🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Chambre de la Signature


AuteursDatesTypeLieuThèmesStatut
Raphaël 👁fabr. 1508 1511Fresques muralesin Palais Apostolique (Anciens appartements pontificaux)Religion
La Vérité
Le Bien
Le Beau
Non applicable

► Le peintre Raphaël 👁, au service du Pape Jules II, aura en charge la décoration de quatre pièces des appartements du Pape qui refusait de vivre dans ceux de son prédécesseur. Il décida donc d’aménager une aile du XV au dessus des appartements de Borgia.

► Les quatre chambres de Raphaël comprennent d’est en ouest: La chambre de Constantin, La chambre d’Héliodore, La chambre de la Signature, La chambre de l’Incendie du Borgo. On peut visiter ces quatre chambres aux Musées du Vatican.

► La Chambre de la Signature est la première pièce peinte par Raphaël. Elle doit son nom au Tribunal suprême de la Signature apostolique qui se réunissait dans cette salle vers la moitié du XVI. Mais précédemment Jules II en avait fait son cabinet de travail et sa bibliothèque, ce qui explique sans doute le programme iconographique. Son successeur, Léon X en fit une salle de musique où il conservait sa collection d’instruments.

Raphaël y a peint ses fresques les plus célèbres : Les Vertus cardinales et théologales, Le Parnasse, L’École d’Athènes et La Dispute du Saint-Sacrement.

Palais Apostolique Vatican

Fiche sur le site des Musées du Vatican.

EnlumGVCommentairesEnlumDV

► L’ensemble de ces fresques forme un programme iconographique complet et harmonieux dans lequel le thème principal de chaque œuvre offre un miroir dialectique de la perfection de l’âme et de l’esprit :

  • La fresque des Vertus cardinales et théologales fait face à la fresque du Parnasse sur les deux parois comprenant une fenêtre.
  • Sur les deux autres parois pleines, L’École d’Athènes et La Dispute du Saint-Sacrement se répondent.
  • La voûte, divisée en quatre sections, représente sous forme d’allégories les facultés de l’esprit : La Justice, la Poésie, la Philosophie et la Théologie. Chacune des sections surplombant la fresque murale placée sous son égide.

► Ainsi, cette pièce illustre, en s’en inspirant, l’idéologie platonicienne et néoplatonicienne qui établit un rapport analogique entre le Bien, le Beau et le Vrai :

  • Les Vertus cardinales et théologales représentent le Bien et la Beauté morale en lien avec la Justice. Elle répond au Parnasse qui représente le Beau et une forme de perfection artistique et sentimentale, en lien avec la Poésie.
  • L’École d’Athènes correspond au Vrai rationnel en lien avec la philosophie et fait face à La Dispute du Saint-Sacrement qui correspond au Vrai spirituel, au Vrai révélé en lien avec la théologie, symbole de la réconciliation de la foi et de la raison.
► On peut aussi y voir le dialogue et l’union entre les idéologies du monde profane antique et du monde chrétien puisque les deux fresques se faisant face appartiennent s’inspirent à chaque fois de l’un et de l’autre thème.

séparateur

Les Vertus cardinales et théologales

EnlumGVCommentairesEnlumDV

► Afin de mieux comprendre cette fresque qui fut commanditée par le Pape Jules II, il est intéressant de la replacer dans le programme iconographique de la Chambre de la Signature.

► Les vertus sont représentées dans la lunette en haut de la fenêtre :

↳ Les trois femmes représentent les vertus cardinales. De gauche à droite :

  • La Force au corps martial, en armure, casquée, la main posée sur un lion (ce qui n’est pas sans rappeler la carte de Tarot) porte une branche de chêne symbole de longévité, synonyme de force et de majesté. C’est aussi l’arbre consacré à Jupiter. Évidemment, la force désigne la virilité morale permettant de résister aux tentations, le courage de surmonter les obstacles. Certains ont vu dans la présence du « chêne » , « rovere » en italien, une allusion au nom laïque de Jules II : Giuliano della Rovere.
  • Au centre, sur un promontoire, la Prudence, comme Janus, a deux visages : un féminin et un masculin. Elle tient un miroir, son attribut caractéristique, dont le reflet présente les traits d’un vieil homme. La Prudence se souvient du passé, connaît la disposition du futur et peut donc prévoir l’avenir, elle discerne le bien, le juste chemin vers la sagesse, ce qui passe par la connaissance de soi.
  • A droite, la Tempérance tenant les rênes et le mors, elle est la conductrice avisée du char des instincts. Elle sait les maîtriser et les guider dans une juste proportion et un usage équilibré et harmonieux.
  • La dernière vertu cardinale : la Justice est représentée dans le médaillon de la voûte, lui conférant alors un statut de premier ordre. Elle apparaît comme la plus haute des vertus. Munie de l’épée pour trancher et séparer le bien du mal, le vrai du faux et de la balance, symbole de son équité et de son impartialité.

↳ Les putti représentent les vertus théologales :

  • La Charité cueille les glands sur la branche de chêne en s’appuyant sur la Force.
  • L’Espérance éclaire la prudence à l’aide de son flambeau dont la forme pourrait évoquer celle d’une corne d’abondance, autre attribut fréquemment associé à l’allégorie de la Prudence.
  • La Foi pointe le ciel du doigt, à gauche de la Tempérance. Sa posture peut rappeler celle de Platon dans l’Ecole d’Athènes.

► Sous les vertus, de chaque côté de la fenêtre on peut voir :

↳ La Remise des Pandectes à l’empereur Justinien de Lorenzo Lotto (à gauche) et la Remise des Décrétales au pape Grégoire IX (à droite).