🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Enclos Paroissiaux Bretons

► En Basse-Bretagne, à partir du XVI, il était commun de clôturer la place de l’église d’une commune par un placître englobant à la fois l’édifice, un cimetière et souvent un calvaire, un ossuaire, une chapelle reliquaire ou encore une fontaine. L’entrée du mur d’enceinte est généralement aménagé en arc de triomphe. Cette volonté d’ouvrager les lieux religieux est en grande partie un moyen de lutter contre l’arrivée du protestantisme (prônant la sobriété) qui possédait quelques églises à l’est de la région mais n’a jamais pu s’installer durablement en Basse-Bretagne. Ce nouvel élan de production architectural, accéléré aussi par les missions catholiques de Michel Le Nobletz puis de Julien Maunoir, a favorisé la mise en avant des saints locaux, reconnus ou non par l’Église, dont beaucoup sont issus d’anciennes divinités celtiques ou d’un animisme paganisant christianisé.

séparateur

Enclos Paroissial Notre-Dame

Lampaul-Guimiliau (Place de l’église) in finistère (29), 1533 1679, édifice de style gothique flamboyant et renaissance

👁 👁

► Le mur d’enceinte de l’enclos est ponctué par une porte triomphale de 1668 surmontée d’un Christ en croix entouré de la Vierge et de saint Jean. La cour englobe l’église Notre-Dame, un calvaire, une fontaine, une chapelle reliquaire, un ossuaire de 1667 et un cimetière. La tour relie l’église et l’ossuaire avec un passage à son socle.

◆ L’ossuaire de 1667, œuvre de G. Kerlezroux, a sur son linteau l’inscription Memento mori qui s’oppose à l’arbre de vie sculpté en dessous sur le vantail.

◆ La flèche de Notre-Dame était initialement une des plus haute de la région avait d’être détruite par la foudre en 1809, elle est aujourd’hui tronquée à mi-hauteur.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.


separateur2

Enclos Paroissial Notre-Dame

Pencran (Place de l’église) in Finistère (29), XVI, Église catholique gothique et renaissance

👁

► L’église Notre-Dame est agrémentée au sud d’un porche aux douze statues d’Apôtres et au tympan très ouvragé, un calvaire à été installé le long du mur nord. L’enclos contient aussi le cimetière et un ossuaire.

◆ L’ossuaire daté de 1694 a été maintes fois remanié mais conserve toujours son inscription en breton sur la frise supportant le fronton : CHAPEL DA SA ITROP HA KARNEL DA LAKAT ESKERN AN POBL {Chapelle de Ste Eutrope et charnier pour mettre les os du peuple}.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial Notre-Dame

Saint-Thegonnec (Place de l’église) in Finistère (29), XVI Église catholique renaissance et baroque

► L’église Notre-Dame repose sur une crypte qui abrite une Mise au tombeau d.XVIII sculptée par Jacques Lespaignol et qui a repris la composition de celle de Bourges.

◆ Le calvaire de la Passion daté de 1610 était à l’origine peint.

◆ En plus de l’actuel ossuaire, un autre existait au nord de l’enclos mais à été détruit en 1850. L’enclos est aussi est percé au sud d’une porte triomphale.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial saint Herbot

Plonevez-du-Faou (Lieu-dit Saint Herbot), Finistère (29), Db. XVI, Église catholique gothique et renaissance

► L’église Saint-Herbot abrite un Jubé du XVI en bois et de style renaissance, avec le chancel il clôture le chœur qui abrite actuellement le gisant de saint Herbot.

◆ Le calvaire Saint-Herbot daté de 1575 est particulièrement détaillé.

◆ Saint Herbot est un saint protecteur du bétail non reconnu par l’église mais réputé parmi les Bas-Bretons. L’enclos était le lieu d’un pardon de trois jours ou chacun y amenait ses bêtes pour leurs bénédictions. Le rite consistait à y faire l’offrande de divers parties venant d’une bête comme des cornes bénies, une queue, une motte de beurre ou plus particulièrement d’une mèche de crin de cheval que l’ont nouait sur les barreaux du jubé. On dit que si le paysan négligeait le pardon, ses bêtes s’y rendaient tout de même.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial Saint-Jean-Baptiste

Saint-Jean-du-Doigt (Place de l’église) in Finistère (29), 1440 1513, église gothique flamboyant et renaissance

👁 👁

► L’église Saint-Jean-Baptiste abrite plusieurs reliques dont un buste de saint Mériadec et le Bras reliquaire de saint Maudez, tout deux en argent sur âme de bois du f.XV, ainsi que l’étui en argent doré et cristal de roche du XVII contenant une phalange de saint Jean-Baptiste gardé ici depuis 1437. Cette relique est réputée guérir les maux des yeux. Pour se faire le doigt était plongé par le clergé dans l’eau de la fontaine de l’enclos plusieurs fois dans l’année, on obtenait ainsi "L’Eau du Doigt" au propriétés hautement miraculeuses.

◆ La fontaine à été réalisée en 1691 par le sculpteur Jacques Lespagnol, on y voit à sa cime Dieu le Père bénir son fils, que saint Jean-Baptiste baptise dans une vasque inférieure.

◆ La chapelle funéraire dans un style renaissance bretonne, aussi appelée Oratoire du Sacre, située milieu du cimetière possède des sablières sculptées de scènes diverses, la plupart mythologiques (comme Héraclès étranglant le lion de Némée), historiques ou encore allégoriques.

◆ Un jour que la duchesse Anne marchait près de Saint-Jean, elle commença à souffrir d’un œil. Elle demanda à ce qu’on lui amena le doigt guérisseur. Il était malvenu de demander au doigt de quitter l’enclos, hors à peine eut on placé le reliquaire sur un brancard et franchi la porte triomphale de l’enclos qu’il chut des épaules du porteur et se brisa, occasionnant la perte de la relique. On la retrouva par miracle à sa place, dans l’église. Tenu informée de l’évènement, Anne fera le voyage en voiture jusqu’à Lann Festour ou elle décida de continuer à pieds, elle marqua la pierre de son premiers pas dont l’empreinte est visible aujourd’hui sur le socle de la Croix de la Reine {Kroaz ar Rouanez}.

séparateur

Enclos Paroissial Saint-Milliau

Guimiliau (Place du Calvaire) in Finistère (29), db. XVI , église gothique flamboyant et renaissance

👁

◆ Le calvaire monumentale exécuté f.XVI fait partie des grands calvaires représentant les scènes de la vie du Christ, auquel on ajoute ici une représentation de l’histoire de Katel Kollet, une femme au mœurs dissolues se retrouvant aspirée par les portes de l’enfer après une danse endiablée.

◆ Le cimetière prenait auparavant la place de toute la cour, cernant le calvaire. La porte triomphale qui y donnait directement avait été par conséquent baptisée Porz ar Maro {Porte de la Mort}.

◆ L’ossuaire, daté de 1648, porte l’inscription Memento mori sur son fronton.

◆ Le porche de l’église Saint-Milliau daté de 1606 abrite les douze statue d’Apôtres ainsi que des frises sculptées d’imageries païennes.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial Saint-Rivoare

Lanrivoaré (Place du Calvaire) in Finistère (29), XVI, église gothique flamboyant et renaissance

👁

◆ L’enclos est célèbre pour son histoire, qui en fait un lieu ou aurait été massacré un grand nombre saints par les païens. Les martyres auraient été enterrés dans le petit enclos accolé au sud de l’église appelée le Cimetière des 7777 saints. La légende remonterait au-delà de l’époque celtique et des druides.

◆ L’on peut voir aujourd’hui dans ce cimetière des saints les 7 pains du boulanger du village pétrifiés par la mains de saint Riwall (ou Rivoaré) pour le punir de lui avoir refusé l’aumône.

séparateur

Enclos Paroissial saint Salomon

La Martyre (Place de l’église) in Finistère (29), XII XV, église gothique

◆ Le nom du bourg : La Martyre, n’est pas la traduction exacte du nom breton : Ar Merzer Salaün qui évoque le martyre d’un personnage illustre du nom de Salaün ou Salomon, resté jusque là le patron de l’église. On a penser y voir le Salomon de Bretagne, successeur d’Erispoë au IX mais il semble qu’il s’agisse d’un Salomon beaucoup plus ancien qui pourrait avoir un lien avec un certain Salaün petit fils de Conan Mériadec et prédécesseur du roi de la grande Ys, Gradlon. Une révolte ayant éclatée en 421, ce roi aurait été frappé à mort à cet emplacement. Évènement qui donna le nom du Martyre de Salomon.

◆ Le porche sud de l’église Saint-Salomon est richement décoré sur ses voussures et son tympan.

◆ L’ossuaire est ponctué par une caryatide, le bas du corps revêtue de bandelettes et le haut nu : elle rappelle la représentation des femmes-serpent et des sirènes très communes dans la région. L’Artémis d’Ephèse était également représentée ainsi.

► De chaque côtés de l’ossuaire, un ange porte une banderole, il est écrit à gauche un conseil donnée à tout les passants :

Maro han barn ifern ien, Pa ho soign den e tle crena. Fol eo na prede
{La mort, le jugement, l’enfer froid, quand l’homme y pense, il doit trembler. Fou est celui qui n’y réfléchit pas.}

A droite est écrit :
Esperet Guellet ez e ret decedi
{Espérez, voyez qu’il faut mourir.}

A remarquer qu’il est décrit ici un "enfer froid", une conception en contradiction avec l’enfer brûlant du christianisme orthodoxe. Le terme renvoi probablement à une conception celtique du monde souterrain, domaine des Anaon, les âmes des morts.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial Saint-Sulliau

Sizun (Place de l’église) in Finistère (29), XVI XVII, église renaissance et gothique

► L’Église saint Suliau élevée au XVI est particulièrement riche en sculptures et gargouilles parsemant tout l’édifice, en particulier des sirènes et dragons. Une Mélusine caché à gauche de la porte de triomphe est représenté cueillant le fruit de l’arbre de vie à deux feuilles, un symbole indique aussi l’emplacement du foie de Mélusine, les côtes de son flanc gauche sont aussi mis en évidence. Le chevet est en parti décoré d’une frise sculptée de diverse figures aux symboles alchimiques.

◆ A l’intérieur repose un reliquaire conservant les restes de Saint-Suliau, évangélisateur de Galles et de Bretagne, fait d’argent en 1625.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Enclos Paroissial Saint-Yves

Plougonven (Place de l’église) in Finistère (29), 1511 1523, église gothique flamboyante

👁

► Le calvaire de Plougonven exécuté en 1554 fait partie des grands calvaires bretons représentant les scènes de la vie du Christ.

► L’église Saint-Yves, construite entre 1511 et 1523 est richement ornée de gargouilles et d’éléments de style gothique flamboyant.

Pour plus d’informations, 𝕍 la page dédiée sur le site NosMonuments.

séparateur

Autres Enclos