🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Chêne
Quercus

Données générales

TaxinomieFamilleIndigénéitéPropriétésVertusAstralité
Végétal (Magnoliophyte)FagaceaeEurope de l’ouestAntidiarrhéiqueFZ 🌿
AntihémorragiqueFZ 🌿🌳
l.AntiseptiqueZ 🌿 🌳 🍒
AstringentFZ 🌿 🌳
FébrifugeZ 🌿 🌳 🍒
HémostatiqueFZ 🌿
Majesté
Sagesse
Vitalité
JupiterCS
Soleil

Présentation

► En Europe, le chêne, arbre le plus imposant de tous, roi de la végétation, est l’arbre par excellence. Par conséquent, il dispose d’un nombre considérable d’occurrences. Foudre fixée, déployée et vivante, sa grandeur et sa largeur son telles qu’il maintient le ciel et ainsi, il revêt une importance cosmogonique et anthropogonique de premier plan en Europe.

● Il est le représentant de Dieu, de sa majesté et de sa sagesse.

● C’est un symbole de vie et de fidélité, de puissance et de protection car son tronc est robuste et son écorce solide.

● Son bois, sous forme de talisman, était utilisé comme tel.

► Les chênes étaient vénéré par la plupart des peuples indo-européens, peut-être en raison qu’il furent une cible privilégiée de la foudre qui apporta les feux primitifs.

● Ce sont les premiers arbres, les géniteurs de l’humanité et les habitations primitives (les Dioscures émergent d’un chêne) tant de cette dernière que des dieux eux-mêmes et des abeilles.

● Il sont porteurs de la nourriture d’immortalité et leurs glands, puissante source de génération sont tenus comme capable d’exciter Aphrodite.

↳ Le chêne est en somme, l’archétype de l’arbre de vie.

◆ Le Chêne Notre-Dame de Falletans et le Chêne d’Allouville sont deux chênes remarquables de France.

Occurrences mythiques

Alchimie

► Dans l’iconographie alchimique, le chêne symbolise de façon ancienne et durable, l’athanor.

↳ On le retrouve notamment dans les Figures de Flamel : Au cinquième feuillet, il y avoit un beau Rosier fleuri au milieu d’un beau Jardin, appuyé contre un Chêne creux ; au pied desquels bouïllonnoit une Fontaine d’Eau très-blanche, qui s’alloit précipiter dans des abîmes, passant néanmoins premièrement entre les mains d’infinis Peuples qui fouïlloient en terre, la cherchant ; mais parce qu’ils étoient aveugles, nul ne la connoissoit, hormis quelqu’un qui en considéroit le poids..

Christianisme

► Dans la Genèse l’arbre fait figure d’intercesseur entre Abraham et Jehovah : 12:6 Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, jusqu’au chêne de Moré. Les Chananéens étaient alors dans le pays. et 12:7 Yahweh apparut à Abram et lui dit : « je donnerai ce pays à ta postérité. » Et Abram bâtit là un autel à Yahweh qui lui était apparu..

Folklore

► Le folklore attribue au chêne plusieurs vertus.

● Tout d’abord, il est capable de redonner la vitalité perdue si on passe trois ou neuf fois dans sa cavité. Il peut aussi prendre la fièvre ou une maladie jusqu’au sacrifice.

● Porter sur soi un morceau de chêne foudroyé protège des armes et du feu.

● Le gland n’est pas en reste, c’est un porte-bonheur qui accorde protection et il repousse la vieillesse, la foudre et apporte en outre la prospérité.

● Les chênes sont également porteurs de spectres et d’esprits malfaisants au moyen-âge, vestiges dégénérés d’une foi jadis intense à leur endroit.

► Dans la tradition d’Europe centrale, la veille de noël, on place une bûche de chêne dans la cheminée pour la renaissance du Christ.

Occultisme

Hildegarde le dit froid, dur et amère et elle ajoute qu’il est l’image de la méchanceté et inutile en médecine. Les vers ne peuvent manger son bois car ils deviennent malades et seul le porc peux s’engraisser de ses glands.

► Sédir le dit froid et sec, ou , .

● Il l’estime magnétique, coriace et noir, porteur des idolâtries anciennes.

Polythéisme celtique

► Les druides (apparenté à δρῦς (drûs) {chêne}) tenaient de même le chêne en haute estime : ils mangeaient ses glands pour devenir prophètes. Ils y récoltaient le gui le plus noble dans la nuit de la sixième lune après le solstice d’hiver.

► Cet aspect du chêne, arbre du devin, se prolongea même jusqu’à Saint-Louis qui rendait justice sous son chêne à Vincennes comme le faisaient avant lui gaulois, slaves ou bien les germains lors du thing.

► Toutatis était vénéré sous la forme d’un chêne, tout comme Thor, Péroun ou Taara.

Polythéisme finlandais

► Dans le Kalevala (Runo 2), c’est à partir des graines d’un chêne gigantesque que Vaïno ensemence la Terre.

Polythéisme grec et romain

► Dans l’antiquité grecque et romaine, l’arbre était consacré à Zeus puis à Jupiter.

● Le sanctuaire oraculaire de Dodone qui est dédié à l’Olympien est une forêt de chênes où grecs et romains tiraient des oracles selon le bruissement des branches.

● À celui de Pénestre, dédié à Fortuna, c’était via des fragments de chêne sur lequel on gravait des signes oraculaires.

► Dans la mythologie grecque, Éétès suspend la Toison à un chêne, dans la littérature, Ovide et Virgile propagent l’idée d’une balanophagie des pélasges.

► Les romains le considéraient comme androgyne (robur est d’ailleurs du genre neutre) lorsqu’il était question de sa dureté mais féminin (aesculus ou ilex) quant ils en parlent en tant qu’arbre de Jupiter.

Socrate, avec le serment de Rhadamante, jurait quant à lui par le chêne, le bouc et le chien.

► À Rome, on en tressait des couronnes dont on ornait la tête des citoyens afin de récompenser un acte héroïque ou un athlète vainqueur, héritage probable de la couronne des rois italiques. La composition de cette couronne sera ensuite remplacée par le laurier.

► Les dryades sont enfin les nymphes des arbres et des chênes en particulier.

Shintoïsme

► La kashiwa {chêne} (quercus dentata) est assez important dans le shintoïsme pour avoir son propre kami homonyme.

↳ Il est par exemple mentionné dans le Kojiki lorsque le Céleste Souverain, impressionné et attristé par la fidélité monolithique de la Fille du Sanglier Rouge lui dit : Qu’il est magnifique, l’auguste chêne du palais, le chêne sacré. Vierge ancienne des plaines aux chênes ! (III, 154).

Phytothérapie

► Du haut de sa longévité exceptionnelle de plus de 2000 ans, le chêne est riche en tanin.

● Son écorce est utile contre les empoisonnements par les alcaloïdes et les métaux ainsi que contre la fièvre.

Hémorragies et hémoptysies sont calmées par une tisane de feuilles.

● Son gland râpé dans de l’alcool est un bon remède contre les désordres intestinaux.