🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Perle
Ūnio Marguerite Première des gemmes blanches

Données générales

PléochroïsmeÉclatSystème cristallinComposition chimiqueDuretéPropriétésRépartitionVertusAstralitéInterpénétration
Argenté
Blanc
Jaune
Noir
PerléOrthorhombiqueCarbonate de calcium
Conchyoline
2.5 4.5Non applicableOcéanieExcellence
Illumination
Pureté
LuneNon applicable

Occurrences

► La perle est la gemme féminine, lunaire et aquatique par excellence. Rosée du paradis, c’est le centre féminin caché. Elle est un parangon de pureté et de puissance de création par l’excellence cyclique. Elle représente un centre mystique qui entraîne la spiritualisation des instincts, de la matière et des éléments.

► On estime la perle née de larmes : ceux des anges dans le folklore chrétien, de Vénus ou de Vaïnamoïnen dans le Kalevala. La perle est précieuse et rare, c’est un joyau de pureté tirée d’une mer sale. Terme brillant de l’évolution, but métaphysique tel le Graal, c’est la lumière intellectuelle et l’illumination, la manifestation primordiale et le bindu. Elle figure la perfection acquise par les efforts, la renaissance spirituelle qu’il faut tirer de sa gangue ou fabriquer avec patiente et persévérance. Elle est l’emblème de l’amour et du mariage.

► C’est une panacée pour beaucoup de cultures. En Inde, on l’estime contre les hémorragies, la phtisie et la jaunisse ainsi que la folie et l’empoisonnement. En orient on signale ses vertus aphrodisiaques et sa capacité à rendre fertile. En occident où elle était consommée en élixir jusqu’au XVIII, on la conseille contre la mélancolie, l’épilepsie et la démence. Sa capacité à guérir les affections oculaires est reconnue de tous.

► Il existe une divination par la perle : la margaritomancie, qui permet de connaître l’identité d’un voleur. Elle consiste à couvrir une perle avec un vase que l’on met près du feu. On énumère des noms et lorsque celui du voleur est prononcé, la perle bondit et frappe le vase.

Ovide dit que le cerf consacré aux nymphes des champs de Carthaea en portait plusieurs : Ses cornes rutilaient d’or, et des colliers de perles, suspendus autour de son cou, retombaient sur ses épaules. Sur son front s’agitait, depuis sa naissance, une bulle d’argent, tenue par de petites lanières ; pendues à ses deux oreilles, des perles brillaient, de part et d’autre de ses tempes creuses..

C’est le royaume des cieux pour Matthieu en 13:45, Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherchait de belles perles. puis 46, Ayant trouvé une perle de grand prix, il s’en alla vendre tout ce qu’il avait, et l’acheta..

► Le Christ est comparé à une perle par Origène.

► Dans le Chant de la perle, l’image de la gemme est utilisée pour incarner l’âme.

► En alchimie, la perle désigne la rosée de Mai, sel philosophique semi-liquide. Elle désigne encore les granulations. Une fois couleur corail, la pierre est fixée.

► Fille de Sôma pour l’Atharva-Véda, elle est reine des gemmes et joyau qui sauve la vie. Les os des dieux sont pour les rishis, fait perles et en conséquence, elles accordent une longue vie à qui les porte.

► En Chine, c’est la détentrice du yin pur, sa présence assure la naissance nouvelle. Elle est gardée par les dragons au fond des abîmes et est un symbole d’immortalité. Comme le jade ou l’or, son contact prolonge la vie en empêchant la corruption des corps. Ainsi, placée avec un mort, elle lui assure une vie post-mortem. On retrouve des perles en de nombreux tombeaux : Égypte, Chine, Inde, Mexique…

Lapidaires

► D’après Sydrac la perle repousse la goutte, la lèpre et les maladies de l’estomac. Celui qui mange des perles ne meut pas subitement ou de empoisonné. En outre, elle repousse les bêtes enragées.

► Marbode dit que la perle se forme blanche de la rosée et brune des vapeurs de la nuit alors que l’huître est ouverte. Mais si la foudre vient à l’effrayer, elle se ferme et la conception est avortée.

► Pour Hildegarde, les perles sont issues d’un conglomérat du fond des océans. Elle dit que les perles purifient l’eau si elles sont placées dans un récipient, car les humeurs s’agglutinent autour d’elle, l’eau en surface est si pure que si un fiévreux la boit, il ira mieux. De même, les perles chauffées au soleil et placées sur les tempes, estompent la migraine.

► Leonardi estiment que la perle est apte à soigner les ulcères une fois mêlée au lait. Cette mixture a aussi pour effet de clarifier la voix. La perle renforce aussi le cœur et les nerfs et est un remède contre les problèmes de digestion.

► Mandeville dit qu’a cause de ses couches, on la nomme aussi "oignon". Il l’estime, comme le diamant, faite de la rosée. La perle apaise la colère et la tristesse et donne même la paix et joie en plus d’augmenter la mémoire. Elle conforte la vue, le cœur et l’estomac.

► Agastimata estime que la perle, supérieure, consacrée à la Lune. Sa vertu dépendra de ses qualités et défauts visuels, mais si une perle combine toute les qualités, elle est capable de rédimer les pêchés, même les plus terribles, sur sept générations et fait montre d’un pouvoir protecteur. En outre, Buddhabatta et Agastimata signalent qu’elle naît de huit endroits.

● Certaines, jaunâtres, naissent dans la bosse frontale de l’éléphant, mais elles sont les moins précieuses.

● Celle des poissons sont jaune pâles (comparé aux fleurs de stereospermum colais) mais difficiles à identifier.

● Celles de l’huître sont les plus connues et se trouvent dans l’océan là où sont tombées les dents de Balāsura. Elles sont issues de la conjonction de Svati (chance) et Parjanya (pluie), ce sont les seules qui peuvent se percer. La meilleure est celle couleur safran, mais difficile d’accès même pour les dieux, seule l’huître rukmiṇī la donne.

● Blanches opaques sont celles issues d’une espèce primordiale de sanglier.

● Les perles de serpent sont bleutées, éclatantes et rares. Leur possession offre richesse et royauté. Elle protège de la maladie et des malédictions. Mais comme elles sont désirées par les rakshasas et les asuras, il convient de les consacrer avant de les introduire chez soi.

● Celles issues du bambou sont blanches et claires, porté au doigt, elles chassent tout danger mais seul les dieux y ont accès.

● Celles venant des nuages sont extrêmement lumineuses et appartiennent aux dieux et aux siddhas. Elle repousse le mal sur une distance considérable.

● Celles venant de la conque sont les plus puissantes. Elles sont d’un rouge orangé et sont aimées de Vishnu qui lorsqu’il les embrasse, permet à la conque de produire ces perles. Elles effacent les péchés et écartent les maux mais sont difficiles à obtenir pour qui n’a pas un grand mérite. Elles doivent être portées lors des rites ou des exercices de yoga car elles sont salutaires à ces pratiques.