🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Main de Dieu

Données générales

Date de stabilisationLieu de la stabilisationLieu d’utilisation principalÉquivalents approximatifsÉléments d’ensemble
-VI (Livre de l’Exode)IsraëlOccident Amesha Spenta
Anges
Dieu
Main

Descriptions

Présentation

► Le symbolise de la main est très ancien puisqu’on peut trouver des mains négatives dans l’art pariétal du paléolithique supérieur (En France : Pech Merle, Gargas, Cosquer, Combarelles…). Il est abondamment représenté car il est l’attribut fondamental de l’Homme, lui qui accorde à la sensibilité manuelle une place considérable dans son système nerveux. Symboliquement sa représentation permet de substantialiser son essence et ses différentes modalités d’expressions représentent différents concepts.

Significations

► Depuis ses origines, la main véhicule les idées d’action et de maîtrise, de puissance et de domination, de la force vitale en mouvement vers un but donné qui sous-tend une manipulation et une compétence. Aussi une main coupée, qui n’a aucune direction et qui gît à terre est donc un symbole de mort dans le sens le plus général du terme. La main droite est généralement associée à l’action, liberté et la puissance, là où la gauche est observation, loi et sagesse, à l’image des polarités électromagnétiques mises en évidence par le magnétisme.

↳ Cette discipline, spécialisée dans les phénomènes liés aux contacts en général, postule majoritairement et dans des conditions générales que la main droite émane et lie, tandis que la gauche attire et désuni.

↪ Autrement, dans l’art chrétien, le Christ tient la Bible dans sa main gauche et il bénit de la droite. Dans le taoïsme on différencie la main droite de l’action et la main gauche du wuwei. Enfin dans le tantrisme, la dakshinachara {voie (de la main) droite} et la vamachara {voie (de la main) gauche} représentent deux voies complémentaires sinon antinomiques de la discipline.

↳ Cela implique dans un premier cas une interprétation plutôt métaphorique, philosophique et ascétique cherchant l’équilibre, le détachement et la contemplation. Dans le second une interprétation plutôt littérale, psychologique et magique cherchant l’arrachement, l’affirmation et l’extase. Cette opposition est à l’image de celle entre Porphyre et Jamblique dans le cadre de la théurgie.

↪ Outil fondamental et parfait de l’Homme, la main est un signe de la totalité, totalité qui est figuré par les cinq doigts que l’on fait entrer en analogie avec les cinq éléments. La main est un signe d’Homme autant qu’un signe de Dieu qui l’a fait à son image. Elle s’est vu substituée des objets symboliques ayant pour fonction de représenter certaines de ses puissances modales.

↳ On songera à la verge du magicien qui dans les regalia du royaume de France est devenu la main de justice, sceptre qui est le symbole de l’autorité judiciaire du roi.

↳ On pensera également au yad hébreu dont la fonction est de rappeler que la Torah doit s’interpréter pour rester lettre vive.

↳ Ou bien encore au khamsa, symbole de protection.

Histoire

► Ces caractéristiques font que la main est la représentation largement privilégiée du Père dans les premiers siècles de l’art chrétien, jusqu’au XIII où des figurations de son visage et son corps se popularisent quoiqu’il reste identique au Christ jusqu’au XV où le naturalisme se développe et qu’il se voit alors attribué une barbe et des cheveux lngs.

↪ Rappelant les piliers de l’arbre de vie kabbalistique et l’opposition Sabaoth- Shekinah, la main gauche de dieu est la justice, la punition du mal et la malédiction, et sa main droite la miséricorde, la récompense et la bénédiction, symbolisme des faces d’un même aspect que l’on retrouve dans le khanda du symbole sikh homonyme.

↪ La main de dieu symbolise tel un œil, sa toute conscience et sa présence, elle émerge depuis les nuages, depuis le plan transcendant et est chargée de ses qualités intrinsèques. Être touché par sa main c’est entrer en communication, se voir transférer les vertus divines, participer à sa gloire par radiation et contagion, par vassalisation et lien, car la main capte autant qu’elle émet : touchant la bouche, il apporte le verbe, touchant le cœur il impose sa présence, touchant la tête il donne la gnose.

↪ Nombre d’actions associées à la main et couvrant le spectre des actions de Dieu se trouvent dans le Livre d’Ezechiel, que l’on retrouve figuré dans les fresques de Doura Europos :

Je regardai, et voici qu’une main était tendue vers moi, et voici qu’elle tenait un livre roulé. (II :9) et […] Le jour où j’ai choisi Israël et où j’ai levé ma main pour la postérité de Jacob, où je me suis fait connaître à eux dans le pays d’Egypte, et où j’ai élevé ma main pour eux en disant : Je suis Yahweh, votre Dieu (XX :5)

● Où Dieu comme lorsqu’il remet les tables à Moïse, use de sa main pour communiquer, ainsi : Et l’Esprit m’enleva et m’emporta, et je m’en allai l’amertume et le courroux dans l’âme ; et la main de Yahweh était fortement sur moi. (III :14) et La main de Yahweh fut sur moi, et Yahweh me fit sortir en esprit et me plaça au milieu de la plaine, et elle était couverte d’ossements. (XXXVII :1)

● Où Dieu use de sa main pour arracher au plan terrestre comme lorsqu’il protège les âmes des justes dans les représentations orthodoxes, ainsi, enfin : J’étendrai ma main contre Edom et j’exterminerai du milieu de lui hommes et bêtes (XXV :13).

↪ Aussi, la main de Dieu est par nature efficace dans ses actions car parfaitement efficiente, portée par sa croix nimbée qui indique son action sacrée et surnaturelle. Lorsque l’Homme tend la main vers le ciel en signe de prière tel l’orant, c’est afin de toucher la main de Dieu et d’obtenir sa bénédiction.