🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Helena Petrovna von Hahn
Madame Blavatsky, H.P.B

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIXRussie
Inde
Angleterre
Naissance12 Août 1831, 2h17 Yekaterinoslav, Russie
(ajd. Dnepropetrovsk, Ukraine)
Décès8 Mai 1891 (58 ans)Londres (Angleterre)
Cause
Inhumation
GrippeCrématorium de Woking
(Cendres dispersées entre trois centres Théosophiques)

DomaineCourantOrdre
Occultisme
Spiritisme
Néo-occultisme
Spiritisme
Théosophisme 🎓
Société Théosophique 🎓

RelationsNom
Entourage
AmiAlfred Sinnett
Francesca Arundale
Henry Olcott
William Judge
William Moses
RivalitéPaschal Randolph
RencontreÉdouard Schuré
Gaston Maspero
William Yeats
Influence
Maître? Koot Hoomi
? Morya
Paulos Metamon
ParAllan Kardec
Edward Bulwer-Lytton
Éliphas Lévi
ÉlèveCharles Leadbeater
Annie Besant
SurÉsotérisme occidental
New-age
Edgar Cayce
Franz Bardon
Guido von List
Rudolf Steiner
Samael aun Weor

Repères biographiques

► Née d’un père colonel de souche balte, Peter von Hahn, Blavatsky était apparentée au Tsar via sa grand-mère, la princesse Dolgorouky. Sa mère, Héléna Fadeef, fut la première romancière russophone. À la mort de cette dernière, elle fut envoyée chez son grand-père qui résidait un château qui avait la réputation d’être hanté. Jeune déjà, elle se fit remarquer d’abord par son caractère volontaire, son air inquiétant et son attrait pour l’occulte mais aussi pour ses crises de somnambulisme et les phénomènes hypnotico-magnétiques voir médiumniques qu’elle manifestait régulièrement. Elle apprit auprès de ses gouvernantes – rapidement dit-on – l’anglais, le français et l’allemand.

► Après s’être séparée d’un mari violent (Blavatsky, vice-gouverneur de la province d’Erevan) et de plus de quatre fois son âge qu’elle épousa à seize ans, elle effectua de nombreux voyages à travers le monde. Elle poursuivra ces voyages toute sa vie durant, vraisemblablement d’abord soutenue financièrement par son père. Elle se rend notamment en Égypte où elle se convertit au culte d’Isis, en France elle apprit le magnétisme ou encore en Amérique. Là, elle pratiqua le vaudou à la Nouvelle-Orléans et s’acoquina avec des bandits au Texas.

► À Londres, elle rencontre un certain Koot Houmi Lal Sing, dont l’existence demeure sujette à caution, mais avec lequel elle affirma par la suite être en relation télépathique. Ce dernier lui conseillera ce qui sera son plus important voyage : un séjour au Tibet de 1852 à 1856 où elle affirma avoir été initiée au lamaïsme par les mahatmas de la fraternité blanche. Plusieurs doutes subsistent néanmoins également sur ce voyage. Elle pérégrine encore durant 20 ans dans divers pays, notamment en Russie (où elle retourne pour la première fois) en 1858 et s’adonne à des expériences métapsychiques. En 1860 elle tombe brusquement malade suite à des expérimentations magiques dans le Caucase. Mise en grand danger par la maladie et la perte de contrôle de sa médiumnité (qui fut alors aussi pressante qu’envahissante), elle parvint à se remettre mais demeura profondément marquée par cet incident. Par la suite, elle repart au Tibet en 1867 et en Égypte en 1870.

► Après avoir tenté de former un groupe kardequin en 1871 à Londres, elle se rend aux États-Unis en 1973, publie Isis dévoilée en 1877 et y est naturalisée un an plus tard, à 47 ans. Elle y rencontre Olcott et Judge et ils fondent un groupe dédié aux recherches spiritiques, d’abord Société spirite puis Société Théosophique en 1875. À une époque où l’examen critique des religions du Livre s’était déjà bien enraciné dans les esprits, l’organisation fut le fer de lance de la popularisation de l’hindouisme et du bouddhisme en Europe et aux États-Unis. Jusque là, ces religions n’étaient en effet qu’évoqués en filigrane dans les publications ésotériques de l’occident.

↳ Blavatsky publie alors Isis dévoilée qui aura un grand succès et oriente durablement l’enseignement de la Société Théosophique. L’organisation, qui eut également un succès retentissant, mettait en avant l’unité des enseignements d’orient et d’occident qui sont ainsi considérés comme les rameaux d’un enseignement primordial. Nombre d’artistes et intellectuels participèrent à sa notoriété. En 1882 Blavatsky s’installe en Inde pour y promouvoir l’hindouisme (et même l’indépendance du pays). Elle revient cependant à Londres en 1887 pour y publier son œuvre majeure, La Doctrine secrète avant de s’éteindre. C’est Annie Besant qui sera son successeur à la direction de la Société Théosophique pour l’Europe et l’Inde.

↳ Blavatsky eut une vie aventureuse, parcourant le monde à la recherche de tout types de savoir occultes et ésotériques et nombre d’anecdotes rapportent les phénomènes paranormaux qu’elle laissait sur son passage. Sa sœur en mentionne notamment un certain nombre dans son Essai biographique sur Mme P. Blavatsky in La Nouvelle Revue Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France (78, pp.502-775), Vera Jelihowsky, 1892. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Blavatsky avait ainsi la réputation d’être une puissante médium et magicienne, pouvoirs innés qu’elle aurait développé au contact d’autres pratiquants lors de ses voyages et par la consultation de manuscrits rares qui purent entrer en sa possession. On rapporte par exemple que les corbeilles se remplissaient miraculeusement de fruits ou encore que des objets se matérialisaient et se dématérialisaient. Elle a néanmoins essuyé plusieurs accusations de tromperies tant vis à vis de ses capacités psychiques que par rapport au contenu de ses ouvrages. Guénon à produit la plus célèbre - et vive - critique au système théosophique de Blavatsky dans son Théosophisme.

◆ Dans La Doctrine secrète Blavatsky s’occupe de cosmogenèse et d’anthropogenèse, en butte contre les théories darwiniennes alors en plein essor. Elle y assimile Dieu à Satan, tente d’y démontrer l’unité des religions et y fustige les prêtres chrétiens, qu’elle décrit sectaires et inquisiteurs tout en encensant les moines bouddhistes, présentés comme sages et tolérants. La Société Théosophique aura un grand impact sur l’occultisme du XX (et sans doute du XXI) et sera utilisé comme l’une des bases théoriques du mouvement New-Age.

Œuvres choisies

  • Isis dévoilée. Clef des Mystères de la Science et de la Théologie anciennes et modernes, 1877. Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • La Doctrine Secrète. Synthèse de la science, de la religion et de la philosophie, 1888. Lien vers le catalogue Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Râja-yoga ou Occultisme, 1931.

Citations

Métaphysiquement et ésotériquement, il n’existe qu’Un élément dans la Nature, et à sa source se trouve la Divinité ; les prétendus sept Éléments, dont cinq ont déjà manifesté et affirmé leur existence, ne sont que l’enveloppe, le voile de cette divinité, de l’essence de laquelle l’Homme provient directement, qu’on le considère au point de vue physique, psychique, mental ou spirituel.

La Doctrine secrète
Pour bien comprendre l’idée qui se cache sous toutes les Cosmologies anciennes, il est nécessaire d’étudier et d’analyser comparativement toute les grandes religions de l’antiquité, car ce n’est que par cette méthode que l’idée mère peut être mise en évidence.

La Doctrine secrète
Tu ne peux pas voyager sur le chemin avant d’être devenu le chemin lui-même.
La Voie du silence
Nulle religion est supérieure à la vérité.
Devise de la Société Théosophique
La majorité des hommes vivent dans et pour le désir, le confondant avec la volonté. Mais celui qui veut atteindre la réalisation devra séparer la volonté du désir et faire de sa volonté le gouvernant, car le désir est instable et, toujours changeant alors que la volonté est ferme et constante.
attr. passim