🔍
Bouton_Accueil

Eglise Saint-Nicolas de Bruxelles

Historique

1125 : Fondation de l’église romane avec une chapelle dédié à Nicolas de Myre, saint patron des commerçant. La Grand-Place et la bourse sont en effet à deux pas. A l’époque, le marché prenait place à ses pieds et le port était non loin.

1174 : Réduite au rang de chapelle de sainte Gudule.

1289 : Ajout d’une tour, toujours romane et servant de beffroi.

1367 : Une tempête ravage la tour qui abritait les cloches de la ville. On la reconstruit en gothique en 1380.

1381 : Terme de la construction du chœur. Il demeure la partie la plus ancienne de l’église.

1468 1486 : Construction de la chapelle latérale puis ajout de la chapelle de Notre-Dame de la paix.

1579 : Les calvinistes mettent à sac l’église.

1618 : Élevée au rang de paroisse.

14-15 Août 1695 : L’édifice est endommagé en même temps que tout le centre de Bruxelles par le bombardement ordonné par Louis XIV. Un boulet de canon est toujours enfoncé dans un pilier de la nef !

1794 : Ébranlée dans ses fondations, la tour de l’église s’écroule sous le poids ses treize cloches. On ne la reconstruit pas.

1797 : Fermée, puis vendue, on voulut la raser, mais elle fut comme tant d’autres rendue au culte au grâce au concordat en 1804.

1954 1956 : Restauration de la façade en néogothique.

► Il s’agit de la quatrième plus ancienne église de Bruxelles, mais aussi de la mieux conservée : ses trois aînées furent soit transformées soit remplacées. Elle est encore au cœur du tissu urbain, adossée à des maisons et demeure la seule dans ce cas à Bruxelles.

Spatialité

■ Église catholique néogothique | Bruxelles, Rue au Beurre (Région de Bruxelles-Capitale, Belgique)



Largeur intérieureLargeur extérieureLongueur intérieureLongueur extérieureHauteur intérieureHauteur extérieure
84 84

► On note une rupture d’axe entre la nef et le chœur, cicatrice des nombreuses épreuves que l’édifice à subit mais aussi du au fait qu’on du tenir compte d’un affluent de la Senne coulant à cet endroit, le Scoenbeke. L’intérieur de l’église est peu éclairé.

EnlumGRInformations complémentairesEnlumDR

◆ On trouve quelques œuvres intéressantes dans l’église : La Châsse des reliques des martyrs de Gorcumune 🗎⮵, une Vierge à l’enfant d’un disciple de Rubens 👁 ainsi que des peintures de Jean van Orley.

◆ L’autel de Notre-dame de la paix est surmonté d’une allégorie de la paix. L’inscription à ses pieds : A peste, fame et bello, libera nos, maria pacis était aussi présente en lettres d’or sous les fenêtres du second étage de la Maison du Roi de la Grand-Place comme en témoigne une gravure de Jacques Callot, mais le temps à altéré l’inscription.

◆ Traditionnellement, le pèlerin en visite touche le pied d’or du Christ à l’entrée de l’édifice 🗎⮵. Il réitérera ce geste sur le bras du gisant du Christ qu’il trouvera sous les arcades de la Maison de l’étoile situé sur la Grand-Place.

EnlumGVPhotographies additionnellesEnlumDV

Intérieur

👁 👁 👁 👁 👁 👁 👁

Chapelles

👁 👁 👁

Extérieur