🔍
Bouton_Accueil

Physiologus


AuteursDatesTypeLieuThèmes
Culture Européenne IIILittérature (tech.)? GrèceMythologie
Zoologie

► Ouvrage chrétien d’origine alexandrienne prenant probablement source dans les Physika pseudo-Salomoniennes et plus généralement de la lignée de Bolos de Mendès 🗎⮵, il présente des descriptions d’animaux assorti de considérations symboliques et spirituelles à la manière de ce qu’Horapollon à pu faire avec ses Hiéroglyphes. Fort d’un succès considérable tant dans le temps que dans l’espace, il est à l’origine de la tradition des bestiaires au moyen-âge. Fusionnant avec d’autres sources comme les Étymologies ou l’Hexaemeron il dégénèrera donc avec le temps, comme beaucoup de matériaux, en devenant peu à peu un traité de zoologie. Les allégories animalières ayant trait à la morale et à la spiritualité auront eu l’opportunité de se transférer aux légendes et contes ainsi qu’au symbolisme alchimique.

■ Il existe de nombreuses éditions de l’ouvrage, surtout si on l’étend à toute la littérature du bestiaire qui en est tiré durant les siècles. Concernant spécifiquement le Physiologus, 𝕍 par exemple le Sloane 278 de la Bibliothèque Britannique Lien vers l’œuvre, le AM 673a 4º de l’Université de Copenhague Lien vers l’œuvre, le MS M.397 Lien vers l’œuvre des Bibliothèque et musée Morgan (Le plus ancien) et inversement, le beaucoup plus récent latin 3630 de la Bibliothèque Nationale de France.

Illustrations : én. du Physiologus (Codex Bongarsianus 318), d.q.IX. | bs. Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne (Berne, Suisse). Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque de l’École polytechnique fédérale de Zurich

𝕍 Sources classiques et paléochrétiennes des illustrations des manuscrits des Bestiaires in Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France (1993, pp. 29-50), Xénia Muratova, 1991. Lien vers l’œuvre sur Persée

𝕍 l’instructif Physiologus. De l’Orient à l’Occident. Un patchwork multiculturel au service de l’Écriture, Jean-Jacques Aubert, 2006. Lien vers l’œuvre

séparateur