🔍
Bouton_Accueil

Virgile
Maro

Données générales

PériodeLieu
Général-IItalie
Naissance15 octobre -71 Andes (ajd. Virgilio), Italie
Décès21 Septembre -19 (51 ans)Brindes, Italie
Cause
Inhumation
Insolation
Fièvre
Incinéré à Brindes (Italie), cendres transportées à Pouzzoles (Italie)

DomaineCourantOrdre
Poésie bucolique
Didactique
Épique
Poésie Augustinienne

RelationsNom
Entourage
AmiCaius Cornelius Gallus
Horace
Lucius Varius Rufus
Mécène (Protecteur)
Plotius Tucca
Influence
SurDante
Nicolas Poussin 👁
Paul Valéry
Pierre de Ronsard
Victor Hugo
ProtecteurAuguste (Empereur)

Repères biographiques

► On lui prête une origine rurale mais aisée, il est probable que ses terres familiales furent confisquées par Octave. Il avait demandé à ce qu’on brûle l’Énéide à l’heure de sa mort, probablement parce qu’il n’était pas terminé, mais Auguste s’y opposa et fit même publier l’œuvre.

Virgile jouit d’une grande réputation aussi bien de la part de ses contemporains que dans l’histoire. On lui prête volontiers un style pur, harmonieux et élégant. Son œuvre est influencée par les courants ésotériques et initiatiques qui lui étaient contemporains (épicurisme et stoïcisme, culte isiaque, mystique apollinienne, astrale et orphico-pythagorisme voir mithraïsme) et montre une vaste et dense architecture symbolique toute en antagonismes harmonieux où fidèle à son époque, plusieurs sens gisent, mystérieux et cachés.

■ En sus, depuis le bas-empire, au moyen-âge puis jusqu’à la renaissance, Virgile jouit d’une puissante réputation d’occultiste et de magicien. Son œuvre à été commentée sous plusieurs rapports : principalement néopythagoricien avec Servius et Macrobe puis Ficin et Landinon, puis mystique avec bien sûr, Dante.

● Puisant dans la folklore napolitain, on crée autour de son personnage et à partir du XII (Jean de Salisbury, Gervais de Tilbury puis Vincent de Beauvais au XIII), des légendes consistant à faire de lui un maître en magie et en talismanie et même le maître de Merlin. Cette réputation se terni du XIV au XVI où l’on fait de cette maîtrise magique un pacte démoniaque et de Virgile un nigromancien.

● En outre, on se lance avec Fulgence ou Bernard Sylvestre dans une exégèse allégorique judéo-chrétienne de son œuvre. Le quatrième églogue des Bucoliques, mis en ce sens au niveau de l’Ancien Testament et des Oracles sibyllins, sera interprétée comme une annonce de la naissance prochaine du Christ puisqu’il y est question de la naissance d’un enfant qui apportera l’âge d’or : Tu modo nascenti puero, quo ferrea primum desinet, ac toto surget gens aurea mundo, casta, fave, Lucina : tuus jam regnat Apollo. {Souris, chaste Lucine, à cet enfant naissant ; avec lui d’abord cessera l’âge de fer, et à la face du monde entier s’élèvera l’âge d’or : déjà règne ton Apollon.}.

Œuvres choisies

  • Les Bucoliques, -37. | Trad. Villenave et Charpentier : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France | Trad. Cabaret-Dupaty : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • Les Géorgiques, -29. | Trad. Villenave et Charpentier : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France | Trad. Cabaret-Dupaty : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France
  • L’Énéide, -19 (incomplet) ⚱️. | Trad. Villenave et Charpentier : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France | Trad. Cabaret-Dupaty : Lien vers l’œuvre sur la Bibliothèque Nationale de France

► Dans l’antiquité, on prête à Virgile d’autres poèmes mineurs regroupés sous le nom de Appendix Vergiliana, on y trouve l’Aetna, Culex, Ciris, Copa, Dirae, Motetum, Lydia, Priapea, Catalepton et l’Elegiae in Maecenatem.

Citations

Ces tables, dévouées un jour à d’avides morsures, ne doivent point t’effrayer : les destins sauront s’accomplir, et l’oreille d’Apollon ne sera point sourde à tes prières.
L’Enéide
L’Amour triomphe de tout ; nous aussi, cédons à l’Amour.
Les Bucoliques
Muses, commencez par Jupiter !
Les Bucoliques
O comment te nommer, jeune fille ? Ton visage n’est pas d’une mortelle et ta voix n’a pas un timbre humain : Déesse sans doute !
L’Enéide
Heureux le sage, instruit des lois de la nature, qui dompte et foule aux pieds d’importunes erreurs, le sort inexorable et les fausses terreurs : qui regarde en pitié les fables du Ténare, et s’endort au vain bruit de l’Achéron avare !
Les Géorgiques
Les choses d’ici-bas reçoivent autant de force et de vertu des cieux que leur matière est disposée à en recevoir.
Connaissant moi-même le malheur, je sais secourir les malheureux.
L’Enéide