🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Rose
Rosa gallica Reine de fleurs

Données générales

TaxinomieFamilleIndigénéitéPropriétésVertusAstralité
Végétal (Magnoliophyte)RosaceaeAsie du sud-ouest
Bassin méditerranéen septentrional
Europe centrale
Interne
AmerZ 🌷
AnticatarrhaleFZ 🌷
Suite ⇩Fermer la liste ⇪
AntidiarrhéiqueFZ 🌷
AntihémorragiqueFZ 🌷

Externe
AntiophtalmiqueFZ 🌷
l. AstringentFZ 🌷
Suite ⇩Fermer la liste ⇪
RésolutifFZ 🌷
ToniqueFZ 🌷
Amour
Initiation
Régénération
JupiterCS
LuneC
VénusS

Présentation

► La rose est une fleur très importante pour l’occident, elle est très employée et il existe un nombre considérable d’occurrences à son propos. Elle est étroitement lié à l’aurore, à la roue et à la régénération initiatique. Elle symbolise l’initiation et la renaissance par l’amour mais aussi la discrétion et le secret.

Ind.Eur. Vrod {souple}.

Occurrences mythiques

Polythéisme grec et romain

► En antiquité, dans le bassin méditerranéen, la rose rouge était l’emblème de l’amour et de la volupté mais aussi de la mort et de la renaissance.

Associé à Vénus qui lui a donné naissance, on dit des roses qu’elles furent blanches au départ, mais que ce soit cette même Vénus qui se blessât les pieds en courant vers Adonis agonisant (Théocrite) ou que ce soit soit Bacchus qui récompensa la plante pour l’avoir aidée à capturer une nymphe, c’est de rouge qu’elle s’habillât ensuite pour convenir au symbolisme véhiculé par ces dieux.

Figuration de la vie printanière, la rose est également l’un des attribut des Charites.

● Néanmoins, il était aussi d’usage de planter des rosiers aux cotés des cyprès près des tombeaux et la rose, comme beaucoup de plantes érotiques, dispose aussi d’un symbolisme funéraire.

↳ On jonchait les tombeaux de roses en Égypte et une des fêtes des thiases était les rosalies, l’usage continue à Rome au afin d’honorer l’arrivée du printemps ou bien en hommage aux mânes des défunts (de là la coutume de déposer des fleurs sur les tombes).

● La rose est encore associée à Athéna, car Zeus fit descendre sur l’île de Rhodes une pluie d’or, une rosée bienfaisante et lumineuse à la naissance de sa fille, hors chacun sait que Rhodes surnommée l’Isle des roses.

● Prenant la suite du lys, elle s’impose à sa place dans les mystères d’Isis dès l’époque hellénistique.

↳ Dans les Métamorphoses, Lucius redevient Humain en mangeant des roses.

● En sus, Hécate était parfois représentée couronnée d’une guirlande de roses à cinq feuilles.

● Le culte de Sabazios possédait également un étroit rapport avec le symbole de la rose.

● Lors des banquets, les romains se paraient de couronnes de roses afin de se prémunir de l’ivresse, pratique également héritée des mystères dionysiaques.

Christianisme

► Dans le christianisme, elle est l’emblème de l’amour et de la virginité, de la patience et du martyre.

● Elle est d’abord assimilée à la Vierge, la rose sans épine, la rosa mystica des Litanies de Lorette. Héritière d’Isis et Aphrodite, dans le folklore chrétien elle créer la rose blanche : Marie cultivait la rose rouge qui n’ayant plus d’eau pour s’arroser, se flétrit. L’enfant Jésus en conçu une profonde tristesse et Marie laissa alors tomber une goutte de lait sur le rosier assoiffé qui reprit vie sous la forme du rosier à roses blanches.

↳ Silésius dans son Pèlerin Chérubinique dit que La Rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit, elle ne fait pas attention à elle-même, ne demande pas si on la voit.

↳ En sus, la rose symbolique est composée de sept pétales et représente les plaies du Christ ou le Saint Calice.

↳ Ces deux symboles se combinent chez Dante qui y ajoute celui de la rosace que l’on retrouve dans l’architecture religieuse : En la forme donc d’une rose blanche se montrait à moi la sainte milice que dans son sang le Christ épousa (Divine Comédie, Paradis, 31:1). La pentecôte était autrefois nommée la "Pâque rosée" et le rosaire, outre son lien avec la Vierge, était parfois constitué de graines d’églantier d’où son nom. La rose d’or, ornement béni par le Pape, était offerte par le pontife à un souverain méritant et ce, chaque année, le quatrième dimanche de Carême.

● La poésie courtoise faisait de la rose le symbole de l’amour céleste comme l’illustre l’ hortus conclusus de la première partie du Roman de la Rose.

↳ Le rosicrucisme sera l’héritier de cette conception en considérant la plante comme le signe de la résurrection mystique et de l’immortalité, elle est alors assimilée à la rosée céleste rédemptrice, la Dame courtoise s’assimile ainsi à la Vierge. L’ordre en fera son emblème : croix sur rose à cinq pétales, sceau très proche de la rose de Luther (le blason de la famille Andreae possède aussi des roses).

↳ Ce symbolisme des roses se transférera à la maçonnerie où les "trois roses de Jean" sont les signes de la lumière, l’amour et la vie.

Goethe dit dans ses Mystères : Wer hat dem Kreuze Rosen zugesellt ? / Es schwillt der Kranz, um recht von allen Seiten / Das schroffe Holz mit Weichheit zu begleiten / Und leichte Silber-Himmelswolken schweben, / Mit Kreuz und Rosen sich empor zu schwingen, / Und aus der Mitte quillt ein heilig Leben / Dreifacher Strahlen, die aus einem Punkte dringen ; {Qui a donc marié les roses à la Croix ? / Leur guirlande se renfle, afin d’envelopper / Avec douceur le bois rugueux de toutes parts / Et de légères nuées d’argent, telles qu’au ciel / flottent, dans leur essor, entraînant croix et roses / Et une vie sacrée vient sourdre de leur centre / En un triple rayon naissant d’un point unique.}

Orient

► Pour l’islam, la rose est née d’une goutte de sueur de Mahomet. Hafez dit J’irais cueillir les roses du jardin, mais le parfum du rosier m’a enivré.

► Dans l’hindouisme son équivalent est le lotus. Tripurasundari, Mahâvidyâ de la beauté de Dourga émerge d’une rose.

► Dans le shenisme, la rose symbolise la jeunesse.

Alchimie

► Dans l’alchimie, le Jardinier du Rosaire des Philosophes écrit Tu dois posséder deux eaux ; l’une est blanche et l’autre rouge. et Quiconque veut entrer dans notre roseraie et, là, voir et posséder des rosés blanches et rouges sans cette chose vile à l’aide de laquelle nos serrures sont ouvertes, est déclaré semblable à un homme qui voudrait marcher sans pieds, car c’est dans cette chose vile qu’est la clé servant à ouvrir les sept portes métalliques. Et sans cette chose vile rien de précieux n’est porté à la perfection. L’ablution est la fin de la noirceur ; c’est encore la purification jusqu’à ce que le blanc devienne parfaitement blanc et le rouge parfaitement rouge. Car l’azoth et le feu chassent l’obscurité du feu.

► La rose blanche est le petit-œuvre et la rose rouge le grand-œuvre et lorsqu’elle est pourvue de sept pétales, elle évoque les métaux ou les opérations.

Folklore

► Dans le folklore, les pétales de roses consommées guérissent et la rose rouge favorise la fertilité et protège la grossesse, aussi toute femme enceinte devrait porter sur elle un sachet rouge contenant des pétales de la plante.

► Si les ongles d’un enfant sont coupés pour sa première fois sous un rosier, cela le rend aimable, honnête, lui donne une belle voix et lui porte bonheur.

► De même, enterrer le cordon ombilical sous un pied de rosier blanc donne une belle voix.

► La phylloromancie déjà usitée dans l’antiquité grecque est la mancie par le bruit que les pétales de rose peuvent faire lorsqu’on les claque entre les mains, les doigts ou le front.

↳ Par exemple entre les paumes, plus le bruit est fort, plus on est aimé et plus nos vœux peuvent se réaliser.

Occultisme

► Albert écrit qu’une graine de rose combiné à celle de la moutarde et le pied d’une belette rend l’arbre stérile sur laquelle ce phylactère est pendu, reverdir les choux desséchés et attire les poissons dans un filet.

↪ Placé dans une lampe, elle fait paraître noires les personnes présentes.

↪ Cette préparation mise en poudre et mêlée à l’huile d’olive et au soufre, fait que si on frotte une maison au soleil, elle paraîtra en feu.

► Pour Culpeper, les roses rouges sont sous le patronage de Jupiter alors que les blanches sont sous celles de la Lune.

► Sédir l’estime chaud et sec. , et .

● Il écrit encore que c’est la fleur initiatique, l’une des douze des Rose-Croix.

● En infusion, si c’est une rose rouge, elle rend fertile.

● L’eau distillée des fleurs se trouve bonne pour les écoulements vénériens.

● Son parfum rend propice aux révélations.

Phytothérapie

► En occident, la plante est cultivée depuis l’antiquité et à toujours eu un important rôle dans la phytothérapie, la parfumerie ou même la gastronomie et bien sûr l’ornementation. Jusqu’au XVIII elle jouissait d’une grande réputation dans le domaine thérapeutique.

● Les pétales doivent être cueillies avant éclosion, séchées rapidement et maintenues au sec. La plante peut être cultivée en sol pauvre, sec et calcaire.

Hildegarde dit que rosa est pourvue d’un froid modéré.

● Une pétale cueillie à l’aurore et placée sur l’œil le décongestionne et de même, sur les plaies, les purifie.

● Réduite en poudre et jointe à la sauge, elle apaise la colère lorsqu’elle est humée.

● Rose1 et sauge½ en baume, donnent un onguent efficace pour les crampes et paralysies.

Bonne à mêler à tout les médicaments car elle leur communique ses vertus.