🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

René Adolphe Schwaller de Lubicz
Aor

Données générales

PériodeLieu
GénéralXXFrance
Naissance30 décembre 1887, 14h Asnières-sur-seine, France
Décès7 décembre 1961 ( 73 ans)Plan de Grasse, France
Cause
Inhumation
Cimetière de Plan de Grasse

DomaineCourantOrdre
Ésotérisme
Symbolisme
Néo-occultismeLes Affranchis 🎓
Les Veilleurs 🎓
Société Théosophique 🎓
Station Scientifique Suhalia 🎓

RelationsNom
Entourage
ÉpouseIsha Schwaller de Lubicz
AmiJulien Champagne
Oscar Venceslas de Lubicz Milosz
RencontreCamille Flammarion
Henri Cotton Alvart
Influence
ParAlexandre Saint-Yves d’Alveydre
Paracelse
Pythagore
DiscipleAlexandre Varille
? Julien Champagne
Pierre Mariel
SurAndré Breton

Repères biographiques

► Fils de pharmacien-chimiste, il est issu d’une famille alsacienne et vécut sa jeunesse à Strasbourg. C’est un enfant rêveur et studieux, qui se questionne déjà sur les problèmes métaphysiques. Il s’installa a Paris à 23 ans où il obtient son brevet d’ingénieur chimiste à l’École normale supérieure. Il étudie à partie de 1907 la peinture aux cotés de Matisse et fréquente la Librairie du Merveilleux et la Société Théosophique dès 1913 où rédacteur pour Le Théosophe on lui donne le nom mystique d’Aor. Il rencontre Milosz qui le fit chevalier en 1909 et l’initia à l’alchimie qu’il tenait de ses aïeux. Durant la Grande Guerre il est mobilisé dans un service chimique et constate les limites de la science officielle.

► Il fonde ensuite le groupe très fermé des Veilleurs et dont les organes étaient les journaux Le Veilleur et l’Affranchi, qui recevait dans son cercle extérieur, des intellectuels, journalistes et artistes comme Fort, Barbusse ou Léger. Le groupe intérieur était très fermé, initiatique voir magique et comptait dans ses rangs Fernand Divoire, Gaston Revel ou Carlos Larronde. Sa devise était "Hiérarchie, liberté, fraternité". Il proposait un autre modèle de société, basé entre autre sur l’artisanat et la hiérarchie (La synarchie de Saint-Yves d’Alveydre séduisait Schwaller). Ils se réunissaient dans la Maison Balzac de Passy qu’ils avaient sauvé de la destruction en 1919. Il s’établit ensuite en Suisse en 1922 et épouse en seconde noce Jeanne Germain en 1926 qui veuve d’un riche armateur, lui apporte l’aisance matérielle.

► Le modèle des veilleurs fut repris lors de l’installation de la Station scientifique Suhalia en Suisse, en 1922, sorte de monastère qu’il constitua avec Jeanne dite "Isha" et où on pratiquait des exercices spirituels ainsi que l’homéopathie, et où on élaborait une production artistique, artisanale et ingénierique. Elle durera jusque en 1927. Ils partent ensuite en croisière sur la méditerranée puis prennent ensuite contact avec des communautés musulmanes et se fixent à Louxor en 1937 où ils entreprennent, durant quinze ans et une équipe scientifique, de déchiffrer les hiéroglyphes qu’ils estimaient être la transmission cabalistique d’un enseignement ésotérique. Cette thèse symboliste engendra la fameuse "Querelle des égyptologues" dans le milieu égyptologique, l’opposant à la thèse historique. De retour en France, il publie son monumental Temple de l’Homme tandis que sa femme publie ses deux Her-Bak.

◆ Schwaller est producteur d’une bibliographie au contenu dense et aride. Il s’est particulièrement occupé de numérologie et de géométrie sacrée ainsi que de symbolisme. Le sens de l’excès est pour lui le moteur permettant à l’Homme de se perfectionner et l’intelligence du cœur est la façon correcte d’orienter sa pensée. Il en tire la notion d’anthropocosme, signifiant l’identité analogique entre l’Homme et l’univers.

■ On a attribué à Schwaller d’être derrière le nom Fulcanelli, soit seul, soit en tant que membre d’un groupe. Ce qui est notable, c’est qu’il a remit à Julien Champagne (qu’il rencontra en 1913) un manuscrit dont la structure est proche du Mystère des Cathédrales.

𝕍 "Aor", sa vie son œuvre, Isha Schwaller de Lubicz, 1963.

Œuvres choisies

  • Adam l’homme rouge : ou les éléments d’une gnose pour le mariage parfait, 1926.
  • Le Temple dans l’homme, 1949.
  • Du symbole et de la symbolique, 1951.
  • Le Temple de l’homme, Apet du Sud à Louqsor, 1957.
  • Propos Sur Ésotérisme et Symbole, 1960.

Citations

Vous êtes tous né avec une conscience tordue et, toute votre vie, vous dormez, prenant votre rêve pour la réalité ! Le croirais-tu ? Le langage est la source de cet insondable mal, le langage mal compris.
L’appel du feu
En ancienne Égypte, les rois portent des noms mystiques et les dynasties évoluent, comme les étapes embryologiques de la genèse d’un empire, né à une date déterminée, par le ciel connue, et, de ce fait, connu aussi dans son devenir et sa fin.
Miracle égyptien (Le)
Il faut situer son cœur au-delà de ce monde émotif pour s’en libérer… Le Réel, le Réel, je vois le Réel et ce n’est pas du tout ce que l’on imagine - il ne faut rien imaginer : il faut se taire… et écouter… il faut regarder dans le silence, sans vouloir voir et accepter le Rien car ce que l’homme appelle "rien" c’est cela la réalité. […] Ce que je ne pouvais faire dans mon existence terrestre s’accomplira dans le réel où je suis maintenant.
Verbe Nature (Derniers mots attribués)
[…] Le mot symbole signifie, pour nous, la chose même ou l’idée matérialisée qu’il évoque, il ne la représente pas seulement par analogie. […] Quand nous employons le mot "symbole", faute de disposer d’un autre plus exacte, nous pensons au symbole naturel, et à la figuration qui est l’Idée projetée en la chose représentée. Inversement, dans l’esprit pharaonique, la chose ou l’être naturel n’est que la matérialisation de l’Idée, dont elle est le symbole. L’oiseau qui vit dans l’air a caractère aérien, par ses mœurs (vie, nourriture, mode de chasse, affinité et inimitiés, caractère, mode d’assimilation, etc.), il devient l’incarnation d’une fonction, d’une étape de la genèse universelle et, enfin, d’une Idée. Ainsi toute chose naturelle est l’incarnation d’un principe, elle est son symbole.
Le temple dans l’homme