🔍
Bouton_Accueil

Hippolyte Léon Denizard Rivail
Allan Kardec

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIXFrance
Naissance3 octobre 1804, 7h Lyon, France
Décès31 mars 1869 (64 ans)Kedarnath, Inde
Cause
Inhumation
AnévrismeCimetière du Père-Lachaise (Paris, France)

DomaineCourantOrdre
MédiumnismeSpiritisme 🎓Spiritisme (kardequien) 🎓

RelationsNom
Entourage
CollaborateurCamille Flammarion
Victor Hugo
Victorien Sardou
Influence
ParSpiritualisme américain
SurSpiritisme
Madame Blavatsky

Repères biographiques

► Kardec est né à Lyon, d’un père juriste. C’est en Suisse qu’il fait ses études dès dix ans, dans l’école du pédagogue Pestalozzi qui applique la méthode de l’école mutuelle. Il se fixe à Paris à 20 ans où il ouvre une école alternative et se mariera 1832 avec une riche institutrice. À l’origine positiviste, doué d’une grande mémoire qu’il entraînait à l’aide de la mnémotechnie, sa fonction d’éducateur l’a amené à publier plusieurs ouvrages à ce sujet, convaincu qu’une réforme de l’éducation basée sur une méthode scientifique et des valeurs républicaines était nécessaire. Ses ouvrages auront un certain succès. En 1848 il enseigne les sciences au lycée. Outre la pédagogie, Kardec s’intéresse scientifiquement au magnétisme animal, qui est alors à la mode. Il assiste à quelques séances de spiritualisme, mode importée des États-unis et lancée par les sœurs Fox, et sceptique, il décide de tenter lui-même l’expérience.

► Il pratique alors des séances de typtologie où participent Sardou et Flammarion. Il entre alors en possession des carnets que ce groupe avait élaboré durant cinq ans, contenant des messages spiritiques hétéroclites ainsi qu’une documentation essentiellement américaine sur le sujet. Il se décide à la classer et l’organiser dès 1856, croyant y déceler un enseignement cohérent. Au cours de l’une de ses séances, un "esprit de vérité" nommé Zérifo, entre en contact avec lui. Il lui apprend qu’il fut druide sous le nom d’Allan Kardec dans une vie antérieure et le missionne pour créer une nouvelle religion. Dans l’intention de parfaire ce qu’il estime être une nouvelle doctrine, Kardec interroge les esprits en ce sens et la nomme "spiritisme" afin de la différencier du "spiritualisme" d’alors. Daniel Home rapporta que le contenu des livres de Kardec étaient rédigés en sa présence en écriture automatique par des médiums féminins inspirés par des guides invisibles. Il rédigeait ensuite l’ouvrage final dans son appartement de la rue des Martyrs.

► En 1857 il publie son Livre des esprits qui rencontre un vif succès, dépassant les frontières françaises. Dès lors, Kardec, réformateur social anti-clérical, organise et élabore sa nouvelle religion à Paris, toujours dans une intention expérimentale et sous les valeurs du progrès, du travail et de la raison. Dès 1858, il met au point un journal, la Revue spirite, toujours éditée de nos jours et donne un grand nombre de conférences. Il développe des bibliothèques et des organismes de charité dans ces centres, par ailleurs ouverts à tout les milieux sociaux. Le mouvement gagne de l’ampleur auprès des milieux ouvriers et s’implante dans toute la France, en particulier à Lyon où une quinzaine de centres sont crées.

◆ La nécromancie est pratiquée depuis la Mésopotamie et depuis longue date dans les cercles d’initiés et d’illuminés. Kardec théorise, organise et systématise cette pratique, la poussant sur la place publique et fidèles à son époque, prétend la rationaliser. Il développe en outre dans le spiritisme, l’idée d’une solidarité entre les vivants et les morts, il élabore en outre une pédagogie de la souffrance, qu’il interprète comme une épreuve nécessaire pour se purifier et évoluer spirituellement vers la perfection. Il évoque en outre, des sujets comme l’immortalité de l’âme, les lois morales et la vie future de l’humanité, aspects exposés au travers de l’autorité des esprits.

↳ Les pratiques du spiritisme demandent la présence d’un médium, personne ayant la capacité de dissocier de façon plus ou moins consciente son corps, son périsprit (l’équivalent du corps éthérique et du corps astral du théosophisme) et son âme. Un esprit peut alors s’incorporer dans le médium et transmettre des informations par son corps, le plus fréquemment par le biais de la voix, de l’écriture, de coups frappés ou d’objets se déplaçant voir se matérialisant. En outre, un médium peut manifester le périsprit d’un esprit sous forme d’ectoplasmes en y transférant sa propre force vitale.

↳ Hormis le cas de son émule l’antoinisme, l’influence du spiritisme reste faible en Europe suite à des protestations de la part du catholicisme, des critiques des pérennialistes (Guénon surtout), d’Aurobindo et de l’occultisme papusien qui y voyaient un pythagorisme populaire et un manque de discernement quant aux dangers inhérents aux pratiques médiumniques. Le déséquilibre psychique volontaire entamant la santé et entravant le progrès spirituel ainsi que la possession par des esprits farceurs sinon malins sont les deux inquiétudes les plus couramment formulées. De plus, d’une part la psychologie et la parapsychologie (l’ancienne métapsychique formalisée par Richet) avancèrent leurs propres explications des phénomènes spirites et d’autre part, nombre de médiums, charlatans du point de vu spirite, furent confondus (de façon plus ou moins honnête et convaincante) par des scientifiques ou des prestidigitateurs. L’apport expérimental du spiritisme dans le domaine parapsychologique par le biais du concept de périsprit est néanmoins remarquable.

↳ Si elle eu un retentissant mais éphémère impact sur la société française du XIX, de nos jours, sa philosophie possède une forte influence au Brésil où siège le Conseil spirite international mais aussi en Argentine. En outre, le caodaïsme vietnamien est également un mouvement religieux utilisant des principes du spiritisme. Le spiritisme est dans les faits, une religion d’ampleur mondiale et le nombre d’adhérents la rend en ces termes, comparable au judaïsme.

■ On peut trouver sa sépulture 🗎⮵ en forme de dolmen dans la 44ème division du Père-Lachaise. Elle est pourvue en son centre d’un buste du défunt sculpté par Charles-Romain Capellaro, buste où les visiteurs posent traditionnellement la main afin d’entrer en communication avec le défunt et lui demander conseils et assistance. Le fronton de la dalle de couverture arbore sa devise Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi et on lit encore sur une plaque posée sur la colonne présentant le buste : Tout effet a une cause, tout effet intelligent a une cause intelligente, la puissance de la cause est en raison de la grandeur de l’effet. Cette tombe est l’une si ce n’est la plus fleurie du cimetière.

Œuvres choisies

  • Le Livre des Esprits, 1857. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le Livre des médiums, 1861. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • L’Evangile selon le spiritisme, 1864. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le Ciel et l’Enfer, 1865. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • La Genèse selon le spiritisme, 1868.
  • Qu’est-ce-que le spiritisme ? Introduction à la connaissance du monde invisible, 1859. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Les œuvres posthumes d’Allan Kardec, 1927 ⚱️. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

La matière est le lien qui enchaîne l’esprit ; C’est l’instrument qui le sert et sur lequel, en même temps, il exerce son action.
Le Livre des Esprits
Le spiritisme est à la fois une science d’observation et une doctrine philosophique. Comme science pratique, il consiste dans les relations que l’on peut établir avec les Esprits ; comme philosophie, il comprend toutes les conséquences morales qui découlent de ces relations.
Qu’est-ce que le spiritisme ?
Mieux vaut moins de vertus avec la modestie que beaucoup avec de l’orgueil.
L’évangile selon le spiritisme
Le vrai spirite n’est pas celui qui croit aux manifestations, mais celui qui met à profit l’enseignement donné par les Esprits. Rien ne sert de croire, si la croyance ne fait pas faire un pas en avant dans la voie du progrès, et ne rend pas meilleur pour son prochain.
Le spiritisme à sa plus simple expression
Avec l’égoïsme, les hommes sont en lutte perpétuelle ; avec la charité, ils seront en paix. La charité, faisant la base de leurs institutions, peut donc seule assurer leur bonheur en ce monde ; selon les paroles du Christ elle seule peut aussi assurer leur bonheur futur, car elle renferme implicitement toutes les vertus qui peuvent les conduire à la perfection. Avec la vraie charité, telle que l’a enseignée et pratiquée le Christ, plus d’égoïsme, d’orgueil, de haine, de jalousie, de médisance ; plus d’attachement désordonné aux biens de ce monde. C’est pourquoi le spiritisme chrétien a pour maxime : Hors la charité, point de salut.
Le spiritisme à sa plus simple expression