🔍
Bouton_Accueil

Mandragore
Mandragora officinarum Ba’arah La chandelle Herbe de Circé Pomme d’amour Qui expulse

Données générales

TaxinomieFamilleIndigénéitéPropriétésVertusAstralité
Végétal (Magnoliophyte)SolanaceaeBassin méditerranéenAnalgésique 🌿
Anesthésique 🌿
Anti-inflammatoire 🌿
Antispasmodique 🌿
Suite ⇩Fermer la liste ⇪
Aphrodisiaque 🌿
Hallucinogène 🌿
Hypnotique 🌿
Narcotique 🌿
Sédative 🌿
Fertilité
Puissance
SaturneS
LuneS

Présentation

► La mandragore est une plante aux propriétés narcotiques et dont l’aspect des racines, fourchues et poilues, rappellent un corps Humain.

Dagyde végétale, elle est la plus célèbre des plantes magiques occidentales depuis l’antiquité et son aspect merveilleux se détache assez nettement de sa contrepartie matérielle.

► Plante des sorcières, si elle apporte des bienfaits et représente l’efficience magique, elle signale aussi la prudence qu’il convient d’observer dans ces pratiques car la plante s’avère aussi dangereuse.

𝕍 La mandragore, «celle qui expulse» in Plantes, sociétés, savoirs, symboles. Matériaux pour une ethnobotanique européenne (Actes du séminaire ethnobotanique de Salagon, V°3, pp.79-95), Jean-Loïc Le Quellec, 2006.

Occurrences mythiques

Folklore

► Dans le folklore, on estimait qu’on trouvait plus aisément la plante aux pied des gibets, des chênes ou dans le nid des picinae..

► Chez les germains, on raconte que l’arbre du paradis était une mandragore gigantesque et qu’au pied de l’arbre qui produit la pomme d’Adam qui lui fut funeste, poussait une mandragore.

► La ressemblance de la plante avec l’Homme est si proche que d’autres légendes racontent que l’humanité descend de la mandragore.

↳ La plante était en Allemagne, honorée comme un petit génie et on pensait qu’en en prenant soin comme un enfant, lui donnant gîte et couvert, hygiène et vêtements, elle finissait par s’animer. Elle apportait richesse et amour, permettait d’ouvrir les serrures et de prophétiser à qui en prenait soin, en revanche était maléfique pour celui qui la négligeait.

► Les bestiaires du moyen-âge, estimaient que l’éléphant, animal chaste, devait consommer de la baie de mandragore pour pouvoir se reproduire.

► À la renaissance, la plante est rapprochée de la main de gloire, passant d’abord au moyen-âge par la forme d’une fée sous le nom de Mandagloire ou Maglore.

Judaïsme

► Dans le judaïsme, les fleurs de mandragore sont liées au péché.

↳ Les kabbalistiques ajoutent que la plante est née d’Adam rêvant d’Eve qui répandit son sperme au sol ce qui la rapproche symboliquement de Lilith.

► Dans la Genèse, Rachel se sert de la dûda’îm — la plupart du temps identifiée comme la mandragore — comme monnaie d’échange auprès de Léa afin de passer une nuit avec Jacob. Elle donnera ainsi naissance à Issachar.

► Le parfum de la mandragore est loué dans le Cantique des Cantiques (7:13).

Occultisme

Apulée écrit ce qui est probablement la première mention de la technique de récolte bien connue.

● D’abord, on repère la plante par sa luminescence nocturne.

● Puisque la plante s’enfuie devant les être impurs, il s’agit ensuite de l’encercler de fer et de creuser le sol avec un pieu en ivoire.

● Quant on aperçoit ses racines, on y attache une corde que l’on relie à un chien que l’on fera tirer afin de pouvoir l’arracher (pour une première figuration, 𝕍 Cod.Med.Gr.1. de la Bibliothèque nationale Autrichienne).

↳ Néanmoins, comme le chien pourrait venir à mourir dans l’opération (car ajoute Philippe de Thaön, la plante fends d’un cri mortel pour qui l’entend), l’auteur donne également un procédé mécanique effectué à l’aide d’une perche.

↪ La plante seule repousse les maléfices et peut garder un foyer à l’abri. De même, pendu en phylactère au cou d’un enfant, la plante le préserve des maléfices et lui donne le pouvoir de divination.

Hildegarde indique que la plante réalise les désirs bons ou mauvais, de la même façon qu’on pourrait le faire avec une idole.

● Elle ajoute que pour neutraliser son pouvoir, il faut, une fois arrachée, la plonger un jour et une nuit dans une fontaine.

● Une fois purifiée, on peut l’utiliser pour réduire les ardeurs de l’homme et de la femme en portant une mandragore dont la forme humaine évoque le sexe opposé.

● Si on est mélancolique, on devra dormir avec une mandragore près de soi en disant une prière. Cette méthode fonctionne aussi avec les premières pousses d’un hêtre, d’un cèdre ou d’un tremble.

Agrippa dans sa Philosophie écrit en I,36 : Il y a un artifice par lequel dans un œuf de poule, qui se couve, il s’engendre une forme semblable à celle d’un homme, chose que j’ai vue et que j’ai su faire, que les magiciens disent avoir des vertus admirables, et qu’ils appellent la vraie mandragore.

► Sédir la dit froide et modérément sèche. , ou . Condensateur astral puissant mais maléfique, doit être corrigée avec pour devenir un bon narcotique.

● Il ajoute que les sorcières s’en servaient pour aller au sabbat (parfois substitué en France par la bryonia dioica puisque la mandragore ne pousse pas dans ses latitudes) et que les germains l’utilisaient pour faire les statues des abrunes (pratique héritée des romains, par la suite, alrune désignera la mandragore elle-même ainsi que les sorcières).

● Il écrit ensuite que c’est l’une des "douze plantes des rose-croix" (veut-il juste dire, tiré d’un ms. R+C qu’il a pu consulter ?).

Polythéisme égyptien

► Dans l’ancienne Égypte, les baies de mandragore sont symbole de fécondité.

► On a cru la reconnaître représentée sur des fresques des tombes de Thèbes et sur un couvercle de coffre en ivoire de Toutankhamon.

Polythéisme grec

► Dans la mythologie grecque, Circé 👁 envoûte les argonautes avec du vin empoisonné d’une plante que les commentateurs ont proposé d’identifier comme étant mandragora officinarum, datura stramonium, atropa belladonna ou encore hyoscyamus niger.

Phytothérapie

► Pline (XXV:94) signale ses propriétés antalgiques et soporifiques.

↪ Il indique que la racine pilée guérit les yeux.

↪ Il précise en outre que la mandragore mâle est blanche et la mandragore femelle est noire.

↪ Pour la cueillir, il faut tracer trois cercles autour de la plante avec une épée et l’arracher en se tournant vers le couchant.

Hippocrate et Dioscoride la recommandent pour chasser la dépression et estiment leurs propriétés anesthésiques, ce dernier et Théophraste précisent également ses vertus aphrodisiaques.

Apulée dit que le suc des feuilles peut servir à calmer le mal de tête et des oreilles et fait dormir.

↪ La racine réduite en poudre guérit de la goutte, des œdèmes et des raideurs des articulations.

↪ Elle agit aussi contre les épileptiques et les possédés.

Hildegarde dit qu’elle est chaude, légèrement aqueuse et née avec la terre dont Dieu à fait Adam.

● En mangeant la partie de la plante correspondant à la partie du corps qui serait douloureuse, on neutralise ladite douleur.

► Le folklore estime depuis la haute antiquité que la plante est aphrodisiaque (également rapporté par Avicenne), augmente la fertilité et favorise l’accouchement.