🔍
Bouton_Accueil

Jadéite

Données générales

PléochroïsmeÉclatSystème cristallinComposition chimiqueDuretéPropriétésRépartitionVertusAstralitéInterpénétration
Incolore
Blanc
Bleu
Vert
Perlé
Vitreux
MonocliniqueAluminium
Silicium
Sodium
6.5 7TénacitéBirmanie (Myanmar)Immortalité
Royauté
Perfection
SoleilPorphyre

Occurrences

Symbole de sagesse, de bienveillance et de pureté, de bravoure, de droiture et de gloire, la gemme à le pouvoir d’élever l’âme. On tient la pierre pour capable de guérir les reins et les voies urinaires.

► Le jade, sperme du dragon manifesté par la Terre, représente ䷀ et ䷁ combinés et est un symbole fondamental en Chine. Le folklore estime que le jade se forme à l’endroit où la foudre est tombée. Tout comme l’or, il représente le pur yang, contrepartie de la perle, yin pur.

► Il est loué pour sa beauté, qui donne l’impression d’irradier de l’intérieur ainsi que pour ses caractéristiques physiques : dur en apparence il est en fait fort malléable. En conséquence, il véhicule les idées solaires de perfection et d’infini, de souveraineté et de puissance, de santé et de richesse. Impérial (le Sceau de l’Héritage du Royaume est en jade), il est invincible, indestructible et immuable et le Classique des rites {Zhouli} ainsi que l’Explication des caractères {Shuowen Jiezi} indiquent ses nombreuses vertus : pureté, sincérité, bienveillance, justice et harmonie. Le jade sera ainsi ensuite associé aux gojô de Confucius.

● Le disque bi et le tube cong, dont la fabrication et l’emploi remontent à -3000 représentent, selon le Zhouli, le ciel et la terre. Ils furent utilisés dans des cérémonies religieuses, ce qui les élève parmi les plus anciens objets rituéliques. Le bi, disque percé d’un trou, figure le passage de l’énergie cosmique indifférenciée alors que le cong, récolte cette même force qui émane du pôle céleste et dont l’énergie est maximale au solstice. Ce mobilier rituel est ensuite décoré, comme lorsque deux dragons sur le bi, rappellent un taijitu. D’autres objets rituels ont été ainsi fabriqués, comme le huang, d’abord utilisé pour les conjurations puis pour l’apparat.

● On retrouve l’emploi de ces disques, associés à des haches également en jade et représentant le pouvoir royal, tant en Chine que chez les celtes avec les jades alpins, qui étaient également associés à la foudre. L’utilisation du jade s’étend jusque dans le zoroastrisme puis le mithraïsme. Coomaraswamy signale enfin le rapprochement entre d’une part les bi et les cong et d’autre part les Swayamâtrinnâ védiques, autels où les trois étages figurent les lumières universelles que sont Agni, Vâyu et Aditya autour de l’axe l’Univers.

► Dans le taoïsme, le jade est la nourriture des esprits. La montagne des immortels est en jade et Yuhuang Dadi, l’Empereur de jade est l’émanation des Trois Purs et fait parti des Quatre Majestés. En sus, le jade Blanc figure la pierre philosophale, tout comme le blanc est la couleur de l’or alchimique. Selon les recettes, il est une panacée capable de régénérer le corps et de procurer l’immortalité. La pierre se boit en élixir, mêlé à de la rosée.

► La gemme assure l’incorruptibilité des cadavres tant en Chine qu’en Mésoamérique où on le dépose sur les corps que l’on inhume. Populaire dès les olmèques, il se nomme chalchiuatl chez les aztèques et symbolise l’eau, le sang et la végétation, c’est-à-dire le principe de vie sous sa forme active et qui se manifeste de façon ardente au printemps. Ce principe trouve sa concrétisation dans Chalchiuhtlicue {celle qui porte une jupe de jade}, divinité aquatique.

► Mandeville qui le nomme Silente, dit qu’il rend les femmes fertiles et facilite l’accouchement. Il ajoute qu’il favorise l’entente et la concorde et réduit les inflammations.

Notes

► Néphrite et jadéite sont mal différenciées en Chine. Le terme 玉 (yu) (à rapprocher du 王 (wong) {Roi}), signifiant la manifestation matérielle de l’unité (reliée et équilibrée) de la triade Ciel-Homme-Terre, s’applique indifféremment à l’un ou l’autre minéral. Jusqu’au XVIII, la néphrite était plus largement utilisée.

► La néphrite tire son nom de νεφρῖτις (nefrîtis) en vertu de sa capacité à soulager les coliques et notamment néphrétiques.

► En occident, se confonds aisément avec le porphyre vert.