🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Département Rhône-Alpes

Métropole de Lyon (69M)

Basilique Notre-Dame de Fourvière [PA00117783]

Lyon (8 Place de Fourvière), 1872 1864, basilique catholique néo-byzantine

👁 👁 👁 👁 👁 👁

À l’origine lieu de culte celte dédié à Lug, c’est sur la colline de 120m surplombant le Rhône, qu’une colonie est fondée par les romains en -43. Le sommet de la colline se révèle rapidement le centre névralgique de la cité naissante et on y fonde au I le Forum vetus. La colline qui prie comme les locaux la nomment depuis le XVI, dédiée à la Vierge depuis la XII et sur laquelle sera construite la basilique héritera alors le nom de Fourvière. Le lieu est depuis toujours, le symbole principal de la ville de Lyon et de son attachement de longue date au culte marial. La basilique revêt par ailleurs et plus d’importance que la cathédrale au niveau culturel.

► La manifestation la plus probante de la foi mariale en la ville de Lyon date de 1643 lorsque une épidémie de peste menace la ville. Les échevins demandent à la Vierge sa protection. En échange, ils font le vœu de se rendre sur la colline chaque année et comme la ville est épargnée on organise alors tout les 8 septembre la bénédiction de la ville de Lyon.

► Plusieurs édifices religieux se succèdent sur les ruines de l’ancien forum : tout d’abord une chapelle en 1168 puis dix ans plus tard, une seconde dédiée à saint Thomas Becket. Détruit en 1562 par les huguenots, reliées par des arcatures au XVIII, cet ensemble est comme ma majorité des édifices religieux de la France, vendu comme bien national lors de la révolution puis rendu au culte en 1805.

► C’est en 1830 que l’on démolit le clocher alors en mauvais état. On inaugure le clocher, surplombé de la Vierge dorée le 8 décembre 1852. Le jour de l’inauguration de la Vierge dorée, un feu d’artifice fut prévu mais le mauvais temps l’en empêcha. Les lyonnais mirent alors des lampions à leurs fenêtres, origine des illuminations du 8 décembre.

► Les pèlerins étant de plus en plus nombreux, on décide d’agrandir significativement le sanctuaire mais du fait de son architecture néo-byzantine le projet d’agrandissement se heurtait alors à des oppositions. En 1870, la France est en difficulté face à la Prusse et l’archevêque de Lyon fait le vœu d’édifier la basilique si l’armée prussienne épargne la ville, ce qui se produit. La première pierre est alors posée le 7 décembre 1872. Le chantier dure jusque 1864, date à laquelle l’intérieur de la basilique est achevé. On la consacre en 1896 et c’est en 1897 qu’elle accède au rang de basilique.

► Les quatre tours octogonales crénelées de la basilique qui lui valent le surnom d’éléphant renversé, mesurent 48m de haut et représentent les vertus cardinales. La Vierge dorée de Joseph Fabisch est faite de bronze et mesure 5m de haut, elle est recouverte d’un kilo d’or. Depuis la terrasse Saint-Michel on peut voir la statue de saint Michel terrassant le dragon. Placée sur l’abside, elle est avec la Vierge dans le chœur, la statue principale du statuaire confectionné par Paul-Émile Millefaut. L’intérieur de la basilique est très largement consacré à la Vierge, les vitraux, mosaïques et sculptures témoignent de son histoire et ses fonctions spirituelles.