🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Gérard Anaclet Vincent Encausse
Papus, Le Balzac de l’Occultisme, Niet

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIX XXFrance
Naissance13 Juillet 1865, 6h La Corogne, Espagne
Décès25 Octobre 1916 (51 ans)Paris, France
Cause
Inhumation
EmpoisonnementCimetière du Père-Lachaise (Paris, France)

DomaineCourantOrdre
Occultisme
Médecine
Néo-occultismeOrdre martiniste 🎓
Hermetic Brotherhood of Luxor 🎓
Martinisme 🎓
Société théosophique 🎓
Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix 🎓
Église gnostique universelle 🎓
Hermetic Order of the Golden Dawn 🎓
Grande Loge swedenborgienne de France 🎓
Memphis-Misraïm 🎓
Faculté Libre des Sciences Hermétiques 🎓

RelationsNom
Entourage
FilsPhilippe Encausse
AmiAlbert Poisson
Alexandre Saint-Yves d’Alveydre
Émile-Jules Grillot de Givry
Stanislas de Guaita
CollaborateurAlbert de Rochas d’Aiglun
Augustin Chaboseau
Charles Barlet
Fernand Rozier
François Jollivet-Castellot
Joséphin Péladan
Lucien Chamuel
Madame Fraya
Matgioi
Marc Haven
Maurice Barrès
Paul Sédir
Paul Adam
René Guénon
Stanislas de Guaita
Victor-Émile Michelet
ControverseJoséphin Péladan
Rivalité? Grigori Raspoutine
Influence
MaîtreHenri Delaage
Maître Philippe
InitiateurHenri Delaage (Martinisme)
ParAlexandre Saint-Yves d’Alveydre
Antoine Fabre d’Olivet
Éliphas Lévi
Hector Durville
Josef Wronski
Louis-Claude de Saint-Martin
Martinès de Pasqually

Repères biographiques

► Papus est né en Espagne, d’un père chimiste et français et d’une père espagnole, il passe néanmoins sa jeunesse à Paris où sa famille s’établit en 1869. Il y devient docteur en médecine en 1894, sa thèse Sciences occultes et déséquilibre mental développe l’idée d’une analogie histologique entre les organes. La lecture de la Médecine Nouvelle de Louis Lucas et sa notion d’énormon l’infléchit en faveur de l’occultisme. Il étudie Lévi et entre en contact avec Gaboriau alors rédacteur en chef du Lotus Rouge et fait dès lors montre d’une intense activité sociale et éditoriale dans le néo-occultisme d’alors. Il est initié à l’occultisme par Henri Delaage qui lui confie un (faible) dépôt martiniste.

► En 1888, il pousse Chamuel à fonder sa Librairie du Merveilleux qui sera plus tard reprise par Dujols. Il rencontre Maître Philippe en 1894 et, après l’avoir pris pour un sorcier, deviendra l’un de ses plus proches disciples, s’orientant vers le mysticisme chrétien. Il fonde une École de Magnétisme de Lyon en 1895, alors succursale de l’École pratique de Magnétisme et de Massage d’Hector Durville. Tenant un poste de secours aux blessés de la première guerre mondiale, il contracta la tuberculose. Remis derrière les lignes, il décéda d’une intoxication aux gaz de combat dans une usine d’armement. Il sera inhumé au Père-Lachaise (D°93).

◆ Fortement influencé par Saint-Martin, il a été une tête de file de l’occultisme de son époque ou plus exactement le tenant d’un occultisme qui se voulait ouvert au grand public. Capable d’habiles synthèses et de pénétration ésotérique, c’était un infatigable compilateur de textes ( 60 ouvrages), un vulgarisateur et un fédérateur de personnalités.

↳ Il fonde la revue l’Initiation en 1895 (encore en activité), et a également écrit près de 500 articles pour Mysteria et Le Voile d’Isis. Il a été membre de la plupart des organisations initiatiques de son temps : Société théosophique (1887, il rompt avec elle en 1890, l’estimant trop orientaliste), Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix (1888), Ordre Martiniste (qu’il fonde avec Chaboseau en 1891), Église gnostique (1892) ou Aube dorée (1895). En maçonnerie, il est initié au Rite Swedenborgien en 1901 et il introduit le Rite de Memphis-Misraïm succédant à Reuss ce qui lui valut les oppositions du Grand Orient et de la Grande Loge de France. Victime de son succès et critiqué pour sa proximité avec le Maître Philippe, Papus dut, outre les critiques de la maçonnerie française, affronter celles du Vatican et de la presse antimaçonnique.

L’Initiation (mise à l’index en 1891) était l’organe officiel de l’Ordre Martiniste qui était quant à lui, l’organisation intérieure de sa Faculté des sciences hermétiques (D’abord École supérieure libre des sciences hermétiques et ensuite Groupe indépendant d’études ésotériques, puis enfin l’École hermétique et de faculté des sciences hermétiques) qu’il fonda avec Sédir et Jolivet-Castelot et animait. Elle comptait jusqu’à 350 membres. Anatole France qui lui trouva ce surnom de Balzac de l’occultisme, souhaita que le Collège de France accueille une chaire de magie pour Papus. Cela n’arriva pas mais comme le nom de faculté le laisse supposer, l’organisation était calqué sur le système universitaire, avec ses professeurs (Papus lui-même, Chaboseau, Michelet, Rozier, Jollivet-Castelot et Sédir) et diplômes.

■ Plusieurs anecdotes méritent d’être signalées :

● Son nom magique "Papus" vient du Nuctéméron, il s’agit d’un esprit de la médecine.

● Paul Schmid alors proche de Papus, rapporte une anecdote dans l’Initiation (28,N°2), racontée par Papus lui-même à propos d’une breloque faite d’or alchimique : il l’aurait obtenue en opérant une transmutation avec Guaita avec la poudre de projection trouvée dans un vieil ouvrage d’alchimie acheté sur les quais parisiens.

● En 1893, Huysmans et Jules Bois se disputèrent avec Guaita et Papus autour de la mort de Boullan successeur Eugène Vintras, ce qui abouti à une série de duels dont aucun ne sorti blessé.

● Papus était en relation avec la famille impériale de Russie via les martinistes russes et l’influence que le Maître Philippe exerçait sur ces derniers. Il firent ensemble trois voyages, en 1901, 1905 et 1906. On raconte que Papus évoqua le fantôme d’Alexandre III pour le couple impérial lors de son second voyage.

𝕍 Papus, sa vie, son œuvre, Philippe Encausse, 1948.

Œuvres choisies

  • L’occultisme contemporain, 1887. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Traité élémentaire de science occulte, 1888. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le Tarot des Bohémiens, clef absolue des sciences occultes, 1889.
  • Essai de physiologie synthétique, 1891. Lien vers l’œuvre
  • Traité méthodique de science occulte, 1891 (Deux ).
  • La Cabbale, Tradition secrète de l’Occident, 1892. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • La science des mages et ses applications théoriques et pratiques, 1892. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Traité élémentaire de magie pratique, 1893 (aug. par Chacornac en 1924 sous le titre Traité méthodique de magie pratique). Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Anarchie, indolence et synarchie : les lois physiologiques d’organisation sociale et l’ésotérisme, 1894. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Les Arts divinatoires, 1895. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Lumière invisible, médiumnité et magie, 1896 (Réédité sous le nom de Les rayons invisibles). Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Traité synthétique de chiromancie, 1896 (Edité plus tard sous le nom de Comment on lit dans la main, 1902). Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • L’âme humaine avant la naissance et après la mort, 1898. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Martinésisme, willermosisme et franc-maçonnerie, 1899. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Comment est constitué l’être humain, 1900. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Qu’est-ce que l’occultisme ? ,1900. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • L’occultisme et le spiritualisme, 1902. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le livre de la chance bonne ou mauvaise, 1908. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Le tarot divinatoire. Clef du tirage des cartes et des sorts, 1909.
  • Ce que deviennent nos morts, 1912. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • La science des nombres, Information inconnue ⚱️.
  • On trouve également des publications écrites pour la Faculté Libre des Sciences Hermétiques : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

C’est le propre des études de la véritable science occulte de pouvoir être librement exposées devant tous. Semblables aux paraboles si chères aux anciens, elles paraissent à beaucoup n’être que l’expression des envolées d’une imagination très hardie ; aussi ne faut-il jamais craindre de trop ouvertement parler : le Verbe ne frappera que ceux qui doivent être frappés.
L’Homme est véritablement le Petit Monde, le Microcosme, reproduisant en lui toutes les lois de l’Univers ; aussi Claude de Saint-Martin a-t-il raison de dire qu’il faut toujours expliquer la Nature par l’Homme et non l’Homme par la Nature.
ABC illustré d’Occultisme
L’aimantation des forces psychiques doit se faire dans le silence. Ce n’est que par la persévérance, le calme, et surtout par la recherche exclusive de la vérité pour elle-même et non pour un but matériel et vil qu’on parvient peu à peu à l’intuition de l’astral et à la possession de la pratique.
Traité méthodique de magie pratique
La méthode principale de la Science occulte c’est l’Analogie. Par l’analogie on détermine les rapports qui existent entre les phénomènes. Étant donné l’étude de l’homme, trois méthodes principales peuvent conduire au but : On pourra étudier l’homme dans ses organes, dans leurs fonctions : c’est l’étude du visible, l’étude par induction. On pourra étudier l’homme dans sa vie, dans son intelligence, dans ce qu’on appelle son âme : c’est l’étude de l’invisible, l’étude par déduction. On pourra enfin, réunissant ces deux méthodes, considérer le rapport qui existe entre les organes et la fonction, ou entre deux fonctions, soit entre deux organes : c’est l’étude par analogie.
Traité des sciences occultes
Le véritable ésotérisme est la Science des adaptations cardiaques. Le Sentiment est seul créateur dans les plans, l’idée est création seulement dans le plan mental humain, elle n’atteint que difficilement la Nature supérieure. La Prière est le grand mystère et peut, pour celui qui prescrit l’influence du Christ, Dieu venu en chair, permettre de recevoir les plus hautes influences en action dans le Plan divin.
Inscription sur une plaque de sa pierre tombale