🔍
Bouton_Accueil

Isaac Ashkenazi de Louria
Ari, ’Ah-Ari ha-qadosh’

Portrait inexistant

Données générales

PériodeLieu
GénéralXVIIsraël
Naissance1534Jérusalem, Israël
Décès1572 ( 38 ans)Safed, Israël
Cause
Inhumation
MaladieVieux cimetière (Safed, Israël)

DomaineCourantOrdre
KabbaleJudaïsmeÉcole de Safed 🎓

RelationsNom
Influence
MaîtreDavid ibn Abi Zimra
Moïse Cordovero
ParPrésocratiques
Sepher ha-Bahir
Zohar
DiscipleHayyim Vital
SurChristian Knorr von Rosenroth
Sabbataï Tsevi

Repères biographiques

► D’origine ashkénaze, son père pour Jérusalem lorsqu’il se marie. Là, naît Isaac, qui y reçoit l’enseignement de Kalonymos, un kabbaliste polonais. Il y faisait dit-on, déjà preuve d’un esprit perçant. À la mort de son père, il part avec sa mère pour l’Égypte où son frère possède un commerce dans lequel il s’investira pour subvenir à ses besoins. Là, il suit l’enseignement de David ben Salomon ibn Abi Zimra ainsi que de son successeur.

► Vers 15 ans, il se marie avec la fille de son oncle, puis deux ans plus tard il décide de s’investir plus avant dans la kabbale. Il se retire sur une île déserte du Nil à 22 ans, vivant en ascète se concentrant sur le Zohar et les écrits de Cordovéro. On dit que lorsqu’il revenait visiter sa famille, il ne prononçait pas un mot si ce n’est le strict nécessaire.

► Après une vie d’ascèse, il commença à avoir des visions dont une l’appela à s’installer à Safed ce qu’il fit vers 36 ans. Là, il rencontra Cordovéro lui-même, qui lui enseigna la kabbale avant de mourir la même année. Deux ans après son maître, il mourût à son tour lors d’une épidémie.

◆ Bénéficiant déjà de son vivant d’une glorieuse aura, il avait une réputation de mystique. Considéré comme certains comme le penseur le plus profond de la mystique juive, d’autres l’admirent au point de voir en lui le Messie de la Maison de Joseph. Louria imprime à la kabbale une démarche sotériologique et messianique, alors qu’elle mettait jusqu’alors d’avantage l’accent sur la théologonie et la cosmologie. La kabbale lourianique qui aura essaimé dans tout le pourtour du bassin méditerranéen aura eu un impact important sur la liturgie juive.

● Il enseigna et prêcha une voie contemplative et messianique, insistant sur l’importance de penser les mitsvot {prescriptions} et la tefilla {prière}.

● Les concepts cosmogoniques qu’il a formulés, notamment le retrait {tsimtsoum}, la brisure {chevirat ha-kelim}, la réparation {tiqoun} et la transmigration {guilgoulim} teintent toute la kabbale d’un apport gnostique et ésotérique. Il aura en outre développé le rôle d’Adam-Kadmon, des visages {parsufim} et d’intention {kavana}.

↳ Pour lui, Dieu s’est retiré en lui-même afin de laisser le monde se manifester, cette autolimitation dont l’espace est sa rigueur est suivie d’un retour du divin sous la forme de rayons lumineux qui émanent sa miséricorde. Cette lumière est récoltée par les trois premiers sephiroths mais catastrophe originelle, brise les six autres et fêle malkuth. La lumière retourne alors à son origine, excepté des fragments qui, associés aux bris des sephiroths tombent dans l’abîme. De là vient le mal et la liberté, l’Homme doit faire en sorte de restaurer l’intégrité lumineuse de Dieu en libérant la lumière de ces kelippot {écorces}.

■ Il n’aura laissé aucun écrit si ce n’est quelques poèmes, ses pensées sont connues au travers de ses disciples. Certains estiment néanmoins que le ספרא דצניעותא (Sifra di-tseni’uta) {Livre de l’arcane}, commentaire du Zohar est de lui. Bien que transmises oralement, les doctrines lourianiques sont bien connues grâce à son disciple Vital, qui les retranscrit dans son Sepher Etz Hayyim (Livre de l’Arbre de Vie) qui essaima à partir du tq.XVII.

Citations

C’est impossible (Que je puisse écrire quoi que ce soit), parce que toutes choses sont reliées entre elles. Je ne peux guère ouvrir la bouche sans ressentir comme si la mer brisait ses digues et déferlait. Alors comment exprimerais-je ce qu’a reçu mon âme, et comment pourrais-je le rédiger dans un livre ?