🔍
Bouton_Accueil

Denis Jules Du Potet de Sennevoy

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIXFrance
Naissance12 avril 1796 La Chapelle (ajd. Sennevoy-Le-Haut), France
Décès1 Juillet 1881 (85 ans)1 Juillet 1881 (Paris (VIe), France)
Cause
Inhumation
Cimetière Montmartre

DomaineCourantOrdre
Magnétisme
Magie
Magnétisme psychofluidiste
Magnétisme imaginationniste
Noblesse 🎓

RelationsNom
Influence
MaîtreAbbé Faria
Amand Puységur
Joseph Deleuze
DiscipleJohn Elliotson
SurHector Durville
Henri Durville

Repères biographiques

► Né sans pouce droit, le jeune Denis Du Potet fait l’école buissonnière jusqu’à 14 ans, préférant se promener dans la nature. Il a fréquenté les magnétiseurs les plus célèbres de son temps. D’après son autobiographie, il a pris quelques leçons de l’abbé Faria, se qualifie disciple de Deleuze et indique que Puységur lui à ouvert sa maison. Il se ruine en un an dans la presse avec le Propagateur du magnétisme lancé 1827, journal qui n’a pas le succès escompté, principalement par manque de collaborateurs. En 1937 il part propager les théories magnétiques en Angleterre. Il publie le Journal du Magnétisme de 1845 à 1861 avec cette fois des collaborateurs volontaires.

Ardent défenseur et rénovateur du magnétisme, il a donné beaucoup de cours et fait nombre de démonstrations, les résultats de ses expériences étaient parfois spectaculaires. Il eut également beaucoup de démêlés avec la science académique qui se concrétisèrent par des polémiques et des procès. Hector Durville sera son successeur à la tête du Journal du Magnétisme.

Expériences publiques sur le magnétisme animal, Du Potet, 1826. | bs. Bibliothèque Nationale de France. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Portrait graphologique de M. le baron Du Potet de Sennevoy, Louis Mond, 1876. | bs. Bibliothèque Nationale de France. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Œuvres choisies

  • Discours sur le magnétisme animal, 1840 [Conférence]. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Cours de magnétisme en sept leçons, 1840. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le magnétisme opposé à la médecine, 1840. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Essai sur l’enseignement philosophique du magnétisme, 1845. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Manuel de l’étudiant magnétiseur, 1851. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Histoire du magnétisme, 1856.
  • La nature et le médecin, publ. in Journal du magnétisme Lien vers l’œuvre, 20 (1861), pp. 3-6.
  • Magie magnétique, publ. in Journal du magnétisme Lien vers l’œuvre, 5 (pp. 216-218 & 276-281 & 296-300), 6 (pp. 339-345) et 7 (pp. 18-20 & 43-47) (1847-1848).
  • Thérapeutique magnétique, 1863. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Traité complet de magnétisme animal. Cours en douze leçons, 1882. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • La magie dévoilée ou principes de sciences occultes, 1893. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

Que voulez vous ? - Enseigner. - Quelle science ? - La plus belle et la plus utile de toutes : l’art de guérir les maladies et de prolonger les jours. - Où avez vous pris vos grades ? - À l’école de la nature. - Dans vos discours vous attaquez la science. - Je ne combats que l’erreur. - Vous renversez ce qui fait l’objet de notre vénération. - C’est un bien, si c’est le mensonge que vous adorez. - Vous serez haï des hommes. - Ils me rendront justice un jour.
Essai sur l’enseignement philosophique du magnétisme
Longtemps les hommes industrieux gardèrent pour eux les secrets qu’ils parvenaient à faire découvrir, souvent même ils emportèrent au delà du tombeau ce qui eût pu contribuer au bonheur de l’humanité. Je m’explique leur conduite sans l’approuver en rien : celui qui possède seul une chose croit ne la devoir à personne, il en jouit, et son Orgueil lui fait éprouver les plaisirs d’en avoir en présence de son trésor. Ne sait-il pas, d’ailleurs, qu’aucun ne lui tiendra compte du sacrifice qu’il ferait ? Les hommes sont tellement oublieux et ingrats qu’ils ne se rappellent presque jamais les noms de leurs plus grands bienfaiteurs. Pourquoi donc se montrer généreux ? C’est que celui qui découvre doit à Dieu l’inspiration qu’il eut.
Je n’ai point l’amour du merveilleux, je trouve même que le magnétisme en contient trop ; mais si des faits inouïs se sont montrés, dois-je les rejeter ou n’en tenir aucun compte ? Le doute serait une injure au bon sens. Esprits forts, rejetez d’abord la foi de vos pères ; reniez Dieu, devenez athées, faites-vous des idiots, - cela est possible, on peut faire pour les facultés de l’esprit ce qu’on fait pour les sens, les atteindre, les modifier, les détruire, - vous n’aurez rien fait encore ; car, si faible qu’elle soit, il restera toujours en vous une lumière que vous ne vous êtes point donnée, qui est immortelle et a des affinités secrètes et cachées.