🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Albert Poisson
Philophotes

Données générales

PériodeLieu
GénéralXIXFrance
Naissance1868Paris, France
Décès1894 ( 24 ans)Paris, France
Cause
Inhumation
Tuberculose ou surmenage

DomaineCourantOrdre
AlchimieHyperchimie
Néo-occultisme
Groupe indépendant d’études ésotériques 🎓
Société Hermétique des Protylites 🎓 🎓

RelationsNom
Entourage
AmiMarc Haven
Paul Sédir
Papus
Stanislas de Guaita
Influence
MaîtreRémi Pierret
ParNicolas Flamel

Repères biographiques

Débutant l’alchimie à l’âge de 13 ans, il gagnait sa vie comme laborantin à l’université de médecine. Il fait une année de service militaire à Sens où il contracte la tuberculose, maladie qui l’aurait tué. D’autres sources citent un épuisement à la tâche. Érudit, reconnu pour son ardeur au travail, il traduisit du latin nombre de traités alchimiques (comme le Livre des feux de Marcus Graecus en avril 1891), il fréquentait la Librairie Merveilleuse et participa à la revue l’Initiation. Il avait pour dessein de réaliser une encyclopédie alchimique, avec une partie historique, pratique, théorique et bibliographique mais son décès l’en empêcha.

◆ Le jeune alchimiste est admiré par Jollivet-Castelot qui le considère comme un maître et est reconnu par Fulcanelli et Eugène Canseliet (Qui le qualifie "d’admirable"). À sa mort, il lègue sa bibliothèque à Papus ainsi qu’à Marc Haven.

Œuvres choisies

Citations

Les Alchimistes mystiques entendaient par Soufre, Mercure et Sel, la Matière, le Mouvement et la Force. Le Mercure, principe passif et femelle, c’est la matière ; le Soufre principe actif et mâle, c’est la force, qui façonne la matière et lui donne tout espèce de formes par le moyen du mouvement qui est le Sel.
Théories et symboles des alchimistes
Ce qui ne continue pas peu à embrouiller la question, c’est que les uns comptent les opérations depuis la préparation de la Matière, tandis que les autres commencent à compter seulement du moment où la matière est enfermée dans l’œuf. Mais, en somme, on peut partager le Grand Œuvre en quatre parties : 1° Préparation de la Matière ; 2° Cuisson dans l’œuf philosophique et apparition des couleurs dans l’ordre voulu ; 3° Opérations ayant pour but de donner à la Pierre philosophale une plus grande force, ce sont la fixation et la fermentation. 4° Enfin la transmutation à l’aide de la Pierre, des métaux vils en or, et en argent, c’est la projection.
Théories et symboles des alchimistes
On peut, en effet, diviser les couleurs de l’œuvre en deux classes : 1°) Les couleurs principales, au nombre de trois, dont tous les alchimistes parlent, ce sont le noir, le blanc et le rouge 2°) les couleurs secondaires ou intermédiaires qui servent de transition pour passer du noir au blanc et du blanc au rouge. Ainsi avant le noir il y a un mélange de couleurs assez confus ; entre le noir et le blanc se trouve le gris, entre le blanc et le rouge, le vert et le bleu, les couleurs de l’arc-en-ciel ou du spectre solaire, puis le jaune, l’orangé, et enfin le rouge.
Théories et symboles des alchimistes
En résumé, métaux et minéraux, formés à la base, de la Matière première sont composés de Soufre et de Mercure. Le degré de cuisson, la pureté variable des composants, divers accidents, les influences planétaires causant les différences qui séparent les métaux les uns des autres.
Théories et symboles des alchimistes