🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Christian Knorr von Rosenroth

👁

Données générales

PériodeLieu
GénéralXVIIAllemagne
Naissance15-16 Juillet 1636 Stara Rudna, Pologne
Décès4 Mai 1689 (52 ans)Sulzbach-Rosenberg, Allemagne
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
Kabbale chrétienne
Mysticisme
Littérature
Christianisme
Noblesse 🎓

RelationsNom
Entourage
AmiFrançois-Mercure Van Helmont
Henry More
Influence
ParShimon bar Yohaï
Isaac Louria
Jakob Böehme
Michel Maïer
Moïse Cordovero
TraducteurSamuel Mathers
SurKabbale chrétienne
Eliphas Levi
Emanuel Swedenborg

Repères biographiques

► Fils d’un pasteur protestant, il fait ses études universitaires à Wittenberg et Leipzig puis voyage en France, en Angleterre et en Hollande où il rencontra des rabbins et fut influencé par Böehme. À son retour, vers ses trente ans, il s’installe à Sulzbach-Rosenberg et devient le conseiller du comte local. Il y étudie également les langues orientales, l’hébreu en particulier ce qui l’amène à s’intéresser à la kabbale.

◆ Voulant y trouver des conceptions chrétiennes, il pensait que les trois séphiroths d’atziluth étaient des représentations de la trinité ou encore que l’Adam kadmon était le Christ. Ayant eu accès notamment à des textes d’Isaac Louria et de Moïse Cordovero, il publia en latin des traductions de ces textes ainsi qu’une traduction du Zohar. Il accompagna ces travaux de notes et réflexions, faisant ainsi découvrir ce domaine au monde chrétien.

■ C’est l’empereur Leopold Ier qui lui donna le titre de comte. Il entrepris pour lui d’écrire une pièce de théâtre au thème alchimique inspiré par Michel Maier : Les Noces de Phoebus et de Pallas. Il s’intéressa aussi à la médecine (traduisant un traité de Jean-Baptiste Van Helmont) et à la poésie, écrivant lui-même des textes à portée mystique.

■ Héritier de Reuchlin et Postel, il avait de son vivant, la réputation d’être la personnalité du monde chrétien la plus érudite en matière kabbalistique - ce qui poussa Leibniz à venir le rencontrer - et ses traductions firent autorité jusqu’au XIX, les sources étant du reste, peu nombreuses jusque là. Il avait pour projet d’écrire un ouvrage sur l’enfance de Jésus à la lumière de la kabbale, mais ce livre avorta, la mort l’emportant avant l’heure.

Œuvres choisies

  • La kabbale dévoilée {Kabbala Denudata}, 1677 1684.
  • Les Noces de Phoebus et de Pallas {Conjugium Phœbis et Palladis}, 1677. [Théâtre]

Citations

L’idée de l’existence négative peut alors exister comme une idée, mais elle n’aura aucune définition puisque l’idée même d’une définition est tout à fait incompatible avec sa nature.
Le terme de "Kabbale non écrite" est appliqué à une certaine connaissance qui n’est jamais confiée à l’écriture, mais communiquée oralement. Je ne peux rien dire de plus sur ce point, quand bien même je l’aurais moi-même reçue ou non.
Toutes les âmes sont pré-existantes dans le monde des émanations et elles sont dans leur état originel d’androgyne, mais quant elles descendent sur terre, elles se séparent en mâle et en femelle et habitent différents corps. Si donc dans cette vie mortelle, la moitié masculine rencontre la moitié féminine, un fort attachement surgit entre eux et pas conséquent, il est dit que dans le mariage, les moitiés séparées sont de nouveau conjointes et les formes cachées de cette âme sont pareilles au Chérubin.