🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Sauge
Salvia officinalis Herbe sacrée Thé d’Europe

👁

Données générales

TaxinomieFamilleIndigénéitéPropriétésVertusAstralité
Végétal (Magnoliophyte)LamiaceaeEurope méditerranéenneAnticatarrhaleZ 🌿 🌷
AntirhumatismalZ 🌿 🌷
AntiseptiqueF 🌿 🌷
Suite ⇩Fermer la liste ⇪
AntispasmodiqueF 🌿 🌷
AromatiqueZ 🌿 🌷
AntisudoraleF 🌿 🌷
DigestiveF 🌿 🌷
DétersiveZ 🌿 🌷
DiurétiqueF 🌿 🌷
EmménagogueFZ 🌿 🌷
ExcitanteZ 🌿 🌷
FébrifugeF 🌿 🌷
HypoglycémianteF 🌿 🌷
RésolutiveFZ 🌿 🌷
StimulanteF 🌿 🌷
ToniqueF 🌿 🌷
VulnéraireF 🌿 🌷
Protection
Puissance
JupiterC
SoleilS
VénusC

Présentation

► Cette plante au fort pouvoir aromatique est considérée dès l’antiquité comme une panacée, réputation qui ne sera pas démentie au moyen-âge. Ainsi à cette époque, l’adage : "Cur moriatur homo cui Salvia scrscit in horto ?" {Pourquoi mourrait-on lorsqu’on cultive la Sauge, si ce n’est qu’aucune plante des jardins n’est assez forte contre la mort ?} et la légende de la Vierge bénissant la sauge pour l’avoir aidée à échapper à Hérode.

● La sauge est déjà utilisée par les égyptiens dans la confection du kyphi et préconisée contre la stérilité.

● Chez les Grecs, la sauge est l’une des plantes aromatiques mangée par Amalthée durant son séjour sur le Mont Ida alors qu’elle allaitait Zeus.

● La plante est adorée par les druides qui l’estimaient au point qu’ils assuraient qu’elle pouvait ressusciter les morts.

Sacrée chez les romains qui l’utilisaient dans leurs rituels aux Pénates.

■ Du Lat. Salvare {sauver}, salvus {saint}.

Occurrences mythiques

Occultisme

► Dans les Cyranides la sauge, surnommée Θύρσις {Thyrse} (Dioscoride la nomme elelisphakos mais ils s’agit vraisemblablement d’une espèce cousine de notre officinalis voir d’un groupe indifférencié d’espèces) est consacrée à Bacchus et estimée comme bonne à tout.

● Il indique que la sclarea est pressée par les Ménades dans les bacchanales.

● Si on mêle cette variété à de la thrysite (pierre ressemblant au corail) dans une amphore en prononçant la formule "Eïa Bacchus, eïuleu Dionysos" et que chaque convive d’une réception en boit un verre, alors ils partent tous contentés.

► Le folklore assure que pour se guérir de la fièvre, il faut consommer des feuilles de sauge avec écrit "Pater noster caelis".

► Albert écrit que si on la laisse pourrir dans une fiole de verre sous du fumier, on fait paraître des vers ou un oiseau à queue de merle.

● Avec le sang de cette créature, si on frotte l’estomac d’un ennemi, il reste inconscient quinze jours.

● Ces vers si ils sont brûlés font une poudre qui jetée dans le feu produit un bruit comparable au tonnerre.

↳ Cette poudre versée dans une lampe que l’on allume fait sembler la pièce emplie de serpents.

► Culpeper estime que la sauge sauvage est et la sauge des jardins .

► Sédir la dit chaude et sèche, .

● Il estime que son nom vient des deux mots tudesques Sol-Heil.

● Les feuilles sont vulnéraires et leur extrait est régénérateur.

● Ses graines (Ebel) en infusion rendent fertile.

Phytothérapie

► Facile à cultiver.

● Préfère les sols chauds, légers et calcaires.

● Nettoyer les feuilles avant usage, les impuretés se logeant aisément dans les rainures à leur surface.

Toxique à forte dose.

Apulée écrit que la sauge cuite et frictionnée sur les zones sexuelles et anales son bonnes contre les démangeaisons.

↪ Le jus est bon contre les hémorragies internes.

↪ La racine de salvia sclarea est bonne contre la affections de la bouche et la dysenterie.

↪ Sa graine mélangée à du vinaigre resserre le ventre.

Hildegarde estime que :

Selba (officinalis) est chaude et sèche, elle se développe plus grâce à la lumière solaire qu’à la terre humide.

↳ La plante apaise les humeurs, les flegmes, la paralysie et l’incontinence urinaire lorsqu’elle est ingérée.

↳ Pilée avec du cerfeuil et de l’ail puis mêlée au vinaigre, on aura un condiment qui rend l’appétit.

Redonne des forces et guérit le malade si elle est prise repu.

● Elle dit ensuite que scharleya (sclarea) est chaude et bonne contre le poison.

↳ Combinée à du miel et de la rue et après cuisson, à de la pomme épineuse, on pourra évacuer tout poison tant qu’il n’est pas mortel. On boira ce qui est filtré de cette préparation trois fois après les repas.

↳ Cette sauge1 avec de la menthe pouliot et du fenouil¼, tous cuits dans du vin et du miel, fait une potion bonne pour l’estomac affaibli et irritable.