🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Lucius Apulée de Madaure

Données générales

PériodeLieu
GénéralIIItalie
Naissance 124Madaure, Numidie (ajd. M’daourouch, Algérie)
DécèsAprès 170 Carthage
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Littérature
Philosophie
Néo-Platonisme

RelationsNom
Influence
ParPythagore
SurAlbert le Grand
Gérard de Nerval
Rabelais

Repères biographiques

L’attitude et l’œuvre d’Apulée, dilettante éclairé et curieux universel, est intéressante quant aux pratiques ésotériques de son époque qui annoncent les spéculations néoplatoniciennes.

► Son père était magistrat, à la mort de ce dernier il hérite de sa fortune. Il étudie la rhétorique à Carthage, lieu culturel de l’Afrique Romaine. Par suite il part à Athènes où il étudie la philosophie, se rapprochant du platonisme et des cultes à mystères où il est initié à de nombreux cultes gréco-orientaux.

► Sa formation finie, il voyagera beaucoup dans le proche-orient méditerranéen, passant par Samos, l’Égypte, la Phrygie et Rome où il habitait. Ses nombreux voyages entameront sa fortune. Il épouse ensuite à Oea (Tripolitaine) une riche veuve, mère de l’un de ses condisciples à Athènes. Par jalousie, il lui est intenté un procès sur la charge de sorcellerie, la partie adverse estimant qu’il avait envoûté la veuve. Il gagnera ce procès grâce à sa célèbre rhétorique de son Plaidoyer. Il s’établit à Carthage comme prêtre. On ne connaît ni le lieu ni la date exacte de sa mort.

◆ Son célèbre roman initiatique, Onze livres de métamorphoses, inspiré des oracles, des recettes magiques alors à la mode ainsi que de la tradition égyptienne, contient une mise en relief des mœurs de l’époque vis à vis des cultes sacrés en général et de leur aspect magique en particulier ainsi qu’un irremplaçable témoignage sur le culte d’Isis (XI). Il lui vaut encore aujourd’hui une grande renommée et de nombreuses interprétations tant psychologiques, philosophiques ou artistiques ont été faites.

↳ Si les chercheurs suspectent qu’Apulée trouva l’inspiration de sa trame dans Lucius ou l’âne de Lucien de Samosate d’autres passages sont peut-être une reprise enrichie d’histoire plus anciennes, en particulier vis à vis de son célèbre passage relatant l’histoire de Psyché, cœur et archétype de son œuvre où l’amour, passant par des épreuves transmutatoires, vainc la mort.

■ Une grande partie des œuvres d’Apulée à été perdue dont des traductions et des traités naturalistes. Il convient de le ne pas le confondre avec le Pseudo-Apulée.

Œuvres choisies

  • Onze livres de métamorphoses {Metamorphoseon libri XI}, II Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Du dieu de Socrate {De deo Socratis}, II Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • De Platon et son enseignement {De Platone et eius dogmate}, II
  • Du monde {De mundo}, II
  • Du jugement {De interpretatione}, II
  • Plaidoyer pour soi-même : De la magie {Pro se de magia}, II
  • Florilège {Florida}, Information inconnue (Anthologie de discours), II
  • Asclepius, II (Attribué)

Citations

Suivant Platon, la vertu est l’état le plus noble et le plus parfait de l’âme. Elle garantit au mortel avec qui elle s’est identifiée un accord, un calme, une fermeté, même, qui le maintiendront constamment en une harmonie réelle et non supposée avec lui-même comme avec tout ce qui l’entoure.
De la doctrine de Platon
De longues réflexions et un examen approfondi, Faustinus, m’ont amené à reconnaître que si jamais la philosophie a le privilège de suivre avec succès les traces de la vertu, de bannir les vices, de participer aux choses divines, c’est surtout lorsque elle s’applique à interpréter la nature et à découvrir les secrets placés loin de nos yeux.
Du monde
Loin de se ranger dans les quatre éléments connus de tous, l’éther en est entièrement distinct ; et si son nombre le met le cinquième, par son rang il est le premier : car son essence est divine et inaltérable.
Du monde
Ainsi, le sexe masculin et le féminin s’accouplent, et les deux sexes contraires produisent un animal semblable à l’un d’eux. […] C’est bien en effet ainsi que les éléments hétérogènes de ce monde ont été réunis ensemble ; et grâce à son caractère d’union, à sa force coïtive, la nature en fait un vaste ensemble d’harmonie.
Du monde
Oui, le roi et le père du monde, que nous ne pouvons reconnaître que par l’œil de l’intelligence et de la méditation, a primitivement assigné à notre globe des lois immuables pour le vaste mouvement de son ensemble ; il l’a éclairé de constellations brillantes, il l’a enrichi de productions, tantôt visibles, tantôt cachées dans la terre ; et ensuite, comme déjà je l’ai dit, il lui a ordonné de se mouvoir suivant une impulsion unique qu’il lui a imprimée.
Du monde
Bien que Dieu soit unique, il est appelé de plusieurs noms, à cause de la multiplicité de ses attributs, qui font en quelque sorte de lui autant d’êtres divers.
Du monde
Oui, comme le dit une vieille parole, et comme le proclame plus puissamment encore la raison, Dieu est le principe et la fin de tout ; il pénètre partout, partout il porte la lumière, il plane au-dessus de tout d’un vol rapide. La Nécessité vengeresse le suit à chaque pas, prompte à punir ceux qui seront écartés de la loi sainte ; mais prompte aussi, quand Dieu l’ordonne, à s’adoucir en faveur du mortel qui, dès son enfance, dès le berceau, a compris Dieu, l’a craint, et s’est voué, s’est livré à lui sans aucune restriction.
Du monde
Car on peut faire une comparaison : les pauvres gens qui habitent un héritage stérile, un sol rocailleux, des roches nues et des broussailles, ne trouvant aucun fruit dans leur triste séjour et ne recueillant aucune production d’une terre où ne pousse qu’une stérile avoine et que la triste ivraie, vont, dans leur indigence, voler le bien des autres et cueillir les fleurs des voisins pour mêler ces fleurs à leurs chardons. Pareillement fait celui dont le propre fonds est stérile en vertus.
Florides
Il existe une parole célèbre d’un sage à propos des festins. "La première coupe, dit-il, est pour la soif, la seconde pour la gaîté, la troisième pour la sensualité, la quatrième pour le délire." Mais la coupe des Muses produit l’effet contraire : plus elle est abondante et sans mélange, plus elle est près de donner la santé de l’âme.
Florides
Je veux ici coudre ensemble divers récits du genre des fables milésiennes. C’est une assez douce musique, et qui va chatouiller agréablement vos oreilles, pour peu qu’elles soient bénévoles, et que votre goût ne répugne pas aux gentillesses de la littérature égyptienne, à l’esprit des bords du Nil. Vous verrez mes personnages, ô merveille ! tour à tour perdre et reprendre, par l’effet de charmes opposés, la forme et la figure humaine.
L’Âne d’or ou les Métamorphoses
C’est ainsi que Psyché fut unie à Cupidon dans les formes. Une fille naquit de leurs amours : on l’appelle la Volupté.
L’Âne d’or ou les Métamorphoses, Le Conte d’Amour et de Psyché
J’ai été en Grèce initié à presque tontes les sectes religieuses. Différents signes, différents symboles m’en ont été offerts par leurs prêtres, et je les conserve avec soin. Je ne dis rien là d’insolite, rien d’inouï. […] Mais moi, comme je l’ai dit, animé du zèle de la vérité et d’un sentiment de devoir à l’égard des dieux, j’ai étudié une foule de religions, de pratiques mystérieuses, de cérémonies saintes.
Apologie