🔍
×

Accueil
Personnalités
Médias
Lieux
Symboles
Astral
Nature
Lexique
Mémentos
Artistiques
Intellectuelles
Sites
Mouseîons
Sommaires
Bibliographie
Index
Épopée
Gildi
Contact
Dons
Notice
Bouton_Accueil

Franz-Anton Mesmer

Données générales

PériodeLieu
Général XVIII XIXFrance
Naissance23 mai 1734 Iznang, Saint-Empire romain germanique (ajd. Moos, Allemagne)
Décès5 mars 1815 (80 ans)Meersburg, Grand-duché de Bade (ajd. Allemagne)
Cause
Inhumation

DomaineCourantOrdre
MagnétismeMagnétisme animal 🎓Société de l’harmonie universelle 🎓

RelationsNom
Entourage
RencontreJoseph Haydn
Wolfgang Amadeus Mozart
OpposantLouis-Claude de Saint-Martin
Influence
ParAthanasius Kircher
Isaac Newton
Jean-Baptiste Van Helmont
Paracelse
ÉlèveChastenet de Puységur
SurJosé da Faria
Joseph Deleuze

Repères biographiques

► Mesmer est le fils d’un garde-chasse au service du prince-évêque de Constance. Il se destine à une carrière ecclésiastique et poursuit des études de théologie (1752 auprès des jésuites à Ingolstadt), de droit (1759 à Vienne) et de médecine (1760) où il commence à se faire connaître à 32 ans par sa thèse de doctorat dirigée par Gottfried van Swieten et Anton de Haen : De l’influence des planètes sur le corps humain (1766) {De planetarum influxu in corpus humanum}. Elle avait pour objet d’expliquer la cause de la gravitation universelle. Inspiré par les expositions antérieures dont les plus célèbres étaient l’esprit universel de Fludd ou le magnétisme de Van Helmont, Mesmer y expose le principe selon lequel un fluide universel sert d’intermédiaire et de véhicule à l’influence mutuelle des corps célestes entre eux et dont l’action harmonisante agit sur les corps animés par le truchement des planètes. Cela s’opère, par deux actions d’intension et de rémission, conditionnant notamment le cycle menstruel et certaines maladies chroniques. Il abandonne ses études de théologie et épouse une riche veuve en 1767, Mari Anna von Posch et s’installe comme médecin à Vienne. Amateur de musique et mécène, il fera produire dans son théâtre privé Haydn, Gluck et le jeune Mozart qui représentera son premier opéra Bastien et Bastienne, et a qui il commandera d’ailleurs un opéra.

► Mesmer est un empiriste. Il élabore d’abord en 17731774 des tentatives de guérison chez une patiente (Mademoiselle Oesterlin) par l’intermédiaire d’aimants qui s’avère fructueuse (procédé déjà utilisé par Maximilien Hell et repris plus tard par Charcot), jusqu’à trouver que l’imposition des mains était suffisante pour conduire ce fluide par l’intermédiaire de ce qu’il nomme des passes et que l’aimant se contentait de conduire et renforcer. Il distingue dans le corps Humain, des propriétés analogues à l’aimant, estime que le magnétisme est un sixième sens et que si le pratiquant doit apprendre à l’émettre, le patient doit également apprendre à le recevoir.

► Il nomma cette technique magnétisme animal (Afin aussi de le différencier du magnétisme minéral) et voulu formaliser ce qui était jusque là du domaine de la magie naturelle en une science reconnue officiellement. Il rédige en 1775 son premier manifeste : Lettre sur la cure Magnétique. Inscrit dans son époque, Mesmer tentait par sa terminologie et ses méthodes de s’appuyer sur la science alors en plein essor et les découvertes technologiques en rapport avec l’électricité. Cependant, le médecin viennois confessait volontiers devoir joindre la foi à sa volonté afin que le magnétisme puisse avoir un effet curatif. Malgré ses succès il doit quitter Vienne, en bute à un scandale impliquant Maria von Paradis, une jeune fille aveugle de l’aristocratie avec qui il aurait pu avoir une liaison et à qui il ne parvient à rendre la vue qu’en sa présence. En butte à l’opposition de ses confrères dans son pays d’origine il vient en France et s’installe à Paris en 1778.

↳ Précédé par sa notoriété, aussi bien auprès de la communauté scientifique que des malades, il soigne dès son arrivée une clientèle importante. Ayant de plus en plus de succès tant dans les guérisons que dans la notoriété que sa nouvelle thérapeutique suscita, il élabore une technique collective dite du baquet de santé. D’abord dans un hôtel place Vandôme, il le déplaça ensuite place Montmartre qui devint une clinique fréquentée par les aristocrates. Dans une ambiance feutrée et théâtrale, les participants étaient attachés les uns aux autres et reliaient leur mal à un baquet d’eau par une tige de fer ou une corde. L’eau, qu’il estime être un excellent conducteur du magnétisme est mélangée avec de la limaille et du verre pilé ou bien du sable. Cette chaîne magnétique ainsi crée, le magnétisme de personnes saines qui étaient disposées autour du baquet, y était introduit en les reliant eux-mêmes à la chaîne. Cette pratique obtient des cas de guérison mais induit des phénomènes d’hystérie chez ses patientes par saturation de l’agent magnétique. Sa pratique est néanmoins caricaturé et moqué et aucun de ses confrères accepte de venir constater l’effectivité de sa pratique. En 1779, il expose sa théorie en 27 points dans son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal.

► De nouveau confronté à l’hostilité du corps médical, il quitte momentanément la France en 1782. À 50 ans, il crée la Société de l’harmonie universelle (d’abord sous forme de loge avec Nicolas Bergasse), afin de préserver sa découverte, d’inciter ses membres à poursuivre une quête spirituelle et de vendre sa technique à des personnes autorisées de la pratiquer, ce qui lui permet de générer d’importants revenus. Le mesmerisme s’installe ensuite solidement en France et attire alors l’attention de Louis XVI qui commande une enquête au sujet du magnétisme qui se solde par une conclusion négative postulant un effet mimétique et psychologique plus que physique comme le présentait Mesmer. La commission, formée de médecins et de membres de l’Académie des sciences condamne ces théories plus pour des raisons sociales et morales que médicales. L’engouement pour le mesmérisme provoque des scissions dans l’organisation du fondateur, pour des motifs tant idéologiques qu’économiques. Il quitte la France en 1785, revient à Vienne mais est expulsé en 1793. Il se fait donc citoyen suisse, publie en 1813 Mesmerismus ou système d’influences réciproques et termine sa vie oublié de ses disciples : la Révolution à entre temps frappé la France et la question du mesmerisme est alors occultée.

↪ Néanmoins Puységur, élève direct de Mesmer comme ses deux frères, et membre de la Société de l’harmonie universelle, teintera le le magnétisme animal de Mesmer d’influences occultistes tout en le nuançant en mettant en évidence le sommeil somnambulique et l’hypnose. Pour lui, le guérisseur n’est pas le magnétiseur mais le magnétisé lui-même qui dans un état de transe se rend capable d’une inhabituelle clairvoyance quant à la thérapeutique à adopter vis à vis de ses symptômes. Il ouvre ainsi la voie à de plus amples expérimentations qui créerons bien des ramifications dans la discipline du magnétisme. On trouve principalement d’une part, le psychofluidisme dont Puységur et son élève Deleuze sont les principaux représentants et d’autre part, les imaginationnistes, avec Faria puis Du Potet qui influencera ensuite Hector Durville. Le magnétisme prend également un tour plus spiritualiste en s’introduisant aussi dans la maçonnerie par l’intermédiaire de Willermoz.

◆ Mesmer estimait que le magnétisme animal, traversant le corps Humain, était capable de débloquer ou désengorger les points responsables des maux où le fluide universel s’est malheureusement accumulé. Les anomalies du fluide magnétique universel dans le corps provoquent ainsi les maladies, les maladies mentales en particulier. La restauration de l’équilibre et la circulation harmonieuse de ce fluide dans le corps amène ainsi la guérison (parfois précédé d’une période de crise cathartique). Ce fluide peut être canalisé, accumulé et distribué d’une personne à une autre et certains Hommes enfin, ont plus de fluide que d’autres ce qui en fait des thérapeutes naturels.

↳ Intellectuel curieux, l’intérêt de Mesmer pour l’alchimie et l’astrologie, sa fréquentation des cercles d’illuminés de son temps transparaît dans ses théories. Tantôt considéré comme un charlatant et critiqué pour son avidité tantôt vu comme un bienfaiteur du fait des résultats obtenus, il aura publié de nombreuses lettres et mémoires et son influence dans l’essor de magnétisme curatif à été considérable. Via Elliotson, il aura ouvert la voie aux techniques d’hypnose développées au XIX par James Braid. Il est un précurseur de la psychologie des profondeurs et du phénomène de suggestion. Le magnétisme animal aura également inspiré beaucoup d’artistes et est un jalon important de la naturphilosophie qui se constitue alors progressivement. D’une façon générale, le magnétisme animal est un jalon important de la culture occidentale d’avant les lumières.

Aphorismes de M. Mesmer, 1785, Franz Anton Mesmer. | bs. Bibliothèque Nationale de France. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Théorie du monde et des êtres organisés, 1784, Franz Anton Mesmer. | bs. Bibliothèque Nationale de France. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Mesmer et le magnétisme animal, 1864, Ernest Bersot. | bs. Bibliothèque Nationale de France. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Œuvres choisies

  • Mémoire sur la découverte du magnétisme animal {Sendschreiben an einen auswärtigen Arzt über die Magnetkur}, 1779. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Précis historique des faits relatifs au magnétisme animal, 1781. Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

Citations

Il se manifeste particulièrement dans le corps humain des propriétés analogues à celles de l’aimant ; on y distingue des pôles divers et opposés, qui peuvent être communiqués, changés, détruits et renforcés ; le phénomène de l’inclinaison y est de même observé.
Lettre sur la cure magnétique à un médecin étranger
Aussi a-t-on vu, de tous les temps, les maladies s’aggraver et se guérir avec et sans le recours de la Médecine, d’après différents systèmes et les méthodes les plus opposées. Ces considérations ne m’ont pas permis de douter qu’il existe dans la Nature un principe universellement agissant, et qui, indépendamment de nous, opère ce que nous attribuons vaguement à l’Art et la Nature.
Mémoire sur la découverte du magnétisme animal
L’Homme à raison de sa conservation est considéré, en étant de sommeil, en état de veille, en état de santé, en état de maladie ; de même que pour toute la nature, dans l’homme il n’y a que deux principes, la matière et le mouvement.
Aphorismes de monsieur Mesmer
Une fleur, un corps quelconque, est magnétisé par l’attouchement fait avec principes et attention.
Aphorismes de monsieur Mesmer
Si deux masses, chargées de quantités inégales de mouvement se rencontrent, elles se communiquent le surplus pour se mettre en équilibre. La masse la moins chargée reçoit de l’autre ce qu’elle a de plus. Cette charge se fait ou en quantité considérable à la fois ou successivement comme par filières. Le premier cas se manifeste par une explosion capable de produire le phénomène du feu et de son. Le second cas produit les effets de l’attraction et de la répulsion apparente ; le produit de ces effets s’appelle électricité ; elle se manifeste dans les nuages d’une chaleur inégale ou même entre les nuages et la terre.
Aphorismes de monsieur Mesmer
Au moyen d’un milieu qui ne peut être qu’un fluide subtil, il existe entre tous les corps qui se meuvent dans l’espace une action réciproque, la plus profonde et la plus générale de toutes les actions de la nature.
Le magnétisme animal
L’action qu’exercent entre eux les grands corps qui peuplent l’espace, a été reconnue, ses résultats ont été même souvent calculés par les plus grands génies. L’influence qu’ont sur les animaux et sur les plantes, les causes universelles du mouvement dans notre globe, est non seulement démontrée, mais elle se montre encore évidemment la même : en effet, tandis que le soleil, par son influence ramène le mouvement et la vie chez les animaux et dans les plantes, chacun de ces deux règnes a ses espèces nocturnes ; la circulation diminue et cesse peu à peu en automne, dans les plantes et chez une infinité d’animaux. Les uns et les autres sont ramenés à la vie, avec les mêmes gradations, par le retour du printemps ; et cependant, tandis que la nature entière montre sans cesse, dans le même principe, l’harmonie des mondes et l’a vie de tous les êtres, l’homme égaré par l’abus de sa raison, méconnaît encore cette vérité sublime. C’est en donnant, Messieurs à la doctrine du magnétisme tout le développement dont elle est susceptible, que vous établirez, d’une manière claire et précise, ces rapports heureux, qui tiennent tout dans la nature, par un même principe ; elle attestera aux générations cette vérité sublime ; elle sera pour les hommes l’évangile de la nature ; elle leur dira peut-être un jour que nul ne peut blesser les lois, sans nuire à sa conservation ; elle leur montrera la vertu toujours suivie de la santé et du bonheur, et le vice se traînant douloureusement, accablé sous le poids des maux et des remords.
Règlement des Sociétés de l’Harmonie universelle. Discours préliminaire.