🔍
Bouton_Accueil

Paul Le Cour
Paul Lecour

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIX XXFrance
Naissance5 Avril 1871 Blois, France
Décès5 Février 1954 (82 ans)Kedarnath, Inde
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Astrologie
Hermésisme
Occultisme
OrthodoxismeSociété d’Études Atlantéennes 🎓
Atlantis 🎓

RelationsNom
Entourage
AmiEugène Canseliet
CollaborateurRoger Dévigne
CorrespondancePierre Dujols
DésaccordRené Guénon
Influence
SuccesseurJacques d’Arès
DiscipleJacques d’Arès

Repères biographiques

◆ Fonctionnaire d’état au ministère des finances puis des travaux publics, Le Cour se défini lui même comme un autodidacte audacieux mais prudent. Enfant, il était attiré par la nature et il fut sans doute, l’un des premiers canoéistes campeurs de France. Il fréquente les milieux ésotériques parisiens et s’intéresse aux phénomènes spiritiques et à la métapsychie, collaborant avec l’Institut métapsychique international. Il s’intéresse rapidement à l’Atlantide, en 1925, il publie un court article dans le Mercure de France (36,N°645 Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France) puis y consacre son premier ouvrage L’Atlantide et ses traditions. En 1926 il cofonde la Société d’études Atlantéennes avec Roger Dévigne à la Sorbonne mais ils se séparent et dès l’année suivante, il crée l’Association Atlantis et la revue homonyme active jusqu’en 2013. Jacques d’Arès sera son successeur au secrétariat général de l’Association Atlantis. Vers la fin de sa vie, il trouvera dans l’Église orthodoxe, une voie correspondant à ses attentes. Ses mémoires sont publiées en 1955 dans Ma vie mystique.

◆ Le Cour se sera intéressé aux rapports entre l’amour et la connaissance, à l’idéal chevaleresque comme moyen de réformer la spiritualité. Derrière l’idée d’Atlantide, se cache une quête de la tradition primordiale dont le dernier maillon se trouve selon lui, en occident et non en orient comme beaucoup de chercheurs le supposent alors. Si l’influence de Le Cour est plus discrète en France, elle est importante pour l’ésotérisme anglo-saxon.

↳ Dans son Aisthésis, il théorise l’intuition physique, esthétique, morale et spirituelle.

↳ Il est le précurseur de la notion d’ère du verseau. On considère son ouvrage homonyme comme l’un de ceux à l’origine du mouvement new-age, il y théorise le retour du Christ, non plus à l’appui de prophéties mais en s’appuyant sur l’astrologie. Il marque le début de cette ère en 2160.

↳ Critique envers la maçonnerie moderne, il l’estime sous tutelle judaïque via l’influence d’Adam Weishaupt. Il assure par ailleurs que le christianisme à plus des origines grecques qu’hébraïques.

Site de l’Association Atlantis, toujours en activité.

Œuvres choisies

  • L’Ère du verseau, 1937.
  • Hellénisme et Christianisme, 1943.
  • L’Évangile ésotérique de Saint Jean, 1950.
  • Le Septième Sens : l’Aisthésis, 1952.
  • Ma vie mystique, 1955.
  • L’Atlantide Atlantique in Atlantis 258,259,260 (Avec Jacques d’Arès et Doru Toderisciu).

Citations

Je n’écoute pas les mots, mais le mutisme qui parle en eux.
Le but du poème est d’achever et d’anéantir le poète.
Il y a là un manifestation de la puissance qui règle tout dans le monde, le Verbe caractérise l’action créatrice, utilisant la substance principe : le Père, les qualités : L’Esprit.
L’évangile ésotérique de Saint Jean
Nous avons ici un rapprochement à établir entre le Christ et cet Orphée, dont il continue la doctrine. En effet, Orphée était, lui aussi, assimilé à un berger et on le représenta, dans les catacombes, portant une brebis sur les épaules.
L’évangile ésotérique de Saint Jean
En adoptant le latin, l’Eglise de Rome s’est séparée de ses sources grecques ; elle à supprimée, du même coup, toutes les lumières de l’ésotérisme, pour devenir formaliste et dogmatique.
L’évangile ésotérique de Saint Jean
La raison de la prédilection du Christ pour les deux Jean, ne nous est pas fournie par les Évangiles ; la voici : Jean est, dans la hiérarchie des Dieux, le gouverneur, le maître de la Planète-terre et le chef des initiés. Il correspond à Agni dans la terminologie Rose-Croix.
L’évangile ésotérique de Saint Jean