naissance humaine, la soif spirituelle, et le gourou qui doit la guider. Si elle réunit les trois, elle est certaine de parvenir à la libération.
Le suprême joyau de la discrimination
La délivrance n’est pas quelque chose à accomplir, mais quelque chose d’éternellement accompli, à quoi la Connaissance donne accès.
Commentaires sur les Sutras de Brahma
Dans les Upanishads, la notion d’un Brahman s’attelant aux tâches de création, de maintien, et de dissolution de l’univers est présentée dans le seul but de fortifier dans l’âme du disciple la conviction de son identité au Brahman, et non pas d’affirmer la réalité du processus cosmogonique.
Commentaire de la Brihadâranyaka Upanishad
La nature de l’Atman est Eternité, Pureté, Réalité, Conscience et Béatitude, tout comme la luminosité est la nature du soleil, la fraîcheur celle de l’eau et la chaleur celle du feu. Une notion telle que "Je sais" est produite par l’union, due à la non discrimination, d’une modification du mental à deux aspects de l’Atman, à savoir l’Existence et la Conscience. L’Atman ne subit jamais de changement, et la buddhi n’est jamais douée de conscience. Mais l’homme croit que l’Atman est identique à la buddhi et il tombe dans de telles illusions comme celle qu’il est celui qui voit et celui qui sait.
Connaissance de Soi (23, 24 , 25) [Trad. Gaura Krishna]