🔍
Bouton_Accueil

Pluton

Interprétation

Probablement en relation avec les troubles inflammatoires, les fièvres, etc. Une influence qui pourrait se rapprocher de celle de Mars. Mais il faut reconnaître pour ces trois dernières planètes que si certains auteurs modernes ont donné leur point de vue, personne n’a fait de recherches méthodiques (S.E.O.O.) susceptibles d’aboutir à des conclusions valables. En conséquence je m’en tiens aux notions les plus élémentaires.

Dictionnaire astrologique (pp. 394-395), Gouchon, 1935.

Pluton était depuis quelques années annoncé par des occultistes, qui le situaient en d’autres signes, d’ailleurs, comme ils suivent Proserpine, planète encore hypothétique, en annonçant sa prochaine découverte. Ils se demandent si les nouvelles étoiles errantes qui enrichissent le système solaire exerçaient une influence aussi sensible avant d’être repérées et si, après avoir accompli leur rôle, elles ne disparaîtront pas quelque jour, quitte à revenir dans une autre ère. Une telle question jette dans un monde d’ébahissements. Personnellement nous trouvons ces hypothèses curieuses, sans plus. Pluton n’a pas encore un symbole définitif mais celui que nous représentons est le plus familier aux Français. C’est aussi le plus intelligemment composé, car le dieu Pluton portait sur la tête le breuvage d’immortalité avec lequel il ressuscitait les morts. Un vase était donc significatif pour désigner un astre portant son nom. Depuis qu’il fut découvert, Pluton, qui accomplit en 239 ans la route du Zodiaque, a été étudié par les astrologues. La plupart assurent qu’il est encore trop tôt pour avoir une opinion à son égard. Des travaux personnels me permettent d’affirmer que Pluton s’intéresse à tout ce qui est justice. On discerne son action dans la plupart des événements où justice et mort sont en familiarité: par exemple Henri Rochette se coupant la gorge en plein prétoire ne peut s’expliquer sans l’influence de Pluton. Si nombreuses furent les constatations analogues que, pour nous, l’assimilation du dieu à l’astre ne fait aucun doute. Cela semble stupéfiant, mais des séries de concordances ont un sens clair, en chimie comme en médecine ; de même en astrologie.

[…] Pluton corps du sombre dieu, cristallise donc l’idée de conscience qu’il l’influence surtout la nuit, par les songes. Il corrige la justice des hommes. Son code est inéluctable et l’on ne saurait tromper ses auxiliaires qui exécutent farouchement leur mission. Rien ne le fléchit et, quand il a décidé, seul Hercule (le Soleil), en combattant avec lui, peut le résoudre à abandonner une proie. Tout ce qui appartient à l’âme, les ressorts cachés, la connaissance obscure du bien et du mal, dans toutes ses représentations, relève de son autorité, ainsi que la connaissance des secrets de la Nuit, de l’au-delà, la force d’affronter l’inconnu. Une malédiction s’attache à ce qu’il désapprouve. Il est le Juge que rien ne saurait tromper, qui venge les erreurs des prétoires ordinaires ou prépare sa moisson quand on fausse les balances qui devraient toujours être justes. Il se moque de nos lois : ce qui est fugitif n’atteint pas l’éternel ! Il est volontiers célibataire ou se conduit en célibataire ; enfin on lui doit des chances souvent étranges. […] Ses significations incontestables, d’après notre expérience, sont conformes à ce que nous avons appris touchant le Dieu des Enfers. La justice immanente et les jugements relèvent de lui. Il s’intéresse aux procès, surtout à ceux qui sont les conséquences de la mort, et il est le maître du feu souterrain. […] Insistons sur le jugement et sur la justice éternelle dans laquelle Pluton est le fléau de la balance, un fléau fixe, invariable. Ce n’est pas lui qui bouge, mais les plateaux, que l’astre fait bondir, de temps à autre.

[…] Incarnation de la justice fatale et des richesses, Pluton, en rapports, dans un thème, avec la IIe Maison, symbolisera les confesseurs, les gardiens de la loi et ceux devant qui l’on est obligé d’avouer; des banquiers également seront représentés par lui, ceux qui s’occupent d’escompte, car ceux qui s’intéressent aux affaires commerciales sont inféodés à Mercure , ceux qui suivent les affaires de l’État et de la grande bourgeoisie à Jupiter y , ceux qui se préoccupent d’industrie et d’invention à Uranus ceux qui poursuivent des affaires de spéculation à Neptune. On verra aussi en Pluton certains chimistes, ceux qui extraient l’huile de schiste, travaillent l’asphalte ou le bitume, et tous les pétroliers. Les scaphandriers qui cherchent des richesses lui sont également voués. En somme cette planète précise des affectations autrefois inconnues, ou dont on n’avait pas analysé toutes les faces. Il y a peu, par exemple, on ne connaissait qu’une sorte de banquiers. Nous en possédons tout un clavier, aujourd’hui.

L’Astrologie scientifique (1, pp.73-74,76-77,136,250,252), Privat, 1935.

Modulations

: Esprit de justice supérieur, magnanime et entier, amour des lois tutélaires, des principes et d’un ordre éternels, pareils à la Nécessité à laquelle les dieux d’Homère devaient eux-mêmes obéir, se faisant le gardien des rites; ami des religions antiques qui font frémir comme à l’approche d’une merveille, sens du sacrifice car tout doit se racheter, se rédimer, besoin de vérités formelles et inéluctables, sagesse sombre, despotique et sans appel, sens des richesses les plus durables et capacité à les utiliser en les étendant, chances brusques et magnifiques, intelligence des trésors cachés et de tout ce qu’on croit perdu, don prestigieux de commandement et autorité qu’on ne songe pas à discuter, aptitude à la métaphysique et goût dévotieux pour les Nombres.

: Attrait invincible pour la justice sophistique, inclinant à tous les écarts, besoin de bafouer les lois, ricanement quand on invoque les règles tutélaires, car on les méprise, mais en frissonnant en secret, déséquilibre dans les pensées, dévergondage des richesses auxquelles on s’accroche comme un noyé à une touffe d’herbes, mais en les transformant en apparences, malchances répétées, boiterie dans l’esprit, rudesse s’imposant par la terreur, déchéance et goûts terre à terre, vilenie et exécration pour les femmes (ou les hommes) contre qui il porte aux enlèvements et viols.

L’Astrologie scientifique (1, pp.112-113), Privat, 1935.

I. Pluton en Signes

Bélier

S’exprime dans une franche violence agressive

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Taureau

Alimente des passions profondes qui soulèvent souvent d’épais remous intérieurs.

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Gémeaux

Se mue généralement en sadisme mental ou apporte une inquiétude intérieure qui fertilise la recherche de l’esprit.

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Cancer

Tend à miner les sentiments familiaux et à apporter des crises psychiques profondes ou de grandes passions.

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Lion

Il dispose de moyens d’action qui lui permettent d’affirmer sa puissance au grand jour.

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Vierge

Il tend à « défouler » le signe (qui prend une valeur de Scorpion) ou à rationaliser l’expression de son agressivité.

Traité pratique d’astrologie (p.162), Barbault, 1961.

Balance

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


Scorpion

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


Sagittaire

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


Capricorne

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


Verseau

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


Poissons

Aucune de nos sources n’a fourni d’indication d’interprétation.


II. Pluton en Maisons

Maison I

Exprime une nature secrète, à l’aise dans les circonstances difficiles et exerçant un puissant rayonnement personnel sur l’entourage. Très susceptible, il peut changer radicalement ses projets et suit sa voie personnelle sans autres considérations.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Nature conservatrice respectant au moins extérieurement les principes d’autorité. Grande intelligence.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.250), Privat, 1935.

Coefficient d’agressivité créatrice ou destructrice; facteur de tension intérieure (surtout près de l’AS).

Traité pratique d’astrologie (p.185), Barbault, 1961.

Maison II

Recherche de la puissance par les moyens financiers, peut être obsédé par l’argent et les moyens de l’acquérir. Peut être un bon gestionnaire, mais subit souvent de fortes variations dans ses ressources matérielles.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Gains.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.250), Privat, 1935.

: Permet des acquisitions, qui peuvent être importantes, par des moyens spéculatifs, des procédés discutables, des « combines » secrètes.

: Risque de perte de fortune ou épreuve financière sévère.

Traité pratique d’astrologie (p.), Barbault, 1961.

Maison III

Esprit pénétrant et investigateur, très direct dans l’expression de ses pensées, exposé aux heurts de caractère avec ses proches. Dissonant, est exposé aux accidents. Doit se méfier de ce qu’il écrit.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Passion ou agressivité destructrice dans les rapports avec l’entourage; propice aux recherches intellectuelles. Défoulement de l’agressivité au volant de l’auto, sur la route; risque accidentel en déplacement, de lettre anonyme.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison IV

Très forte influence, en bien ou en mal, du milieu familial. Agit souvent en tyran domestique. Complications ou enrichissements dans affaires immobilières. En dissonance, le foyer peut être détruit à la suite de désastres, guerres, etc.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Utile pour une vocation réformatrice. Mort prématurée du père si l’astre est maître de la VIII par la Balance, où son rôle est incontestable — ainsi que séparation avec les parents.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.251), Privat, 1935.

Climat d’agressivité, de destruction dans le milieu familial ou dans le foyer. Secret de famille possible. Possibilité de spéculations dans le domaine foncier.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison V

Exigences excessives envers les enfants, mésentente avec eux. Plus critique que créateur. Spéculations froides mais parfois folles. Peu favorable aux amours, en raison de l’excès de domination exercé sur les partenaires. Position à surveiller dans les grossesses.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Tendance à l’adultère.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.251), Privat, 1935.

Passions amoureuses irrésistibles, tourmentées, mystérieuses ou dramatiques. Refus de l’enfant. Disposition spéculative, féconde ou dangereuse.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison VI

Souvent esclave de son travail, qui peut être dangereux. Surmenage mais récupération en général facile. Dissonant, activités illégales ou antisociales, craintes obsédantes pour la santé.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Affirmation de puissance, sinon révolte et crise dans le travail, dans les rapports avec les subordonnés. Dissonant, crise de santé plus ou moins redoutable.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison VII

Attire les fortes personnalités, qui peuvent devenir concurrentes ou rivales. Peu favorable aux unions et associations, sauf avec un partenaire passif. La vie est transformée en bien ou en mal par l’action des autres, et devient une rivalité perpétuelle.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Passion profonde conduisant au mariage; dissonant, tension dramatique menant à la destruction de l’union et des associations; risque d’inimitiés redoutables, de procès.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison VIII

Recherche les crises, met volontairement sa vie en jeu, et méprise les lois et les principes. Profits financiers considérables par placements ou héritages, pertes en dissonance. Sens de la mort et de ses secrets, complications érotiques liées à l’occulte, idées et morale très personnelles. Fin tragique ou peu explicable.

Dictionnaire astrologique (p.482), Gouchon, 1935.

Harmonique, peut apporter des profits importants résultant du mariage, d’associations ou de spéculations. Sens de l’occulte et évolution psychologique profonde. Dissonant, risque de corruption; menace opératoire à l’organe correspondant au signe occupé par l’astre. Possibilité de mort mystérieuse.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison IX

Les croyances profondes influent sur l’activité générale. Dépasse ses possibilités par sectarisme, recherche la vérité à tout prix. Influencé par les cérémonies et les rites, s’en délivre par un changement brutal d’idées. Accomplissement ou dangers dans les rapports avec les pays éloignés.

Dictionnaire astrologique (p.483), Gouchon, 1935.

S’il est maître de la II par la Balance, le travail ou l’emploi exige des voyages.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.251), Privat, 1935.

Opinions et croyances enracinées dans la trame des instincts les plus profonds. Passion intellectuelle ou spirituelle impérieuse. Dissonant, destruction en voyage, au loin.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison X

Aspiration au pouvoir qu’il justifie par une mission à remplir. Volonté de puissance, refus de toute autorité supérieure. Situation traversée de dangers et de crises, tournants extraordinaires. Réussite parfois due a la destruction d’une idée reçue.

Dictionnaire astrologique (p.483), Gouchon, 1935.

D’après l’astrologue allemand Brunhübner, il donne un ascendant prodigieux et fait un chef ayant un rayonnement social étrange, phénoménal. Il fait trouver tardivement sa voie, mais alors… Et il immunise contre les adversités !

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.252), Privat, 1935.

Possibilité d’ambition dévorante, de vocation impérieuse, de poussée créatrice irrésistible, sinon de crises professionnelles, de remises en cause de la réussite ou de la réputation, de perte de situation… La mort, le danger, les convulsions sociales, les choses secrètes ou cachées… peuvent avoir une influence décisive sur la carrière.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison XI

Lutte pour la domination dans les rapports amicaux. Ne supporte pas la critique, et doit avant tout suivre ses projets personnels, souvent détruits par leur propre inadaptation au réel. Peut être impitoyable envers ses amis, parfois relations louches.

Dictionnaire astrologique (p.483), Gouchon, 1935.

Emplois, gains ou cadeaux d’argent par les amis, s’il est maître de la II par la Balance.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.252), Privat, 1935.

L’amitié est une passion instinctive qui conduit à des attractions irrésistibles, irraisonnées, immédiates, susceptibles de durer ou de se muer en haine. Relations ambivalentes, susceptibles d’apporter beaucoup de bien ou beaucoup de mal, voire le meilleur et le pire. Possibilité de protection secrète.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

Maison XII

Goût du secret, recherche de pouvoirs occultes, mais risque d y perdre sa personnalité ou sa vie.

: Épreuves, vie intérieure tourmentée, traversée de l’enfer au moins une fois dans l’existence (Paul Colombet).

Dictionnaire astrologique (p.483), Gouchon, 1935.

S’il est maître de la VI ou du M.C. ou de la II, toujours par la Balance, l’argent vient par l’occultisme ou les occupations de la Maison XII.

Volguine via L’Astrologie scientifique (1, p.252), Privat, 1935.

Nocivité de cette position, surtout dissonante, susceptible d’apporter des inimitiés implacables, des conspirations secrètes, des épreuves cachées ou des dangers redoutables pour la santé.

Traité pratique d’astrologie (p.186), Barbault, 1961.

III. Pluton en aspects

Soleil
: Révolte définitive contre l’image du père : exemple de Nietzsche qui a proclamé la « mort de Dieu ». Dans une certaine mesure ces aspects sont proches de la dialectique freudienne « Eros-Thanatos ».

Dictionnaire astrologique (p. 3), Gouchon, 1935.

: Santé solide, sécurité de l’esprit et bonheur dans les entreprises, chances en héritages, gains faciles, domination des sens, volonté calme.

: Préviennent d’un risque de boiterie, d’une violence des instincts génésiques, d’héritages perdus, de pertes au jeu, d’une volonté qui a besoin d’être remontée, de tendance aux remords.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.413), Privat, 1935.

Dualité vie-mort; affirmation des instincts de mort.

: Puissance instinctive qui tend à une création, une affirmation, une passion enrichissante.

: Tension entre la conscience morale et des pulsions primitives; d’où angoisse, obsession, culpabilité, auto-destruction, destruction, crise.

Traité pratique d’astrologie (p.198), Barbault, 1961.

Lune
: Pour l’homme, attitude de soumission vis-à-vis de la femme, semée de brusques révoltes. Pour la femme, besoin d’un érotisme agressif, qui la lie à l’homme contre son gré.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

: Esprit de justice, impartialité, goût de la tradition, profonde piété en dehors des religions établies car c’est une tendance primordiale, chances nombreuses.

: Adultèrent le sens du bien et du mal, font mépriser les coutumes ancestrales, perturbent les rapports avec les prêtres de toutes religions et causent de nombreux désenchantements.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.416), Privat, 1935.

Association de tendances primitives, nocturnes, profondes.

: Pulsions instinctives créatrices; passion impérieuse et généreuse.

: Pulsions instinctives destructrices; passions douloureuses, chaotiques ou dramatiques.

Traité pratique d’astrologie (p.201), Barbault, 1961.

Mercure
: Complication mentales, goût des intrigues souterraines, besoin d’étonner.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

(et la conjonction est très heureuse) : Donnent de l’harmonie entre les idées et les désirs, le sens des valeurs et cela dans tous les"ordres, l’interprétation des énigmes, des songes en s’adressant à la science du passé et à la déduction intelligente.

: Caractérisent un cerveau fermé aux questions qui ne sont pas purement pratiques, méconnaissant la primauté du spirituel, ils apportent une disgrâce dans les questions d’argent.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.419), Privat, 1935.

: Esprit curieux, inquiet, chercheur, inquisiteur, pénétrant, critique, allant au fond des choses; intelligence faustienne.

: Esprit tourmenté, plus ou moins malsain, compliqué, désordonné, révolté ou destructeur.

Traité pratique d’astrologie (p.203), Barbault, 1961.

Vénus
: Tendance au masochisme affectif, amour qui s’exalte dans la souffrance de situations insupportables ou sans solution avouable.

Dictionnaire astrologique (p. 481), Gouchon, 1935.

: Chances d’argent, dons imprévus qui facilitent l’existence, sens religieux inné par les bons aspects, intuition du bien et du mal, conscience bienveillante bien que sujette aux remords, sauvegarde dans les périls, attirance vers les traditions, intelligence des rites magiques.

: Apporte un goût violent de l’argent, un esprit terriblement acquisitif et qui ne recule pas sur le choix des moyens, seraient-ils déplorables, une concupiscence pleine de hennissements ; elle rend sensible à la magie noire et aux maléfices, entraîne vers les cimetières et donne une sorte d’ivresse de la mort, en de voluptueux frissons.

: Troublent la conscience, rendent dépensier avec exaltation, disent un caractère ferme et irascible, causent de lourdes pertes, font incliner au célibat ou, tout au moins, à une certaine solitude.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.422), Privat, 1935.

: Passion profonde cimentée par l’instinct le plus impérieux et susceptible de conduire à la plus généreuse évolution spirituelle.

: Conflit de l’Eros et de la mort s’exprimant souvent par une forte ambivalence des sentiments (amour et haine), sinon par une sorte d’« érotisation de l’angoisse » qui fait aimer dans une situation douloureuse; amours plus ou moins dramatiques, la destruction ou l’auto-destruction faisant son œuvre.

Traité pratique d’astrologie (p.205), Barbault, 1961.

Mars
: « Jusqu’au-boutisme » dans la lutte, surestimation des possibilités, risques d’auto-destruction.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

Ces astres sont de même nature, étant tous deux ministres de la mort.

: Leurs bons aspects signalent philosophie concrète, intelligence des richesses, chance en spéculation, surtout avec un bon Jupiter conscience droite, force et courage, sens de la justice immanente.

: Excellente et donne le goût des problèmes divins, des songes prophétiques, un attrait souvent obscur pour la théologie.

: Préviennent de recherches abstraites, de confusion dans les pensées, de méconnaissance de la Nécessité à laquelle les dieux eux-mêmes sont subordonnés, d’où esprit chimérique, tendances spéculatives qui aboutiront au désastre, apitoiement sur soi-même et découragement facile, conscience qui ruse et se satisfait à bon compte.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.424-425), Privat, 1935.

: Noyau d’agressivité pure susceptible de conduire à une renaissance, une régénération.

: Agressivité destructive ou auto-destructive.

Traité pratique d’astrologie (p.206), Barbault, 1961.

Jupiter
: Réussite exigeant le secret, situations qui ne tiennent que par des complicités, problèmes financiers toujours renaissants.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

: Si Jupiter est le maître des richesses, Pluton n’est autre que Plutus, invoqué par les Anciens, comme dispensateur de la monnaie. Leurs aspects harmonieux accorderont donc fortune équilibrée, bonheur dans les affaires d’argent, possibilité de s’enrichir par la Bourse, surtout avec les valeurs minières, esprit religieux ayant le sens de la hiérarchie, conservateur par destination, bonne humeur naturelle, goût de l’ordre, sens merveilleux de la justice.

: Splendide et accorde le secours des ancêtres aux heures graves.

: Disgrâces financières, troubles dans les affaires d’argent, esprit n’ayant pas le sens de la grandeur du monde, superstitieux ; ils rendent fanfaron d’irréligion, on leur devra une mauvaise conception du juste et de l’injuste, des inconséquences morales, discorde et désordre intellectuel.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.427), Privat, 1935.

: Puissance, magnétisme, ambition, création, fécondité.

: Corruption, puissance acquise par des moyens douteux ou dangereux.

Traité pratique d’astrologie (p.207), Barbault, 1961.

Saturne
: Fatalité intérieure, pessimisme foncier, goût du néant, isolement moral, obstacles difficiles à surmonter.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

: Régénération, rénovation.

: Destruction, négation.

Traité pratique d’astrologie (p.207), Barbault, 1961.

Uranus
: Adaptation difficile à une existence qui ne connaît jamais le repos.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

: Plans admirablement ourdis pour capter la fortune et qui réussissent; invincibilité dans les entreprises; instinct des passages difficiles, sens delà direction, faculté de saisir au bond l’actualité ; argent venant à soi comme les hommages accourent aux belles, don d’interpréter les songes, faculté d’imposer le respect à ses ennemis ou adversaires, autorité majestueuse et qui ne s’explique pas.

: Les meilleurs projets n’aboutiront guère et qu’on forgera des plans nombreux, mais en vain, la plupart du temps ; on sera inactuel ou il faudra faire un effort pour rentrer dans le siècle, si compréhensif soit-on de ses voies et moyens ; argent imprécis qui, pareil ou chien de Jean de Nivelle, s’enfuit quand on l’appelle ; contrariétés soudaines, ayant une espèce de fatalité et qui déferlent comme un raz de marée, sans qu’on puisse être autre chose que spectateur; autorité mais qui n’aboutit guère, ce qui interdit d’en bénéficier.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.430), Privat, 1935.

Neptune
: Aspect très particulier, produisant des motivations inexplicables pour autrui, mais très claires et irrésistibles pour le sujet.

Dictionnaire astrologique (p. 482), Gouchon, 1935.

: Assurent d’inspirations soudaines touchant l’argent, de chances brusques et dont on a comme l’illumination ; d’une intelligence des lois organiques du Monde, d’une compréhension supérieure de la justice, d’une certitude, souvent confuse, de l’immortalité, d’un équilibre des nerfs remarquable.

: Est excellente. N’oublions pas en effet, que la mythologie les fait frères et alliés.

: Disent que l’on a sur l’Ordre suprême, des idées terre à terre, difficiles à nouer en faisceau; qu’on se fait une idée personnelle de la justice, où celle-ci ne gagne généralement guère ; que l’on est fermé à tout ce qui est révélation et qu’on croit gagner l’argent qui tombe du ciel sans saisir qu’on n’est pour rien dans ces visites, si aimables et désirables soient-elles; colères brusques et qui semblent inexplicables ; tendance invétérée au bluff.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.431-432), Privat, 1935.

Aspect de génération qui met en jeu les tendances les plus profondes de la sensibilité et qui peut pousser aussi bien vers des désirs troubles que vers une révolte sociale ou vers une connaissance philosophique; il fait triompher des tendances irrationnelles.

Traité pratique d’astrologie (p.207), Barbault, 1961.

Ascendant

: Conscience inflexible, honnêteté sans reproche, chance, sens moral, besoin de garder secrets ses idées ou ses affaires.

: Conscience élastique, moral saisonnier et accommodant, excès de franchise et qui porte un tort considérable : « taisez-vous, méfiez-vous, des oreilles ennemies vous écoutent », devrait être pris comme devise.

Astrologie scientifique (L’) (2, p.432), Privat, 1935.

Milieu du Ciel

: Protection des ancêtres, goût du métier ou des initiatives qu’ils élisent, chance magicienne et qui consolide la situation, l’avenir naissant du passé et le consolidant, estime générale sympathie pour la tradition, dans tous ses principes ou domaines, avec les bons aspects.

: Font s’engager en des chemins nouveaux où les ronces, en général, seront plus communes que les roses, revers dans la position, difficultés à admettre les bienfaits de la tradition, l’esprit étant plus destructeur que conservateur, embarras pour consolider ce que l’on croit avoir acquis, car on est comme voué à l’insécurité, ce qui donne davantage, il est vrai, le sens du passage !

Astrologie scientifique (L’) (2, p.433), Privat, 1935.





Version: 2.0
Maj : 24/05/2024